Aller au contenu

Prin­temps de la psychia­trie

Cet appel est sortie à la la veille de la Mani­fes­ta­tion natio­nale de la psychia­trie du 22 janvier à Paris à laquelle une délé­ga­tion de Poitiers a parti­cipé.

PB, 23–1–2019

Mani­feste pour un renou­veau des soins psychiques

La psychia­trie et la pédo­psy­chia­trie n’en peuvent plus. Depuis déjà plusieurs décen­nies, ceux qui les font vivre ne cessent de dénon­cer leur désa­gré­ga­tion et de lutter contre le déclin drama­tique des façons d’ac­cueillir et de soigner les personnes qui vivent au cours de leur exis­tence une préca­rité psychique doulou­reuse. En vain le plus souvent. Ce qui est en crise, c’est notre hospi­ta­lité,l’at­ten­tion primor­diale accor­dée à chacun et à un soin psychique cousu-main, à rebours du trai­te­ment prêt-à-porter stan­dar­disé qui se veut toujours plus actuel. Les mouve­ments des hôpi­taux du Rouvray, Le Havre, Amiens, Niort, Mois­selles, Paris, etc… ont su bous­cu­ler l’in­dif­fé­rence média­tique et rendre visible au plus grand nombre le chaos qui guette la psychia­trie. Pour percer le mur du silence, il n’aura fallu rien de moins qu’une grève de la faim …Devant cette régres­sion orga­ni­sée, nous nous enga­geons tous ensemble à soigner les insti­tu­tions psychia­triques et à lutter contre ce qui perturbe leur fonc­tion­ne­ment. Patients, soignants, parents, personnes concer­nées de près ou de loin par la psychia­trie et la pédo­psy­chia­trie, tous citoyens, nous sommes révol­tés par cette régres­sion de la psychia­trie qui doit cesser.

Il s’agit pour nous de refon­der et construire une disci­pline qui asso­cie soin et respect des liber­tés indi­vi­duelles et collec­tives. Contrai­re­ment à la tendance actuelle qui voudrait que la mala­die mentale soit une mala­die comme les autres, nous affir­mons que la psychia­trie est une disci­pline qui n’est médi­cale qu’en partie. Elle peut et doit utili­ser les ressources non seule­ment des sciences cogni­tives, mais égale­ment des sciences humaines, de la philo­so­phie et de la psycha­na­lyse, pour contri­buer à un renou­veau des soins axés sur la recon­nais­sance de la primauté du soin rela­tion­nel. Notre critique de ce qu’est deve­nue la psychia­trie ne peut faire l’im­passe sur la respon­sa­bi­lité de ses gestion­naires.

Les avan­cées de la recherche scien­ti­fique ne peuvent dura­ble­ment être confisquées par des experts auto-procla­més dont les liens avec l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique sont suspects. Les savoirs scien­ti­fiques ne doivent pas servir d’alibi à des choix poli­tiques qui réduisent les sujets à un flux à régu­ler pour une meilleure renta­bi­lité écono­mique. Nous sommes face à une véri­table néga­tion du sujet et de sa singu­la­rité, au profit de méthodes éduca­tives, sécu­ri­taires ou exclu­si­ve­ment symp­to­ma­tiques. Les inter­dits de pensée sont deve­nus la règle d’une disci­pline où l’on débat de moins en moins. La psyché humaine est telle­ment complexe qu’elle n’obéit à aucune causa­lité, simple et univoque, et se moque des réduc­tions idéo­lo­giques. Toute approche privi­lé­giant une réponse unidi­men­sion­nelle est néces­sai­re­ment à côté. Nous récu­sons, dès lors, toute poli­tique d’ho­mo­gé­néi­sa­tion des pratiques. Une poli­tique qui détruit la cohé­rence des équipes et instru­men­ta­lise la parole des patients fige la capa­cité d’in­ven­ter à force d’injonc­tions para­doxales, dans la nasse de discours sans épais­seur et morti­fères.

