Aller au contenu

Le monde de la santé selon Macron est un monde en ruines

Mani­fes­ta­tion le 9 octobre. A Poitiers la mani­fes­ta­tion commen­cera devant le siège de la Caisse primaire d’as­su­rance mala­die.
https://reve86.org/evene­ment/jour­nee-de-mobi­li­sa­tion-inter­syn­di­cale/
Parmi les secteurs où la colère et les révoltes montent , ici et dans beau­coup de villes,  le secteur de la santé est en pointe. A ce propos, comme contri­bu­tion au débat, voici un texte que l’Union syndi­cale de la psychia­trie diffuse suite à la présen­ta­tion du plan « Ma santé 2022 » par Macron le 18 septembre dernier. Présen­ta­tion qui fut suivie de l’an­nonce du nouveau plan d’aus­té­rité pour les hôpi­taux.
https://blogs.media­part.fr/edition/contes-de-la-folie-ordi­naire/article/290918/le-monde-de-la-sante-selon-macron-est-un-monde-en-ruines

Le président de la Répu­blique a présenté, le 18 septembre, le plan Ma Santé 2022. Nous nous féli­ci­tons que les commu­ni­cants du président aient convaincu notre arro­gant président de ne pas disqua­li­fier dans son propos une caté­go­rie profes­sion­nelle, c’est nouveau et rare. Car nous n’ou­blions pas qu’il se permit, il y a peu, d’ac­ca­bler de son mépris les fonc­tion­naires, les chemi­nots, les migrants, les retrai­tés, les allo­ca­taires divers, les malades, tous préten­du­ment jouis­seurs d’avan­tages indus, de privi­lèges. Il conti­nue cepen­dant à acca­bler de son mépris les chômeurs que son monde laisse au bord de la route. Mais gageons que Macron pour­sui­vra dès que possible cette stra­té­gie du bouc émis­saire, qui dresse les Français les uns contre les autres, encou­rage la haine, la violence et n’est déci­dé­ment pas bonne pour la santé.

 

Cette fois, c’est « seule­ment » l’in­tel­li­gence des hospi­ta­liers qu’il insulta. Il se présenta à nous comme une sorte de Mac Gyver capable de brico­ler sous les yeux ébahis du public le système de santé du pays. Ce fut juste avant…. l’an­nonce de la restric­tion de 3,8 milliards d’eu­ros sur le budget de la santé, et l’an­nonce de la suppres­sion de 30 000 postes hospi­ta­liers, dans le cadre d’un budget où les capi­ta­listes sont plus que jamais les premiers servis. Cela alors que la souf­france au travail se géné­ra­lise dans les services hospi­ta­liers, que 30 % des postes hospi­ta­liers sont à pour­voir, et alors que les mouve­ments de soignants dans les hôpi­taux psychia­triques se multi­plient. Ce président mérite bien l’im­po­pu­la­rité remarquable qu’il concentre sur sa personne.

 

Certes, la fin annon­cée du « nume­rus clau­sus » actuel, c’est la fin d’une aber­ra­tion enfin recon­nue comme telle. C’est bien, mais cela ne suffira pas à repen­ser les études de méde­cine et à orga­ni­ser leur refonte. Ensuite, une des prin­ci­pales annonces large­ment commen­tée est celle de Commu­nau­tés profes­sion­nelles de terri­toire ((CPTS) pour « désen­gor­ger les urgences ». Annonce en fait fort floue lorsqu’on lit que la parti­ci­pa­tion de méde­cins libé­raux s’y fera sur le mode du volon­ta­riat. Il reste à avoir confiance dans la parole prési­den­tielle pour obte­nir quelques moyens maté­riels pour concré­ti­ser ce vœu prési­den­tiel.

 

Passons main­te­nant au cœur de notre oppo­si­tion au plan de ce président.

Des hôpi­taux de proxi­mité sont promus : les hôpi­taux locaux reloo­kés se concen­tre­ront sur quelques acti­vi­tés (la méde­cine poly­va­lente, géria­trique). Il semble s’agir prin­ci­pa­le­ment d’éta­blis­se­ments à but lucra­tif, pratique­ment sans person­nel sala­rié (en dehors de l’en­ca­dre­ment, de l’en­tre­tien). Les person­nels soignants seraient prin­ci­pa­le­ment des pres­ta­taires exerçant en libé­ral (méde­cins, infir­mières). Ce n’est pas une réponse à la déser­ti­fi­ca­tion médi­cale galo­pante alors que les hôpi­taux et mater­ni­tés de proxi­mité exis­tants conti­nuent de fermer et que le secteur psychia­trique qui fut un modèle, plus ou moins réussi, de méde­cine décen­tra­li­sée et en lien avec les acteurs locaux achève de mourir.

