Aller au contenu

le Genepi Poitiers a décidé de ne plus inter­ve­nir au centre péni­ten­tiaire de Poitiers-Vivonne

Le Genepi Poitiers, asso­cia­tion mili­tant pour le décloi­son­ne­ment des insti­tu­tions carcé­rales par la circu­la­tion des savoirs, reprend sa liberté.

Après de nombreuses années de bons et loyaux services auprès de l’ad­mi­nis­tra­tion péni­ten­tiaire, le Genepi Poitiers a décidé de ne plus inter­ve­nir au centre péni­ten­tiaire de Poitiers-Vivonne.
Après de nombreuses entraves dans la mise en place de ses ateliers et de renon­ce­ment dans ses prin­cipes, le Genepi Poitiers se délivre de la muse­lière insti­tu­tion­nelle.

Face à une admi­nis­tra­tion péni­ten­tiaire complice de l’ar­bi­traire répres­sif et coupable d’at­teinte à la dignité humaine, le Genepi Poitiers cesse de colla­bo­rer pour les raisons suivantes:

• Le Genepi Poitiers refuse de parti­ci­per à un système carcé­ral et judi­ciaire qu’il dénonce.

• Le Genepi Poitiers refuse de parti­ci­per à ce même système qui oppresse la pensée et perpé­tue les inéga­li­tés sociales.

• Le Genepi Poitiers refuse de se soumettre à toute enquête de mora­lité et au fichage de ses membres.

• Le Genepi Poitiers refuse l’in­co­hé­rence de l’ad­mi­nis­tra­tion péni­ten­tiaire prônant la réin­ser­tion mais inter­di­sant l’ac­cès des inter­ve­nant.e.s à la mora­lité jugée non-conforme.

• Le Genepi Poitiers est contre la restric­tion de ses acti­vi­tés par l’ad­mi­nis­tra­tion péni­ten­tiaire en l’em­pê­chant d’avoir un mini­mum de liberté néces­saire dans ses mouve­ments et dans ses réflexions. Ses inter­ven­tions ne seront plus réduites à des jeux de socié­tés.

• Le Genepi Poitiers refuse que des personnes incar­cé­rées voulant inté­grer les ateliers s’en voient refu­ser l’ac­cès pour des motifs ambi­gus ou au nom de la sécu­rité. Le Genepi Poitiers n’ac­cepte pas que les parti­ci­pant.e.s ne soient pas appelé.e.s à venir à l’ac­ti­vité sans motifs valables.

• Le Genepi Poitiers se veut libre dans ses actions, notam­ment dans son devoir de témoi­gnage, sans oppres­sion ou répres­sion quel­conques de la part de l’ad­mi­nis­tra­tion péni­ten­tiaire.

• Le Genepi Poitiers ne servira plus de caution huma­niste au système carcé­ral par l’in­ter­ven­tion d’étu­diant.e.s qui masque le désin­té­rêt et le mépris envers les personnes incar­cé­rées ainsi que l’im­per­méa­bi­lité et les tabous de la prison.

• Le Genepi Poitiers ne soutient pas ce système répres­sif et, en aucun cas préven­tif au vu du taux de réci­dive et du nombre toujours crois­sant de personnes placées sous écrou.

• Le Genepi Poitiers refuse de caution­ner un système péni­ten­cier qui n’a comme unique solu­tion que d’en­fer­mer une mino­rité « inadap­tée » dans des condi­tions insa­lubres jusqu’à ne plus les trai­ter comme des êtres humains.

• Le Genepi Poitiers est contre l’en­fer­me­ment que ce système inflige aux personnes incar­cé­rées dans des condi­tions toujours plus déshu­ma­ni­santes.

• Le Genepi Poitiers soutient les prison­nier.ère.s en lutte et recon­naît les muti­ne­ries comme des actions collec­tives de résis­tance aux condi­tions de déten­tion et à l’ar­bi­traire des permis­sions de sortie et des aména­ge­ments de peine.

Ainsi, le Genepi Poitiers conti­nuera, tant que ce système exis­tera, à s’en­ga­ger et à lutter à l’ex­té­rieur pour et avec les personnes incar­cé­rées.

Les béné­voles du Genepi Poitiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.