Aller au contenu

Jour­née contre le chômage le 23 avril. Décla­ra­tion de Soli­daires

http://syndi­col­lec­tif.fr/decla­ra­tion-de-lunion-syndi­cale-soli­daires/

La situa­tion géné­rale dans laquelle nous nous trou­vons est grave : crise sani­taire, crise sociale avec la multi­pli­ca­tion des licen­cie­ments et des suppres­sions d’em­plois, explo­sion de la préca­rité et de la pauvreté, crise écolo­gique, crise démo­cra­tique avec des poli­tiques auto­ri­taires et liber­ti­cides.

La commu­ni­ca­tion gouver­ne­men­tale repose depuis plusieurs mois sur la capa­cité vacci­nale qui devrait permettre un retour à une forme de “norma­li­sa­tion” autour de l’été 2021. Mais la vacci­na­tion du plus grand nombre se fait attendre prin­ci­pa­le­ment à cause de la concur­rence entre labo­ra­toires et le contrôle du marché sur les vaccins, pour­tant majo­ri­tai­re­ment finan­cés sur des fonds publics. Pour répondre aux besoins de la popu­la­tion, des brevets publics pour les vaccins, et la socia­li­sa­tion du secteur phar­ma­ceu­tique se posent de façon urgente pour faire passer notre santé avant les inté­rêts marchands. Aucun chan­ge­ment de cap signi­fi­ca­tif n’a été mis en place depuis l’an­née dernière.

Où sont les moyens pour les services publics, en parti­cu­lier hospi­ta­lier et d’édu­ca­tion ? Où sont les mesures fortes pour lutter contre la préca­rité, comme par exemple l’ac­cès au RSA aux 18–25 ans ? L’aug­men­ta­tion du SMIC, des salaires, des retraites et des mini­mas sociaux ?Les occu­pa­tions de lieux cultu­rels se sont multi­pliées. Cela concerne aujourd’­hui envi­ron une centaine de lieux pour protes­ter contre les diffi­cul­tés spéci­fiques au monde de la culture, en parti­cu­lier des inter­mit­tent.es, mais surtout pour exiger l’abro­ga­tion de la réforme de l’as­su­rance chômage. La confir­ma­tion de la mise en place de cette réforme au 1er juillet va être une catas­trophe pour plus d’un million de privé.es d’em­plois qui vont voir leurs reve­nus forte­ment bais­ser. Des dizaines de milliers d’autres n’au­ront plus ou pas l’ac­cès aux allo­ca­tions chômage.

Dans ce contexte, l’Union syndi­cale Soli­daires rejoint l’ap­pel à faire du “vendredi de la colère” du 23 avril une jour­née de conver­gence pour l’abro­ga­tion de la réforme de l’as­su­rance chômage, y compris par la grève. Un préavis dans le secteur public sera déposé en ce sens. Le premier mai, jour­née inter­na­tio­nale de lutte des travailleuses et des travailleurs­sera une jour­née de mobi­li­sa­tion essen­tielle.

Les peurs liées aux crises sani­taires et sociales se trans­forment peu à peu en colère. Cette colère est le terreau du rapport de force social et écolo­gique qu’il nous appar­tient collec­ti­ve­ment de construire pour qu’il soit gagnant. Nous pouvons nous appuyer sur les lutte en cours, sur les mani­fes­ta­tions qui ont rencon­tré du succès comme la mani­fes­ta­tion fémi­niste du 8 mars, ou celle du 28 mars sur le climat.

C’est pourquoi l’Union syndi­cale Soli­daires va conti­nuer à mener une campagne auprès des sala­rié.es dans les mois à venir pour montrer qu’il y a des solu­tions face aux suppres­sions d’em­plois, aux licen­cie­ments. Cela passe par l’in­ter­dic­tion des licen­cie­ments dans les entre­prises qui font des profits. Une recon­ver­sion écolo­gique est indis­pen­sable et doit préser­ver les travailleurs et les travailleuses dans leurs droits et leurs reve­nus. Cela passe obli­ga­toi­re­ment par la condi­tion­na­lité et le contrôle des aides publiques appor­tées aux entre­prises.

Dans ce sens, nous porte­rons dans les jours à venir vers l’en­semble du mouve­ment social la propo­si­tion d’or­ga­ni­ser une grande jour­née de mani­fes­ta­tion natio­nale vers septembre. Nous allons propo­ser de façon large aux orga­ni­sa­tions qui portent la ques­tion de l’ur­gence sociale et écolo­gique la construc­tion d’une telle initia­tive dont les contours seront à défi­nir collec­ti­ve­ment. L’ac­tion collec­tive est indis­pen­sable pour éviter que l’ex­trême-droite, dont les idées progressent à grand pas dans la société, ne se nour­risse du déses­poir et ne s’im­pose. Le mouve­ment syndi­cal a une respon­sa­bi­lité collec­tive à appor­ter une réponse aux travailleuses et aux travailleurs pour construire un autre avenir que celui que préparent les capi­ta­listes et le pouvoir poli­tique.

Billets en relation :

Une réflexion au sujet de « Jour­née contre le chômage le 23 avril. Décla­ra­tion de Soli­daires »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.