Aller au contenu

Gilets jaunes. Une liste de reven­di­ca­tions datée du 29 novembre

 Dans un long commu­niqué envoyé aux médias et aux dépu­tés, jeudi 29 novembre, la délé­ga­tion du mouve­ment liste une série de reven­di­ca­tions qu’il souhaite voir appliquées. 

En voici une liste. Le débat conti­nue, rebon­dit.

Augmen­ta­tion du SMIC à 1300 euros, retour à la retraite à 60 ans ou aban­don du prélè­ve­ment à la sour­ce… La liste comprend de nombreuses mesures sociales, mais égale­ment des mesures concer­nant les trans­ports, comme la fin de la hausse des taxes sur le carbu­rant et la mise en place d’une taxe sur le fuel mari­time et le kéro­sène. Voici cette liste non-exhaus­tive de reven­di­ca­tions :

Zéro SDF : URGENT.

Impôt sur le revenu davan­tage progres­sif (plus de tranches).

SMIC à 1300 euros net.

Favo­ri­ser les petits commences des villages et centres-villes. (Cesser la construc­tion des grosses zones commer­ciales autour des grandes villes qui tuent le petit commerce) + de parkings gratuits dans les centres-villes.

Grand Plan d’Iso­la­tion des loge­ments. (faire de l’éco­lo­gie en faisant faire des écono­mie aux ménages).

Que les GROS (Macdo, google, Amazon, Carre­four…) payent GROS et que les petits (arti­sans, TPE PME) payent petit.

Même système de sécu­rité social pour tous (y compris arti­sans et autoen­tre­pre­neurs). Fin du RSI.

Le système de retraite doit demeu­rer soli­daire et donc socia­lisé. (Pas de retraite à point).

Fin de la hausse des taxes sur le carbu­rant.

Pas de retraite en dessous de 1 200 euros.

Tout repré­sen­tant élu aura le droit au salaire médian. Ses frais de trans­ports seront surveillés et rembour­sés s’ils sont justi­fiés. Droit au ticket restau­rant et au chèque­va­cances.

Les salaires de tous les Français ainsi que les retraites et les allo­ca­tions doivent être indexés à l’in­fla­tion.

Proté­ger l’in­dus­trie française : inter­dire les délo­ca­li­sa­tions. Proté­ger notre indus­trie c’est proté­ger notre savoir-faire et nos emplois.

Fin du travail déta­ché. Il est anor­mal qu’une personne qui travaille sur le terri­toire français ne béné­fi­cie pas du même salaire et des même droits. Toute personne étant auto­ri­sée à travailler sur le terri­toire français doit être à égalité avec un citoyen français et son employeur doit coti­ser à la même hauteur qu’un employeur français.

Pour la sécu­rité de l’em­ploi : limi­ter davan­tage le nombre de CDD pour les grosses entre­prises. Nous voulons plus de CDI.

Fin du CICE. Utili­sa­tion de cet argent pour le lance­ment d’une Indus­trie Française de la voiture à hydro­gène (qui est véri­ta­ble­ment écolo­gique, contrai­re­ment à la voiture élec­trique.)

Fin de la poli­tique d’aus­té­rité. On cesse de rembour­ser les inté­rêts de la dette qui sont décla­rés illé­gi­times et on commence à rembour­ser la dette sans prendre l’argent des pauvres et des moins pauvres mais en allant cher­cher les 80 milliards de fraude fiscale.

Que les causes des migra­tions forcées soient trai­tées.

Que les deman­deurs d’asiles soient bien trai­tés. Nous leur devons le loge­ment, la sécu­rité, l’ali­men­ta­tion ainsi que l’édu­ca­tion pour les mineurs. Travaillez avec l’ONU pour que des camps d’ac­cueil soient ouverts dans de nombreux pays du monde, dans l’at­tente du résul­tat de la demande d’asile.

Que les débou­tés du droit d’asile soient recon­duits dans leur pays d’ori­gine.

Qu’une réelle poli­tique d’in­té­gra­tion soit mise en oeuvre. Vivre en France implique de deve­nir français (cours de langue française, cours d’His­toire de la France et cours d’édu­ca­tion civique avec une certi­fi­ca­tion à la fin du parcours).

Salaire maxi­mum fixé à 15 000 euros.

Que des emplois soient crées pour les chômeurs.

Augmen­ta­tion des allo­ca­tions handi­ca­pés.

Limi­ta­tion des loyers. + de loge­ment à loyers modé­rés (notam­ment pour les étudiants et les travailleurs précaires).

Inter­dic­tion de vendre les biens appar­te­nant à la France (barrage aéro­port…)

Moyens consé­quents accor­dées à la justice, à la police, à la gendar­me­rie et à l’ar­mée. Que les heures supplé­men­taires des forces de l’ordre soient payées ou récu­pé­rées.

L’in­té­gra­lité de l’argent gagné par les péages des auto­routes devra servir à l’en­tre­tien des auto­routes et routes de France ainsi qu’à la sécu­rité routière.

Le prix du gaz et l’élec­tri­cité ayant augmenté depuis qu’il y a eu priva­ti­sa­tion, nous voulons qu’ils rede­viennent publiques et que les prix baissent de manière consé­quente.

Fin immé­diate de la ferme­ture des petites lignes, des bureaux de poste, des écoles et des mater­ni­tés.

Appor­tons du bien-être à nos personnes âgées. Inter­dic­tion de faire de l’argent sur les personnes âgées. L’or gris, c’est fini. L’ère du bien-être gris commence.

Maxi­mum 25 élèves par classe de la mater­nelle à la Termi­nale.

Des moyens consé­quents appor­tés à la psychia­trie.

Le Réfé­ren­dum popu­laire doit entrer dans la Cons­ti­tu­tion. Créa­tion d’un site lisible et effi­cace, enca­dré par un orga­nisme indé­pen­dant de contrôle où les gens pour­ront faire une propo­si­tion de loi. Si cette propo­si­tion de loi obtient 700 000 signa­tures alors cette propo­si­tion de loi devra être discu­tée, complé­tée, amen­dée par l’As­sem­blée Natio­nale qui aura l’obli­ga­tion, (un an jour pour jour après l’ob­ten­tion des 700 000 signa­tures) de la soumettre au vote de l’in­té­gra­lité des Français.

Retour à un mandat de 7 ans pour le Président de la Répu­blique. ( L’élec­tion des dépu­tés deux ans après l’élec­tion du Président de la Répu­blique permet­tait d’en­voyer un signal posi­tif ou néga­tif au président de la Répu­blique concer­nant sa poli­tique. Cela parti­ci­pait donc à faire entendre la voix du peuple.)

Retraite à 60 ans et pour toutes les personnes ayant travaillées dans un métier usant le corps (maçon ou désos­seur par exemple) droit à la retraite à 55 ans.

Un enfant de 6 ans ne se gardant pas seul, conti­nua­tion du système des aides PAJEMPLOI jusqu’à ce que l’en­fant ait 10 ans.

Favo­ri­ser le trans­port de marchan­dises par la voie ferrée.

Pas de prélè­ve­ment à la source.

Fin des indem­ni­tés prési­den­tielles à vie.

Inter­dic­tion de faire payer aux commerçants une taxe lorsque leurs clients utilisent la carte bleue. -Taxe sur le fuel mari­time et le kéro­sène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.