Aller au contenu

Grèce. Vers un « compro­mis »?

 Stathis Kouve­la­kis qui vint animer une réunion publique à Poitiers avant la victoire élec­to­rale de Syriza s’ex­prime  , traduit de l’an­glais par Mathieu Dargel, sur le site natio­nal d’En­semble. Extraits. Où l’on démontre que face à des néoli­bé­raux qui affirment vouloir la défaite de l’ex­pé­rience grecque, parler de compro­mis est une erreur poli­tique.
« Les réfé­rences à un « compro­mis hono­rable », qu’elles soient conno­tées posi­ti­ve­ment ou néga­ti­ve­ment, sont très en vogue en cette période en Grèce. Dans le discours des médias, ou, ce qui est nette­ment plus préoc­cu­pant, dans celui du gouver­ne­ment lui-même, parve­nir à « un compro­mis hono­rable » avec les « Insti­tu­tions », comme a été renom­mée la Troïka, est devenu l’objec­tif stra­té­gique de la période. Dans le meilleur des cas, faudrait-il ajou­ter, puisqu’au cours des derniers jours le registre du « compro­mis » semble avoir cédé la place à la recherche d’un « accord » tout court, sous-entendu : même au prix de condi­tions qui auraient été jugées inac­cep­tables il y a peu.

Il va sans dire que, du côté de Syriza, ce glis­se­ment discur­sif vers le discours du « compro­mis », voire même la rési­gna­tion à un accord « clair mais doulou­reux » selon les termes du ministre de l’in­té­rieur Nicos Vout­sis[2], équi­vaut à un aban­don de l’objec­tif de la rupture avec les memo­randa et les règles de la troïka, sur les bases duquel les élec­tions avaient été gagnées. Mais que peut signi­fier, dans le contexte actuel, cette réfé­rence enva­his­sante à quelque chose d’aussi opaque qu’un « hono­rable compro­mis » ?

(…)
Le primat de la poli­tique

(…)
Pour le dire un peu autre­ment : c’est préci­sé­ment parce que le « compro­mis » est, dans la situa­tion actuelle, impos­sible, que son évoca­tion compul­sive obscur­cit les véri­tables enjeux, en les dépo­li­ti­sant et en les présen­tant comme un affron­te­ment entre des préfé­rences éthiques : « réalistes » contre « durs », « prag­ma­tiques » contre « utopistes » etc. Ce qui trans­pa­raît dans  la lutte discur­sive actuelle , c’est tout simple­ment que le « compro­mis hono­rable » n’est pas possible parce  que ses pré-requis manquent. La plus forte partie, l’Union Euro­péenne, n’est pas inté­res­sée à un compro­mis, mais unique­ment à admi­nis­trer une leçon d’hu­mi­lia­tion à Syriza, leçon qui, par défi­ni­tion, entraîne le déshon­neur. Il ne lui suffit pas d’ob­te­nir de Syriza de « geler » l’ap­pli­ca­tion de l’es­sen­tiel de son programme, il s’agit de le contraindre de mettre en œuvre une poli­tique d’aus­té­rité dans le droit fil de celle des précé­dents gouver­ne­ments. En d’autres termes, d’ob­te­nir, par la chan­tage à la liqui­dité et par la stran­gu­la­tion graduelle des finances de la Grèce, l’an­nu­la­tion pure et simple du verdict élec­to­ral du 25 janvier.

L’im­pos­si­bi­lité du compro­mis renvoie, bien sûr, à l’équi­libre asymé­trique des forces, qui rend ce compro­mis, en un sens, facul­ta­tif et, ainsi, du point de vue du plus fort, inutile. Mais elle ne se réduit pas seule­ment à cela.

Histo­ri­ci­ser le compro­mis

Pendant l’unique période histo­rique durant laquelle le capi­ta­lisme, dans les pays du « centre mondial » a fonc­tionné sur la base d’un véri­table compro­mis de classe, c’est-à-dire les décen­nies qui ont immé­dia­te­ment suivi la Seconde Guerre mondiale, un rôle essen­tiel a été joué par le fait qu’un secteur au moins de  la bour­geoi­sie occi­den­tale avait parti­cipé à la guerre contre le fascisme et s’était trou­vée, dans ce contexte, pendant un moment bref mais déci­sif du même côté que les forces orga­ni­sées des classes domi­nées. Ce terrain commun, mini­mal mais en aucun cas négli­geable, a persisté durant les premières années de la Guerre Froide, du moins en Europe. La Grèce a connu une expé­rience analogue durant le combat contre la dicta­ture mili­taire (1967–74), qui a préparé le terrain pour le compro­mis poli­tique qui a suivi et a mis un terme défi­ni­tif au régime répres­sif en place depuis la fin de la guerre civile (1949).

Tout cela a volé en éclat avec la contre-révo­lu­tion néo-libé­rale, qui , comme l’ont ample­ment démon­tré Naomi Klein et David Harvey, commence au moment où les chars de Pino­chet ont mis un terme à l’ex­pé­rience de l’Unité Popu­laire au Chili. L’équi­libre des forces qui garan­tis­sait le compro­mis de classe de l’après-guerres est boule­versé de manière écra­sante en faveur du capi­tal. Les réfé­rences parta­gées aux valeurs du combat anti-fasciste, d’une impor­tance fonda­men­tale pour la légi­ti­ma­tion et la créa­tion de l’  « État social » de l’après-guerre, se sont évapo­rées. Elles ont été rempla­cées par un anti-commu­nisme réchauffé sous le nom d’ « anti-tota­li­ta­risme », mélangé à l’exal­ta­tion des valeurs du marché, du profit et la « libre concur­rence ».

Le monde bour­geois et l’ordre établi, en Europe, ne sont plus repré­sen­tés par les De Gaulle, Mac Millan ou même Jean Monnet, mais par les Merkel, Dijs­sel­bloem et Draghi. La théra­pie de choc appliquée à la Grèce au cours de ces cinq dernières années n’est rien d’autre  qu’une version radi­cale de cette contre-révo­lu­tion néo-libé­rale appliqué, pour la première fois, à un pays d’Eu­rope occi­den­tale  . Ceux qui l’ont menée à bien, à l’in­té­rieur et à l’ex­té­rieur du pays, sont les exécu­tants d’une opéra­tion  de  pillage et d’as­sujet­tis­se­ment. Ils sont tout à la fois violents et vulgaires, à l’op­posé de toute recherche de compro­mis. Dans ces condi­tions, l’ac­tion des oppri­més est la seule à pouvoir ouvrir une pers­pec­tive de régé­né­ra­tion poli­tique, sociale et morale.

Cela suppose de réani­mer de façon déci­sive ce que Gram­sci, citant le marxiste français Georges Sorel, appelle « l’es­prit de scis­sion »  des classes oppri­mées, leur capa­cité à rompre l’hé­gé­mo­nie idéo­lo­gique et éthique des groupes domi­nants, pour mettre à jour l’an­ta­go­nisme latent au sein des rapports sociaux et faire valoir leur propre concep­tion du monde et leur propre « réforme éthique ».

Ce acte de rupture est le seul, ici et main­te­nant , qui soit « hono­rable », préci­sé­ment parce qu’il est, à la fois la condi­tion et le signe annon­cia­teur de choix poli­tiques et éthiques radi­ca­le­ment nova­teurs dans le combat pour l’éman­ci­pa­tion popu­laire.

Stathis Kouve­la­kis. Traduit de l’an­glais par Mathieu Dargel.

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.