Aller au contenu

La soli­da­rité c’est la tendresse des peuples

Contre une poli­tique d’im­mi­gra­tion qui bafoue les droits humains, la soli­da­rité avec les enfants scola­ri­sés et leurs parents mena­cés d’ex­pul­sion se déve­loppe. Collec­tif poite­vin « D’ailleurs Nous Sommes d’Ici »

 

Quels que soient les gouver­ne­ments, la situa­tion des migrants et sans-papiers ne s’est pas amélio­rée ni à Poitiers ni ailleurs. Ces familles et personnes seules vivent dans une grande préca­rité aggra­vée encore par les mesures discri­mi­na­toires,admi­nis­tra­tives, poli­cières ou juri­diques dont elles sont l’objet.C’est insup­por­table et inad­mis­sible.

Devant l’in­tran­si­geance et la bruta­lité avec laquelle la préfec­ture applique cette poli­tique du chiffre inhu­maine, au détri­ment des droits fonda­men­taux, un mouve­ment de soutien aux sans-papiers se déve­loppe sur Poitiers.

Depuis envi­ron 3 mois, des ensei­gnants, des parents d’élèves, des anima­teurs de centres sociaux, des lycéens, des béné­voles d’as­so­cia­tions se mobi­lisent dans leur établis­se­ment scolaire ou dans leurquar­tier pour soute­nir des élèves migrants mena­cés d’ex­pul­sion avec leurs parents. Cela concerne des écoles (Tony Lainé, Renau­dot), un Collège (Ronsard), un Lycée (Alié­nor d’Aqui­taine)

Ainsi depuis le le 12 février dernier ce ne sont pas moins de 9 rassem­ble­ments (12,15 et 17 février ; 5,19, 28 mars ; 2,11, 28 avril, 7 mai) ) qui ont eu lieu

Chacun sait qu’il y a dans les établis­se­ments scolaires de Poitiers de nombreux autres élèves mena­cés d’ex­pul­sion avec leurs familles.

Mercredi 7 mai, comme tous les 1er mercre­dis du mois, Le Collec­tif poite­vin DNSI appel­lait à mani­fes­ter, contre la poli­tique d’im­mi­gra­tion discri­mi­na­toire du gouver­ne­ment et son appli­ca­tion par une préfec­ture de la Vienne, peu soucieuse d’hu­ma­nité.

150 à 200 person­nesse sont rassem­blés à 18h devant le Palais de justice, dont de nombreux parents d’élèves et familles de migrants, venues avec leur bande­rolles,sensi­bi­li­sés et choqués par la récente expul­sion d’un papa russe, dont les enfants sont scola­ri­sés en centre-ville ou encore contre l’ex­pul­sion qui menace une mère de deux enfants armé­niens scola­ri­sés dans le quar­tier des Trois-Cités.

Le rassem­ble­ment s’est pour­suivi par un défilé dans les rues du centre-ville

Le collec­tif DNSI à appellé à ampli­fier et à orga­ni­ser le soutien aux migrants et sans-papiers par la créa­tion de comi­tés de soutien, en proxi­mité des personnes et familles mena­cés, et par leur coor­di­na­tion dans les quar­tier et au niveau de Poitiers.

Et aussi à reve­nir nombreux mercredi 4 juin à 18h devant le Palais de Justice pour marquer sans relache notre oppo­si­tion et briser le silence sur linhu­ma­nité de cette poli­tique.

Collec­tif poite­vin « D’ailleurs Nous Sommes d’Ici »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.