Aller au contenu

Lettre à la préfète de la Vienne des Amis de la Terre Poitou

Que chacun-e peut reprendre à son compte

Madame la Préfète de la Vienne,
Avec le groupe Poitou des Amis de la Terre ( fédé­ra­tion inter­na­tio­nale), relié au collec­tif Arrêt du Nucléaire, je vous adresse une mise en demeure concer­nant les auto­ri­sa­tions de fonc­tion­ne­ment de la centrale de Civaux dont les rejets, auto­ri­sés ou fortuits, mettent en danger la santé et la vie d’au­trui.

Cette centrale a été construite en 1997 sans l’ac­cord de la popu­la­tion. Elle comporte 2 réac­teurs de forte puis­sance refroi­dis par une rivière dont le débit est insuf­fi­sant et irré­gu­lier. Et pour­tant la Vienne alimente en eau « potable » la ville de Châtel­le­rault située en aval…

Dès 1998, le réac­teur 1 a connu une sérieuse fuite : une fissure de 2 à 3 cm de large et 18 cm de long, dans un coude. Depuis, d’autres anoma­lies et falsi­fi­ca­tions ont été révé­lées : un excès de carbone dans l’acier le rend plus cassant. Crai­gnant les « ruptures brutales », l’ASN a exigé des garan­ties ( ?) puis a donné l’au­to­ri­sa­tion de redé­mar­ra­ge…

Le livre la Farce cachée du nucléaire, pointe d’autres défauts : selon l’au­teur, un sala­rié d’EDF, le béton de l’en­ceinte de confi­ne­ment, criblé de micro-fissures ne suffi­rait pas, en cas de catas­trophe à conte­nir la radio­ac­ti­vité : si l’ac­ci­dent arrive, les rustines n’ont plus aucune effi­ca­cité au bout de 48 heures, « on postule que l’ef­fi­ca­cité du revê­te­ment est nulle » selon EDF ! (p 124)

Le taux de fuite serait 45 fois plus impor­tant que le taux légal des décrets d’au­to­ri­sa­tion et de créa­tion des tranches de Belle­ville, Flaman­vil­le… et Civaux …

Les fuites sont les signes précur­seurs de dysfonc­tion­ne­ments plus graves. Le nucléaire ne peut fonc­tion­ner qu’à coups de falsi­fi­ca­tion des données réelles.

On ne peut plus nier le danger. Avec le collec­tif « Arrêt du Nucléaire » dont font partie les Amis de la Terre-Poitou, nous faisons plus que le dénon­cer et nous ne nous conten­tons pas d’en­vi­sa­ger de fuir : nous EXIGEONS la resti­tu­tion au peuple de ses DROITS fonda­men­taux, au premier rang desquels, le pouvoir de déci­der ce qui est compa­tible avec sa santé et celle des géné­ra­tions futures.

Avec les Amis de la Terre-Poitou, je vous mets, Madame la Préfète, devant l’obli­ga­tion de mettre fin à toutes les auto­ri­sa­tions de rejets qu’im­plique le fonc­tion­ne­ment actuel et futur de la centrale de Civaux.

Ceci est une mise en demeure et la date limite pour la réso­lu­tion du problème est fixée au 1er septembre 2017
En espé­rant de votre part une réponse conforme aux inté­rêts communs,

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.