 

La créa­tion d’un statut unique de prati­cien hospi­ta­lier (PH), asso­ciée à la suppres­sion du concours PH, « pour faci­li­ter l’en­trée dans la carrière, diver­si­fier les parcours profes­sion­nels et faci­li­ter l’exer­cice mixte » est censée renfor­cer les services. Or, la dispa­ri­tion de ce concours de PH est un des aspects du déman­tè­le­ment du service public. Le concours et le statut de prati­cien hospi­ta­lier sont un socle du service public hospi­ta­lier, avec des équipes de soignants travaillant à temps plein et sous statut. Briser cela c’est briser l’au­to­no­mie des équipes de soin, brider leur créa­ti­vité au service du public ; c’est parache­ver l’œuvre destruc­trice que nous vivons chaque jour.

Nous mettons cette déci­sion en série avec le main­tien réaf­fir­mée des GHT. Cette fois c’est dit : les cliniques privées vont y parti­ci­per. Cette poro­sité entre le service public et les établis­se­ments privés à but lucra­tif est un autre volet de la destruc­tion annon­cée et voulue du service public de santé. Nous prévoyons que cela favo­ri­sera la fuite des méde­cins vers le privé, les riva­li­tés entre respon­sables, la compé­ti­tion pour les primes. In fine cela favo­ri­sera les ressources libé­rales et les reve­nus du capi­tal.

Quant à la « qualité des soins », si elle est envi­sa­gée, son finan­ce­ment va conduire inéluc­ta­ble­ment à soigner des indi­ca­teurs, comme le montrent toutes les études inter­na­tio­nales. Sa construc­tion sera une nouvelle usine à gaz bureau­cra­tique qui alour­dira le travail des soignants, alors que nous avons plutôt besoin de simpli­fi­ca­tion admi­nis­tra­tive ! Or, de simpli­fi­ca­tion, Macron en parle beau­coup, mais il orga­nise l’in­verse.

Il nous propose en fait de passer des dysfonc­tion­ne­ments perfor­mants de la T2A à ceux de la qualité et de parcours stan­dar­di­sés.

Le renfor­ce­ment de la parti­ci­pa­tion des méde­cins au pilo­tage stra­té­gique des établis­se­ments ainsi que la réaf­fir­ma­tion de la place des services sont appa­rem­ment de bonnes nouvelles, mais le terme de « mana­ge­ment des ressources hospi­ta­lières » suit cette annonce : ce seront les direc­tions armées de leur mana­ge­ment catas­tro­phique qui seront à la manœuvre et sont invi­tées à s’as­so­cier quelques méde­cins aimant mana­ger à leurs côtés. Sous la tutelle réaf­fir­mée des ARS et du minis­tère.

 

Concer­nant la psychia­trie publique, avec une habi­leté sans égale, Madame Buzyn en orga­nise la dispa­ri­tion en la rédui­sant à ses dimen­sions éduca­tives, sécu­ri­taires ou de trai­te­ment de symp­tômes (commu­niqué Buzyn, feuille de déroute de la psychia­trie) tout en lais­sant pour­rir toutes les situa­tions locales, au Rouvray, à Amiens, à Paris, à Niort à Saint Etienne, etc. (commu­niqué Une rentrée animée pour sauver les insti­tu­tions psychia­triques).
Respon­sable mais pas coupable : ce sont les ARS qui font les basses besognes locales.

La psychia­trie était le parent pauvre de la santé ; la solu­tion à ce problème trou­vée par Macron-Buzyn-Darna­nin est de liqui­der la psychia­trie !

 

Macron défi­nit les grandes lignes de la stra­té­gie et Darma­nin donne les moyens budgé­taires de la liqui­da­tion. C’est en même temps que Macron, le 18 septembre, promet de sauver l’hô­pi­tal et de program­mer la dispa­ri­tion de l’hô­pi­tal public.

Ces annonces n’ap­portent pas de solu­tion à tous les problèmes explo­sifs de la santé en France, elles parti­cipent au contraire du problème par la déstruc­tu­ra­tion annon­cée du service public de santé au profit des capi­ta­listes du secteur. Qui appar­tiennent au même milieu social que ce président.

Face à cela, l’USP renou­velle son appel à soute­nir toute lutte ou mouve­ment non violent et non fasci­sant permet­tant de mettre fin à cette poli­tique.

 

Pascal Bois­sel, Pierre Pare­sys.

Union Syndi­cale de la Psychia­trie, 52 rue Gallieni, 92240 Mala­koff

Tél/Fax: 01 46 57 85 85

uspsy@­free.fr,  www.uspsy.fr

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.