Aller au contenu

le scéna­rio d’un Mélen­chon dernier président de la cinquième répu­blique, y a moyen!

Nous avons reçu ce texte qui a voca­tion à circu­ler . Il montre une démarche condui­sant à la déci­sion d’ un vote Mélen­chon. Ce texte, construit diffé­rem­ment des textes poli­tiques que nous produi­sons, peut être un outil de plus en ces derniers jours avant le premier tour de l’élec­tion prési­den­tielle. Merci à son auteur, qui souhaite rester anonyme, de nous l’avoir adressé.

PB, 19–4–2017

Salut,

Il y a quelques mois je me disais que je ne pour­rais pas revo­ter socia­liste et qu’il ne m’était clai­re­ment pas possible de voter pour Macron… on dirait un vendeur de yaourt qui serait lui-même un yaourt.

Ensuite, aux primaires de la gauche, j’ai été agréa­ble­ment surpris par ce qui est sorti du proces­sus, je me disais alors qu’il fallait voter Hamon. Je voulais croire que les socia­listes, et d’autres, le soutien­draient… Aujourd’­hui, je me dis qu’il n’y a rien à attendre de ce PS-là : même si Hamon passait, « l’ap­pa­reil » socia­liste repren­drait proba­ble­ment les choses en main dès l’élec­tion passée à l’oc­ca­sion des légis­la­tives qui suivront.

Fina­le­ment donc, je me dis que le posi­tion­ne­ment poli­tique de Mélen­chon dans cette campagne a été assez bon, et même si il m’énerve un peu (un holo­gramme!!?) et que je ne suis pas d’ac­cord avec ses prises de posi­tions sur la fin de vie (l’eu­tha­na­sie n’est PAS une idée de gauche!!), je me dis que le proces­sus qu’il prétend vouloir porter (une 6ème répu­blique si j’ai bien compris, à construire donc, sur des bases démo­cra­tiques, parti­ci­pa­tives, et tout et tout…) est une bonne voie pour avan­cer.

J’ai vu le gros débat à 11, belle surprise ! Poutou a fait un boulot génial! Mais je ne vais pas pour autant voter pour lui, il ne peut pas passer le premier tour (je ne crois pas qu’il le veuille). En allu­mant Fillon et Le Pen, il a large­ment fait sa part je crois. Et Mélen­chon a été très bon ce jour là (il a toujours la même veste??).

Avec un Mélen­chon président, il nous faudra quand même conti­nuer d’agir, car il n’y a pas de personne provi­den­tielle, cela n’existe pas. Il y a simple­ment des situa­tions.
Aujourd’­hui, la situa­tion est celle d’une incer­ti­tude complète sur le deuxième tour. C’est assez dingue et très inté­res­sant : Macron, Le Pen, Mélen­chon, Fillon, Hamon. Toutes les combi­nai­sons entre ces 4 ou 5-là sont possibles, je rêve d’une surprise où Le Pen n’est même pas au deuxième tour…
Et j’es­père surtout qu’on y amènera Mélen­chon, ça me parait possible, et souhai­table. Car s’il passe, ce sera contre Le Pen, Fillon ou Macron (pas Hamon, ça parait certain), et là : il va y avoir du sport! Mais moi j’reste tranquille. (spéciale dédi­cace aux quadra­gé­naires! Pour les autres, c’est une parole de chan­son, de vieux ou de jeune, tout est rela­tif).

La situa­tion aujourd’­hui est celle d’un monde globa­lisé qui a besoin de se trou­ver des règles globales : un monde en tran­si­tion qui ne va pas régres­ser vers la bougie mais conti­nuer de se civi­li­ser, de plus en plus, partout (j’ai entendu récem­ment que le nombre des morts violentes est en régres­sion tendan­cielle sur Terre, c’est inat­tendu et cool).

En physique, une tran­si­tion de phase ne se fait pas unifor­mé­ment et d’un seul coup. Par exemple, de l’eau à zéro degré qui passe de l’état liquide à l’état solide : la trans­for­ma­tion de l’eau en glace commence à certains points, puis se propage et finit par être complète.

La « tran­si­tion de phase » des socié­tés humaines de notre planète devra nous faire passer d’un monde faus­se­ment perçu comme infini duquel on tire le maxi­mum de profit pour un nombre toujours plus restreint de personnes, vers un monde écolo­gique basé sur le partage des richesses, des connais­sances et des pouvoirs, un monde qui aspire au respect des droits humains et tout et tout! En fait, on n’a pas trop le choix je crois, l’autre option est celle des Trump du monde entier : faire des murs en construi­sant des bagnoles et des bunkers tout en pour­ris­sant la planète jusqu’à plus soif (en gros et pour faire un peu vite).

Rappe­lons-nous que la France est la cinquième puis­sance écono­mique mondiale, et qu’un tel mouve­ment ici serait porteur d’un espoir immense pour plein de peuples dans le monde! Si si! C’est sûr! Et avant tout en Europe, évidem­ment.

Par ce modeste message que je t’en­voie, j’es­saye de te convaincre que cet autre monde possible, qu’on désire seule­ment ou qu’on construit déjà, pour­rait bien connaître là un bon coup d’ac­cé­lé­ra­teur : le scéna­rio d’un Mélen­chon dernier président de la cinquième répu­blique n’est pas de la science fiction! Y a moyen!

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.