Aussi, si le budget de la psychia­trie, sans cesse rogné depuis des années, doit être large­ment reva­lo­risé, comme l’exigent toutes les mobi­li­sa­tions actuelles, c’est l’ap­pau­vris­se­ment des rela­tions au sein des lieux de soins qui est notre souci premier. La stan­dar­di­sa­tion des pratiques proto­co­li­sées déshu­ma­nise les sujets, patients et soignants. Le recours massif aux CDD courts, le taris­se­ment orga­nisé de la forma­tion conti­nue, l’ina­dé­qua­tion des forma­tions initiales qui privi­lé­gient cours magis­traux et vision­nages de DVD sans inter­ac­tions entre les étudiants et leur forma­teur, contri­buent à la désa­gré­ga­tion des équipes au sein desquelles le turn-over est de plus en plus impor­tant. La conti­nuité des soins et la cohé­sion des équipes en sont dura­ble­ment compro­mises. Nous devons oppo­ser à cet état de fait la spéci­fi­cité de la mala­die psychique, qui sous-tend la néces­sité d’une approche singu­lière et d’un travail spéci­fique d’équipes pluri­dis­ci­pli­naires en insti­tu­tion psychia­trique ainsi que dans le médico-social, et la co-construc­tion d’al­liances théra­peu­tiques fécondes avec les personnes accueillies. C’est tout le monde de la psy et des psys, en insti­tu­tion ou pas, qui est concerné.

Nous voulons en finir avec l’aug­men­ta­tion conti­nuelle du recours à l’iso­le­ment et à la conten­tion, la contrainte doit cesser d’être la norme. Le droit des patients, hospi­ta­li­sés ou non, est régu­liè­re­ment ignoré, parfois volon­tai­re­ment bafoué. Cette violence insti­tu­tion­nelle, régu­liè­re­ment condam­née par la Cour euro­péenne des Droits de l’Homme, touche en premier lieu les soignés, mais affecte aussi les soignants.

La psychia­trie et le secteur médico-social doivent pouvoir s’ap­puyer sur des équipes stables avec des person­nels non inter­chan­geables quel que soit leur statut. Ils doivent pouvoir béné­fi­cier d’un assise solide qui auto­rise la parole et propose de véri­tables évolu­tions de carrière. Au-delà du soin, nous voulons travailler à des accom­pa­gne­ments alter­na­tifs, nouer des liens équi­li­brés avec les diffé­rentes asso­cia­tions qui œuvrent dans la cité. Nous voulons multi­plier les lieux qui cultivent le sens de l’hos­pi­ta­lité avec un accueil digne et atten­tif aux singu­la­ri­tés de chacun. Nous nous enga­geons à parti­ci­per, orga­ni­ser, soute­nir tout débat, toute action ou mouve­ment cohé­rent avec ce mani­feste,avec tous les profes­sion­nels, leurs syndi­cats, les collec­tifs, les asso­cia­tions de familles et d’usa­gers, et l’en­semble des citoyens qui souhai­te­raient soute­nir et déve­lop­per une psychia­trie éman­ci­pa­trice du sujet.

Nous appe­lons à parti­ci­per à la mani­fes­ta­tion natio­nale du 22 janvier à Paris.

Debout pour le Prin­temps de la psychia­trie!

Liste des groupes et syndi­cats soute­nant l’ini­tia­tive:

Actua­lité de la psycha­na­lyse à Troyes; Appel des appels(ADA); Asso­cia­tion des psychiatres de secteur infanto-juvé­nile(API); Asso­cia­tion médi­ter­ra­néenne de psycho­thé­ra­pie insti­tu­tion­nelle (AMPI); CEMEA; CGT du CH de Lavaur (81); la CIPPA; Collec­tif des 39; Collec­tif natio­nal des psycho­logues hospi­ta­liers; La Criée; Ensemble!;la FIAC; Le Fil conduc­teur Psy; La Fran­ceIn­sou­mise;Humapsy; Inter-collèges des psycho­logues hospi­ta­liers; le NPA; le PCF; Pinel en lutte; Le Point de Capi­ton; Les Psy causent; Psychia­trie Pari­sienne Unifiée; Pratiques; Psy soins Accueil; La Rattroupe, collec­tif soignant; Réseau Euro­péen des Santé Mentale Démo­cra­tique; SERPSY; Syndi­cat des Psychiatres des Hôpi­taux (SPH); Fédé­ra­tion Sud Santé Sociaux; Union Syndi­cale de laPsy­chia­trie (USP

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.