Aller au contenu

Lettre ouverte à la Ministre de la santé: « Respon­sable et coupable »

La Coor­di­na­tion natio­nale des comi­tés de défense des hôpi­taux et mater­ni­tés de proxi­mité déclare:

Madame la Ministre,


Les réformes qui se sont succé­dées depuis plus de trente ans, qu’il s’agisse de l’hô­pi­tal ou de la protec­tion sociale, ne répondent qu’à un double objec­tif finan­cier : dimi­nuer les dépenses publiques et faire la part belle au privé.
Vous êtes respon­sable de caution­ner ces poli­tiques, de n’avoir par aucun moyen vrai­ment tenté d’y remé­dier, avec le constat actuel :
Des bébés qui naissent sur le bord des routes, dans des voitures ou dans le camion des pompiers, des services de cancé­ro­lo­gie, d’ur­gences, de géria­trie qui ferment tempo­rai­re­ment ou défi­ni­ti­ve­ment faute de person­nels, des services de réani­ma­tion néona­tales obli­gés de mettre des bébés sur la route, au péril de leur vie, des 1 200 chefs de service qui démis­sionnent de leurs fonc­tions admi­nis­tra­tives, des person­nels épui­sés qui s’ar­rêtent ou qui se suicident, des 9,7% de patients sans méde­cin trai­tant, des délais de 6 mois à un an pour des examens ou des consul­ta­tions de spécia­listes.
Cette situa­tion s’ap­pa­rente à celle d’un pays en voie de déve­lop­pe­ment et pour­tant, c’est celle de la France, pays moderne, doté de tech­no­lo­gies de pointe, notam­ment dans le domaine de la santé, mais où les moyens humains et finan­ciers ont été réduits à l’ex­trême.


Vous êtes coupable car, avec la loi « ma santé 2022 » et les coupes sombres dans le budget de la Sécu­rité Sociale, vous aggra­vez encore la situa­tion : prime aux services d’ur­gence qui réorien­te­ront des patients, regrou­pe­ments pous­sés à l’ex­trême, rédui­sant les soins de proxi­mité à peau de chagrin, nouvelles ferme­tures de lits et suppres­sions de postes, obli­geant les patients qui en ont les moyens à s’orien­ter vers le privé.


Vous êtes coupable de ne pas favo­ri­ser la créa­tion de centres de santé, moyens privi­lé­giés pour répondre aux souhaits des jeunes méde­cins et répondre aux besoins des popu­la­tions
Vous êtes coupable de caution­ner le diktat inad­mis­sible des labo­ra­toires phar­ma­ceu­tiques
Vous êtes coupable de ne pas avoir mis fin aux dépas­se­ments d’ho­no­raires, à la liberté d’ins­tal­la­tion.
Vous êtes coupable de la dégra­da­tion de l’état de santé des personnes qui renoncent à se soigner, faute de moyens et/ou de proxi­mité


Vous serez respon­sable des acci­dents ou décès résul­tant de votre poli­tique austé­ri­taire.

Pour cela, nous vous accu­sons de négli­gence déli­bé­rée mettant en danger la vie des citoyennes et citoyens de votre pays.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.