Aller au contenu

La sobriété, l’ef­fi­ca­cité éner­gé­tique et le déve­lop­pe­ment des renou­ve­lables: les 3 piliers de la tran­si­tion éner­gé­tique

Une réponse de Robert Rochaud à un texte de Pascal Canaud sur la tran­si­tion éner­gé­tique

En réponse à l’ar­ticle « Invi­­ta­­tion au débat sur la tran­­si­­tion éner­­gé­­tique« 

Ton initia­tive Pascal est inté­res­sante car elle permet d’al­ler plus loin dans le débat qui de fait a été limité dans le temps lors de cette soirée.

Tu poses les ques­tions  du finan­ce­ment de cette tran­si­tion éner­gé­tique, d’un possible produc­ti­visme vert et de la propriété de ces instal­la­tions.

Europe Écolo­gie Les Verts (EELV) avait choisi d’axer cette soirée, au moment où était votée la loi sur la Tran­si­tion Ener­gé­tique, sur la néces­sité de déve­lop­per les éner­gies renou­ve­lables, de montrer comment cela était réali­sable dés main­te­nant et cela par une maîtrise publique ou citoyenne.

Nous avions fait ce choix. Nous aurions pu en faire un autre. Nous aurions pu mettre en évidence la même néces­sité de réduire notre consom­ma­tion éner­gé­tique, d’amé­lio­rer l’ef­fi­ca­cité éner­gé­tique, c’est à dire de dimi­nuer la consom­ma­tion d’éner­gie pour un même service rendu et mettre en évidence des réali­sa­tions qui vont dans ce sens.
Le Scéna­rio Néga­watt, publié le 29 septembre 2011, montre qu’en 2050, la France peut fonc­tion­ner unique­ment avec les renou­ve­lables et en sortant du nucléaire en s’ap­puyant sur 3 piliers. La sobriété, l’ef­fi­ca­cité éner­gé­tique et le déve­lop­pe­ment des renou­ve­lables.

L’ADEME, orga­nisme d’Etat, vient d’ailleurs de publier un scéna­rio en 2015 qui arrive à la même conclu­sion.

Pour nous, écolo­gistes, ces 3 piliers sont insé­pa­rables. Et si le déve­lop­pe­ment des éner­gies renou­ve­lables, compte tenu de son sous-déve­lop­pe­ment actuel, peut être consi­déré comme allant dans le sens du produc­ti­visme, les 2 autres, la sobriété et le déve­lop­pe­ment de l’ef­fi­ca­cité éner­gé­tique en sont clai­re­ment aux anti­podes.

Cepen­dant l’idée que le capi­ta­lisme puisse se peindre en vert pour déve­lop­per le tout élec­trique et main­te­nir le produc­ti­visme n’est pas fausse. C’est d’ailleurs ce que l’on peut craindre en consta­tant que ce sont des socié­tés finan­cières qui sont aux manœuvres actuel­le­ment pour déve­lop­per la plupart des parc éoliens ou des centrales photo­vol­taïques. Et ce n’est pas le projet du gouver­ne­ment de multi­plier les bornes de recharges des voitures élec­triques qui va nous donner un signe contraire.

Ces poli­tiques ne sont pas les nôtres.

Pour, à la fois lutter contre le chan­ge­ment clima­tique et sortir de l’uti­li­sa­tion des éner­gies fossiles, il est indis­pen­sable que les citoyens se réap­pro­prient la ques­tion de l’éner­gie à l’ins­tar de ce que font les citoyens danois ou Alle­mands. Ils inves­tissent dans des coopé­ra­tives de produc­tion d’éner­gie renou­ve­lable et locale consom­mée loca­le­ment où ils se mobi­lisent comme à Hambourg pour que la société de distri­bu­tion d’élec­tri­cité rede­vienne propriété de la ville, c’est à dire des citoyens.

Dans ces situa­tions ce sont les citoyens qui sont les proprié­taires des instal­la­tions. Ce sont eux qui vont faire les choix du niveau de renta­bi­lité qu’ils souhaitent, des inves­tis­se­ments qu’ils vont réali­sés, des usages qu’ils vont vouloir déve­lop­per.

Le finan­ce­ment par la plate forme Lumo a au moins l’avan­tage de permettre aux citoyens de placer une partie de leur épargne dans des projets porteurs d’ave­nir en compa­rai­son aux écono­mies placées sur un livret de Déve­lop­pe­ment Durable dont on sait que seule­ment 10% des fonds sont réel­le­ment placés sur des actions de soli­da­rité et d’éco­lo­gie. En revanche, les épar­gnants n’in­ter­viennent pas sur la gestion du projet. Dans les cas connus sur la Vienne, ces projets sont portés par la SERGIE, qui dépend des collec­ti­vi­tés locales de la Vienne. D’une certaine façon on est donc dans le cas d’une propriété publique de ces instal­la­tions.

