Aller au contenu

Grand Poitiers élargi, citoyen­neté retré­cie

Un article de Chris­tiane Fraysse de « Osons Poitiers »

L’ins­ti­tu­tion prend le pas sur la citoye­neté

Le schéma dépar­te­men­tal de coopé­ra­tion inter­com­mu­nale présenté par la préfète le 12 octobre prévoit un élar­gis­se­ment de Grand Poitiers de 13 à 48 communes. La nouvelle struc­ture compren­drait les communes des 5 inter­com­mu­na­li­tés suivantes : les 13 de Grand Poitiers, les 10 de la commu­nauté de communes du Pays Chau­vi­gnois, les 9 de la commu­nauté de communes du Pays Mélu­sin, les 6 de la commu­nauté de communes du Val Vert du Clain , les 10 de la commu­nauté de communes de Vienne et Moulière.

Ce schéma a été soumis au vote dans chacune des 48 communes préten­dantes, elles devaient se pronon­cer dans un délai de deux mois.

Cette modi­fi­ca­tion du péri­mètre s’ins­crit dans la mise en œuvre de la loi NOTRe .

Cette réforme a conduit à fusio­ner des régions pour passer de 24 à 13 régions .afin que celles ci soit iden­ti­fiables à l’echelle euro­péennes. Et dans ces régions, des inter­com­mu­na­li­tés suffi­sam­ment grandes doivent être à leur tour iden­ti­fiables à l’échelle de la région.

Cela risque de conduire à une logique de compé­ti­tion entre les terri­toires.

Un délai ridi­cu­le­ment court et sans parti­ci­pa­tion citoyenne.

Deux mois pour envi­sa­ger les consé­quences finan­cières, les consé­quences en terme de compé­tence, les consé­quences en terme de répré­sen­ta­ti­vité. Seuls quelques docu­ments ou simu­la­tions finan­cières qui ont été mis à la dispo­si­tion des conseillers.

Aucune réunion publique, n’a été orga­ni­sée par la préfec­ture ou par la commu­nauté d’ag­glo­mé­ra­tion de Grand Poitiers .

Aucun débat public n’a été orga­nisé, un micro trot­toir permet immé­dia­te­ment de se rendre compte que personnes n’est au courant des enjeux de la confi­gu­ra­tion nouvelle. D’au­tant plus que ce premier pas s’est passé durant la période des élec­tions régio­nales.

cette nouvelle struc­ture conduira à une concen­tra­tion encore plus forte des pouvoirs

Qui pren­dra les déci­sions dans cette nouvelle inter­com­mu­na­lité ?

Dans un scéna­rio 37 communes sur 48 auront un seul élu pour les repré­sen­ter dans une assem­blée de 88 élus dans l’autre c’est 41 communes qui auront un seul élu dans une assem­blée de 96 personnes Comment peut on envi­sa­ger qu’une seule personne repré­sente sa commune sur les compé­tences de voirie, de déchets, d’éco­no­mie, de trans­port, etc etc

La plupart des sujets qui préoc­cupent nos conci­toyens ne sont plus trai­tés à l’échelle commu­nale mais à celle de l’in­ter­com­mu­na­lité.

à quoi aura servit le vote lors des élec­tions muni­ci­pales de 2014 au cours desquelle les élec­teurs votaient non seule­ment pour des conseilleurs muni­ci­paux mais égale­ment pour les conseillers commu­nau­taires. Ces derniers étaient fléchés sur les listes et de nombreux conseillers commu­nau­taires aujourd’­hui ne le seront plus dans la nouvelle inter­com­mu­na­lité et ce en cours de mandat.

De plus le projet d’élec­tion des conseillers inter­com­mu­naux au suffrage univer­sel direct a été aban­donné par le parle­ment .

Nous sommes opposé à une réforme qui conduit à une métro­po­li­sa­tion, qui éloigne le citoyen des centres de déci­sion et qui se fait à la hussarde

Chris­tiane Fraysse

Extrait de la revue « La pastèque » n°1 de décembre 2015 de la liste « Osons Poitiers, écolo­gique, sociale, soli­daire et citoyenne »

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.