Aller au contenu

La situa­tion dans notre dépar­te­ment

Extrait de la confé­rence de presse de « Inven­tons la Vienne écolo­gique et soli­daire »

L’aus­té­rité on sait comment elle se traduit : par plus de diffi­culté pour les français qui sont tous les ans 100000 de plus à passer sous le seuil de pauvreté. Pour les collec­ti­vi­tés locales, c’est 11 milliards d’eu­ros de dota­tion en moins sur trois ans. Le dépar­te­ment de la Vienne n’échappe pas à la règle. Par exemple les allo­ca­tions de soli­da­rité (RSA, APA, PCH) qu’il verse aux béné­fi­ciaires n’est aujourd’­hui compensé qu’à 62 % dans la dota­tion de l’État (le manque pour 2014 est de 41 millions d’eu­ros pour 2014, la « dette » cumu­lée de l’État est de 359 millions, on approche l’équi­valent du budget du conseil géné­ral). C’est aussi une réforme terri­to­riale qui est là pour mettre les collec­ti­vi­tés au pas.

 

Quant à la droite, qui dirige ce dépar­te­ment, elle proteste molle­ment, et pour cause : ce qui est mis en place, c’est la réforme terri­to­riale de Sarkozy de 2010 abro­gée en 2012 qui revient par la fénêtre.

 

Regar­dons la poli­tique de cette majo­rité dépar­te­men­tale en ce qui concerne l’aide sociale, première compé­tence du dépar­te­ment. Quelques exemples :

– suppres­sion des perma­nences d’as­sis­tant de service social dans les petites communes. Une personne qui pouvait rencon­trer un assis­tant de service social à Queaux ou à Bouresse doit main­te­nant aller à Civaux… alors que bien souvent, les personnes qui en ont besoin ont des problèmes de mobi­lité.

– suppres­sion de l’aide pour le retour à l’em­ploi (APRE) qui était de 1500€ à la créa­tion du RSA qui permet­tait d’ai­der à l’in­ser­tion dans l’em­ploi.

– suppres­sion de l’aide aux mineurs isolés.

 

Ces suppres­sions repré­sentent certes des écono­mies, parfois de bout de chan­delle, mais surtout cela montre la vision rétro­grade de la droite en matière de soli­da­rité.

 

Quand à l’aide à la personne, c’est un domaine où règne une grande préca­rité pour les inter­ve­nant-e-s qui peuvent être indé­pen­dant-e-s où travailler pour une asso­cia­tion. Ces asso­cia­tions assurent une part impor­tante de l’aide à domi­cile alors que parfois elles n’en peuvent plus. Par exemple l’ADMR, prin­ci­pal opéra­teur en milieu rural avec 1200 sala­riés, c’est 46 asso­cia­tions dont un quart sont gérées direc­te­ment par la fédé­ra­tion dépar­te­men­tale, faute de béné­vole et/ou de compé­tences. Il s’agit là d’une mission de service public, et nous propo­sons de mettre en place un service public de l’aide à la personne, conju­guant les moyens publics et ceux des asso­cia­tions, pour offrir à tous, en parti­cu­lier aux personnes agées, des aides assu­rées par des person­nels formés et quali­fiés exerçant leur métier dans un emploi stable et quali­fié.

 

* Et toujours l’appel dépar­te­men­tal

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.