D’autres struc­tures de finan­ce­ment parti­ci­pa­tif des éner­gies renou­ve­lables existent, entre autre Ener­gie Parta­gée Inves­tis­se­ment (EPI). Il y a 2 diffé­rences entre LUMO et EPI. EPI inves­tis en fonds propres. LUMO inter­vient sous forme de prêt bancaire. EPI inter­vient dans la gestion des projets qu’elle soutient. Elle inter­vient selon une charte pour les projets citoyens qui prévoit un ancrage local, une fina­lité non spécu­la­tive, une gouver­nance avec un fonc­tion­ne­ment démo­cra­tique, trans­pa­rent et dans le respect de l’en­vi­ron­ne­ment. Cette charte prévoit en parti­cu­lier qu’un partie des résul­tats finan­ciers sont inves­tis dans des actions péda­go­giques et des actions de réduc­tion des consom­ma­tions.

Dans ces projets, la propriété est collec­tive et directe. Il appar­tient alors aux citoyens enga­gés de véri­fier que les objec­tifs de départ sont toujours d’ac­tua­lité et non déna­tu­rés.

Les pouvoirs publics ont bien évidem­ment leur respon­sa­bi­lité dans la mise en œuvre de cette tran­si­tion éner­gé­tique. Cepen­dant lorsque l’on se rappelle les freins mis par les grands entre­prises éner­gé­tiques et nucléaires françaises par rapport au contenu de la loi votée en 2015 il appa­raît clai­re­ment que si les citoyens ne s’en mêlent pas, c’est le statu quo qui prédo­mi­nera. On conti­nuera alors à promou­voir le chauf­fage élec­trique, aber­ra­tion écolo­gique et summum du gaspillage éner­gé­tique pour écou­ler l’élec­tri­cité nucléaire d’EDF, comme le propose actuel­le­ment le minis­tère de l’éco­lo­gie en offrant une prime pour chan­ger les radia­teurs. L’im­pli­ca­tion des citoyens est une des condi­tions de la réus­site de la tran­si­tion vers une société sobre en éner­gie de sources renou­ve­lables.

Quant à soute­nir l’exi­gence d’une banque publique contrô­lée par les élus et les consom­ma­teurs, outre que celle-ci existe déjà, la BPI, et qu’elle inves­tit déjà dans les projets d’ENR, comment s’as­su­rer qu’une seule struc­ture de niveau natio­nal puisse être réel­le­ment contrô­lée par des élus et des consom­ma­teurs ? Comment s’as­su­rer qu’une telle struc­ture puisse, dans le temps et sur tout le terri­toire natio­nal, « gérer l’argent dans le sens du bien de la nature et des êtres vivants » ? L’ex­pé­rience montre qu’i­né­vi­ta­ble­ment  en gros­sis­sant, ces struc­tures s’éloignent des citoyens et aussi quelque­fois des objec­tifs initiaux ou qu’elles les détournent et imposent des choix à la collec­ti­vité jamais débat­tus tel le nucléaire.

Avec des inves­tis­se­ment citoyens dans des projets locaux de déve­lop­pe­ment d’ENR, avec une gouver­nance trans­pa­rente et démo­cra­tique, 1 personne =1voix comme dans les struc­tures de l’Eco­no­mie Sociale et Soli­daire, on reste à une échelle qui permet un contrôle perma­nent des citoyens.

Robert Rochaud

le 03/10/2015

Billets en relation :

Une réflexion au sujet de « La sobriété, l’ef­fi­ca­cité éner­gé­tique et le déve­lop­pe­ment des renou­ve­lables: les 3 piliers de la tran­si­tion éner­gé­tique »

  1. Thierry Pasquier dit :

    En complément des scenarii proposés par Negawatt et l’ADEME et pour ce qui concerne l’électricité, je vous engage à lire l’étude réalisée par Greenpeace France l’année dernière : Le coût de production futur du nucléaire exploité au-delà de 40 ans » Ce document synthétique compare les coûts de production futurs de l’électricité nucléaire d’un réacteur exploité après rénovation au-delà de l’échéance de 40 ans et les coûts de production futurs de l’électricité d’origine renouvelable. http://goo.gl/QiORvb

    Il y a 35 ans, dans son livre La pauvreté du pouvoir (PUF), Barry Commoner, invitait déjà à revoir entièrement l’utilisation de l’énergie en tenant compte des principes de la thermodynamique et, en particulier du deuxième, pour développer l’emploi de l’énergie solaire sous toutes ses formes.  Il y rappelait les notions de qualité et de rendement de l’énergie pour soutenir la nécessité de penser les filières énergétiques dans leur ensemble, de la production à la consommation ; en gros, utiliser de l’électricité produite à des centaines de kilomètres (nucléaire ou photovoltaique, c’est idem) pour se chauffer est une aberration dispendieuse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.