Aller au contenu

Langues régio­nales : commu­niqué d’E! contre la censure du Conseil consti­tu­tion­nel

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL DECLARE DE NOUVEAU LA GUERRE AUX LANGUES REGIONALES, A CELLES ET CEUX QUI LES PARLENT OU VEULENT LES PARLER !
 Le Conseil Cons­ti­tu­tion­nel vient de censu­rer partiel­le­ment la loi Molac en inter­di­sant l’en­sei­gne­ment immer­sif dans l’Ecole publique, en inter­di­sant les signes diacri­tiques dans les actes d’Etat Civil. Il montre ainsi son mépris pour celles et ceux qui dans de nombreuses régions parlent ou veulent parler les langues de ces terri­toires, comme pour celles et ceux qui voudraient donner à leurs enfants des prénoms non conformes à l’in­ter­pré­ta­tion que fait le Conseil consti­tu­tion­nel de la consti­tu­tion. Le Conseil consti­tu­tion­nel commet une double faute : d’abord, la péda­go­gie par immer­sion est une réus­site partout où elle est appliquée. Et sa déci­sion estun très mauvais coup porté aux expé­riences exis­tantes de classes en immer­sion en Alsace, Pays basque nord, Corse, Bretagne, Cata­logne, Pays occi­tans, que ces expé­riences aient lieu dans le cadre asso­cia­tif ou de l’Edu­ca­tion natio­nale comme au Pays Basque. Ensuite ,la consti­tu­tion elle-même recon­naît les langues régio­nales comme langues de France et à ce titre peut donc tout à fait auto­ri­ser les mêmes dispo­si­tifs pour celles-ci que pour le français.

Les Langues, avec leurs impli­ca­tions complexes en termes d’iden­tité, de commu­ni­ca­tion, d’in­té­gra­tion sociale, d’édu­ca­tion et de déve­lop­pe­ment, revêtent une impor­tance stra­té­gique pour les peuples et pour la planète. Or, du fait du proces­sus de mondia­li­sa­tion et de la montée des Etats auto­ri­taires, elles peuvent être en danger ou sous la menace. Lorsque les langues s’éteignent (50% des 7000 langues utili­sées dans le monde), la diver­sité cultu­relle, qui fait la richesse de l’hu­ma­nité, s’ame­nuise. Car, avec elles, ce sont aussi des pers­pec­tives, une mémoire collec­tive, des modes uniques de pensée et d’ex­pres­sion – autant de ressources précieuses pour garan­tir un avenir meilleur – qui se perdent. 
Partout autour de nous en Europe, en Irlande, au Pays de Galles, au Tyrol du Sud et au Val d’Aoste en Italie, en Ecosse, au Pays Basque Sud, en Cata­logne la co offi­cia­lité de 2 langues, la langue offi­cielle de l’Etat et la langue régio­nale, accom­pa­gnant en géné­ral des statuts d’au­to­no­mie, est la règle. Partout cette co-offi­cia­lité a été obte­nue par la lutte.
 
Pour Ensemble !, chaque langue doit pouvoir vivre et être utili­sée tous les jours, donc des poli­tiques linguis­tiques volon­ta­ristes avec des moyens finan­ciers ambi­tieux sont néces­saires (signa­lé­tique, ensei­gne­ment, médias…)
 
Ensemble ! appelle à parti­ci­per aux initia­tives orga­ni­sées dans toutes les régions le samedi 29 mai par le collec­tif « pour que vivent nos langues
« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.