Aller au contenu

« S’ap­pro­prier l’his­toire de la laïcité et connaitre le prin­cipe de laïcité »

Compte rendu d’une forma­tion à l’ini­tia­tive de La ligue de l’en­sei­gne­ment du samedi 9 janvier 2016

L’Inter­ve­nant: Monsieur Chris­tian Bernard, Profes­seur agrégé d’his­toire -Corres­pon­dant Régio­nal de l’Ins­ti­tut Euro­péens en sciences des reli­gions .

(Commen­taire person­nel : depuis les atten­tats de 2015 qui ont frappé la France, jamais la Laïcité n’a autant été mise en avant , censée qu’elle serait appor­ter une réponse, un bouclier néces­saire au vivre ensemble. Tant mieux car comme toute valeur, elle n’est pas acquise pour toujours, elle mérite d’être constam­ment défen­due, promue. Elle n’est pas non plus forcé­ment intan­gible. Encore faut-il savoir de quoi on parle : nous mettons tous sous ce terme des défi­ni­tions, des appré­cia­tions bien diffé­rentes.)

Pour l’in­ter­ve­nant, parfois elle peut être perçue comme une reli­gion pour ceux qui n’en ont pas. Pour d’autres, elle est anti-reli­gions. C’est ce qu’on entend, mais c’est une erreur.

Pour les juristes, c’est ce qui permet une gestion juri­dique du reli­gieux à valeur consti­tu­tion­nelle : c’est la neutra­lité de l’Etat, un point c’est tout.

Pour d’autres, le sens est plus large : c’est une valeur répu­bli­caine, une philo­so­phie poli­tique, un idéal. C’est ce qui permet l’union de tout le peuple sans distinc­tions : c’est la notion d’in­té­rêt géné­ral. « Démo­cra­tie et laïcité sont deux termes iden­tiques. La démo­cra­tie n’est autre chose que l’éga­lité des droits » (Jean Jaurès en 1904).

« C’est une éthique de la libé­ra­tion appuyée sur une morale de respon­sa­bi­lité vers un monde où chacun dispose de toutes ses chances d’ac­com­plis­se­ment. » (Henri Pena Ruiz).

Pour l’in­ter­ve­nant, c’est d’abord la liberté de conscience pour chacun, croyant ou non-croyant, sans discri­mi­na­tions de droits. Reste à défi­nir jusqu’où cette liberté peut s’exer­cer : dans le cadre de la loi, bien entendu, mais encore ? C’est là qu’in­ter­viennent les notions de sphère publique (Etat, collec­ti­vi­tés locales, services publics, insti­tu­tions) dans laquelle les person­nels sont tenus à la neutra­lité mais pas les usagers (excep­tion : loi de 2004), d’espace commun (rue, jardin public, plage, bord de rivière, théâtre, cinéma, maga­sin…) et d’es­pace privé ou sphère privée où la liberté d’ex­pres­sion est recon­nue pour tous dans la limite du non-trouble à l’ordre public. Des inter­ro­ga­tions persistent concer­nant l’uni­ver­sité, la petite enfance et l’en­tre­prise privée. Faut-il impo­ser la neutra­lité à toute personne asso­ciée au Service Public, quel que soit son statut et aller ainsi vers une société laïque ?

Aujourd’­hui, selon Chris­tian BERNARD, l’Etat hésite : il ne recon­naît pas les reli­gions mais ne les mécon­naît pas. Il pense qu’il va vers une recon­nais­sance sociale des reli­gions qui assu­re­raient une fonc­tion de régu­la­tion sociale.

En conclu­sion, pour l’in­ter­ve­nant, la Laïcité doit surtout être inclu­sive. Il convient de mieux la faire connaître, aimer et vivre. Et elle ne saurait être figée.

A titre person­nel, cette forma­tion a été très riche, dense (trop ?). La ques­tion de l’en­sei­gne­ment privé et de ses finan­ce­ments n’a pas été abor­dée, dommage !

Pierre Vallat

A noter : une soirée débat sur le thème « La ques­tion laïque aujourd’­hui en France » a lieu ce jeudi 14 janvier au Toit du Monde à partir de 18h30 (néces­sité de s’ins­crire).

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.