Aller au contenu

Gene­viève Legay n’est plus en danger de mort. / Le déshon­neur de la Ministre de la justice et d’Es­trosi.

Commu­niqué d’En­semble! natio­nal

Contre la répres­sion du gouver­ne­ment Macron, pour nos droits démo­cra­tiques

Notre cama­rade, membre de notre mouve­ment, Gene­vieve LEGAY a été très grave­ment bles­sée à Nice ce samedi 23 mars lors d’une charge poli­cière contre un rassem­ble­ment paci­fique pour la liberté de mani­fes­ter. 

ENSEMBLE! lui apporte sa totale soli­da­rité ainsi qu’à sa famille 

Des mani­fes­tantˑeˑs ont aussi été violem­ment inter­pel­léˑeˑs tout au long de la jour­née.

ENSEMBLE ! dénonce l’at­ti­tude irres­pon­sable des auto­ri­tés qui a, elle et seule­ment elle, provoqué cette situa­tion. 

ENSEMBLE! condamne la répres­sion des rassem­ble­ments paci­fiques qui ont eu lieu ce samedi à Nice.

L’in­ter­dic­tion illé­gi­time des mani­fes­ta­tions et rassem­ble­ments dans une grande partie de Nice par le préfet ne justi­fie en rien d’uti­li­ser la force contre des citoyenˑ­neˑs qui se rassemblent paci­fique­ment pour faire respec­ter leurs droits démo­cra­tiques et leur droit à vivre digne­ment. 

Il est urgent de stop­per la fuite en avant répres­sive qui s’abat depuis plusieurs années, et encore plus depuis la « révolte » des gilets jaunes, sur les mobi­li­sa­tions citoyennes, syndi­cales et poli­tiques.

Il est urgent de se mobi­li­ser dans l’unité pour impo­ser le respect des droits démo­cra­tiques et faire accep­ter les reven­di­ca­tions légi­times de justice sociale. 

ENSEMBLE! exige, comme ATTAC dont Gene­viève est par ailleurs porte parole dépar­te­men­tale, que toute la lumière soit faite et que les respon­sa­bi­li­tés de ces actes de violence soient clai­re­ment établies;

Nous appe­lons,  avec de nombreuses orga­ni­sa­tions, à un rassem­ble­ment paci­fique ce lundi 24 mars, à 18h sur la place Gari­baldi à Nice pour expri­mer notre soli­da­rité avec Gene­viève et notre colère face à la répres­sion inac­cep­table dont elle a été victime. 

Media­part.

« A Nice, une mili­tante d’At­tac grave­ment bles­sée par une charge poli­cière »

« (…) Évacuée, Gene­viève Legay a été trans­fé­rée à l’hô­pi­tal Pasteur. Selon une de ses filles, Delphine Parent, sa mère souffre de plusieurs frac­tures au crâne, d’une frac­ture de l’os de son oreille interne, le rocher, ainsi que de nombreux héma­tomes sous-duraux. Ce n’est que dans la soirée de samedi que les méde­cins ont consi­déré que son pronos­tic vital n’était plus engagé.

« Elle doit rester encore 48 heures sous surveillance. Elle est consciente, sous perfu­sion de morphine, car elle a de violents maux de tête », a ajouté Delphine Parent samedi.

Joint par Media­part, l’avo­cat Arié Alimi a annoncé que la famille s’ap­prê­tait à dépo­ser plainte contre « X » pour « violence volon­taire en réunion avec arme par personnes dépo­si­taires de l’au­to­rité publique et sur personne vulné­rable ». « Notre plainte vise aussi la compli­cité par ordre du préfet des Alpes-Mari­times », a-t-il précisé.(…)

« Quand on se main­tient dans une mani­fes­ta­tion après les somma­tions régle­men­taires pour dire que les gens doivent se disper­ser, c’est un délit. Pour elle, ce n’est pas si net : là où ça s’est passé, c’était presque en dehors de la place, dans un mouve­ment confus des forces de l’ordre et des mani­fes­tants », a pour­suivi le procu­reur. »

Les salauds se sont expri­més:

« Quant à la ministre de la justice, Nicole Bellou­bet, elle a mani­fes­te­ment un avis déjà très établi sur les événe­ments :

« Je trouve tout de même curieux que lorsqu’une mani­fes­ta­tion est inter­dite, comme c’était le cas à Nice, quelqu’un aille abso­lu­ment avec la volonté de mani­fes­ter à cet endroit-là. Il y avait quelques péri­mètres, dans certaines villes, où les mani­fes­ta­tions étaient inter­dites. À la suite de somma­tions, une personne qui y reste est suscep­tible de commettre un délit et c’est dans ce cadre-là que les événe­ments se sont passés », a déclaré la garde des Sceaux sur BFM TV.

Samedi, plusieurs secteurs de la ville de Nice – comme partout en France – avaient été inter­dits de mani­fes­ta­tion. Le préfet avait établi des péri­mètres inter­dits à toute personne sauf aux rési­dents, avec un filtrage de l’ac­cès par la police, des palpa­tions et des fouilles, et une inter­dic­tion de circu­la­tion et de station­ne­ment des véhi­cules.

La demande avait été formu­lée par le maire de Nice Chris­tian Estrosi. « Les moyens mis en place étaient propor­tion­nels », a-t-il affirmé samedi, avant de rendre hommage aux poli­ciers. « Je vois des forces de l’ordre qui sont extrê­me­ment fati­guées, face à des personnes dange­reuses qui ont déna­turé tota­le­ment le mouve­ment des gilets jaunes. La soli­da­rité et la cohé­sion natio­nale sont désor­mais une exigence », a-t-il encore dit, alors que Gene­viève Legay était à l’hô­pi­tal. »

Les mili­tants soli­daires ne se laissent pas effrayer:

 » De nombreuses orga­ni­sa­tions du mouve­ment social ont vive­ment réagi depuis samedi. Attac, d’abord, a dénoncé les mesures mises en œuvre contre les rassem­ble­ments des gilets jaunes.

« L’in­ter­dic­tion par le préfet des mani­fes­ta­tions et rassem­ble­ments dans une grande partie de Nice est illé­gi­time et ne peut justi­fier d’uti­li­ser la force contre des citoyenˑ­neˑs qui se rassemblent paci­fique­ment pour expri­mer leurs opinions. (…) Attac France condamne la répres­sion des rassem­ble­ments paci­fiques qui ont eu lieu ce samedi et s’in­digne de la grave restric­tion des liber­tés publiques actuel­le­ment en cours en France. »« Rien ne peut justi­fier qu’une femme de 74 ans se retrouve à l’hô­pi­tal avec de graves bles­sures parce qu’elle voulait exer­cer son droit de mani­fes­ter », a égale­ment dénoncé la Ligue des droits de l’homme dans un commu­niqué, affir­mant que la famille n’était pas infor­mée de « toutes les infor­ma­tions utiles sur son état de santé ». « La LDH assure Madame Legay et sa famille de toute sa soli­da­rité et exige qu’une enquête soit menée en toute impar­tia­lité et en toute trans­pa­rence. »(…)

La CGT des Alpes-Mari­times a réagi samedi en dénonçant des « violences poli­cières injus­ti­fiées et inac­cep­tables ».(…) »

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.