Aller au contenu

Lettre ouverte : 317 asso­cia­tions et collec­tifs inter­pellent le Président de la Répu­blique pour la régu­la­ri­sa­tion de toutes les personnes sans-papiers

 
 
Paris, le 30 avril 2020 A l’ini­tia­tive des États Géné­raux des Migra­tions, 317 asso­cia­tions et collec­tifs, œuvrant à l’échelle locale ou natio­nale et répar­tis sur l’en­semble du terri­toire français, se sont asso­ciés pour inter­pel­ler conjoin­te­ment, ce jeudi 30 avril, le Président de la Répu­blique. Ils solli­citent la régu­la­ri­sa­tion immé­diate, pérenne et incon­di­tion­nelle de toutes les personnes sans-papiers. A l’heure où la pandé­mie du Covid-19 révèle au grand jour les inéga­li­tés sociales, écono­miques et sani­taires qui minent notre société, la situa­tion des personnes sans papiers est des plus inquié­tantes. La lettre adres­sée au Président de la Répu­blique fait état des consé­quences de l’état d’ur­gence sani­taire, et des atteintes aux droits fonda­men­taux comme le loge­ment, le travail et les pres­ta­tions sociales, qui aggravent la vulné­ra­bi­lité des personnes sans papiers face au virus. Surtout, elle rappelle que la situa­tion extrê­me­ment précaire dans laquelle sont placées les personnes sans-papiers n’est ni tempo­raire, ni excep­tion­nelle. Elle est le résul­tat de poli­tiques migra­toires toujours plus restric­tives et déshu­ma­ni­santes et d’un choix répété de mettre en œuvre une « poli­tique de non-accueil », aux dépens des prin­cipes d’éga­lité et de dignité humaine. Cette action collec­tive s’ins­crit dans un large mouve­ment en faveur de la régu­la­ri­sa­tion et pour les droits des personnes étran­gères vivant sur notre terri­toire sans titre de séjour. Outre cette lettre au Président de la Répu­blique les EGM ont décidé d’in­ter­pel­ler les parle­men­taires et les Préfets.
Retrou­vez ici la lettre ouverte et la liste des signa­taires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.