Aller au contenu

Lettre ouverte à Muriel Péni­caud: « Cessez votre poli­tique crimi­nelle ! »

https://blogs.media­part.fr/ateliers-travail-et-demo­cra­tie/blog/020420/lettre-ouverte-muriel-peni­caud-cessez-votre-poli­tique-crimi­nelle

Chaque jour, des millions de sala­rié.es de secteurs non essen­tiels sont contraint.es d’al­ler au travail au risque de contrac­ter et de propa­ger le virus. Muriel Péni­caud et le gouver­ne­ment multi­plient les pres­sions en ce sens, sapant ainsi l’ef­fi­ca­cité du confi­ne­ment. Nous, respon­sables syndi­caux et asso­cia­tifs, cher­cheur.es et citoyen.nes, lui disons : ça suffit !

par Philippe Marti­nez (CGT), Nico­las Girod (Confé­dé­ra­tion Paysanne), Eric Beynel (Union syndi­cale Soli­daires), Auré­lie Trouvé (Attac), Khaled Gaiji (Amis de la Terre France), Annie Thébaud-Mony (Asso­cia­tion Henri Péze­rat), Pierre Khalfa (Fonda­tion Coper­nic), Thomas Coutrot (écono­miste, Ateliers travail et démo­cra­tie), Pascale Moli­nier (psycho­logue, Ateliers travail et démo­cra­tie) et 150 autres signa­taires (liste ci-après).

Madame la ministre du Travail, 

 Depuis le début de l’épi­dé­mie votre gouver­ne­ment envoie aux travailleurs des messages contra­dic­toires : « restez chez vous à tout prix », « allez travailler pour le pays ».

Alors bien sûr, les profes­sions de santé et du care, les cais­sières, les éboueurs, les agri­cul­teurs, les chauf­feurs routiers et d’autres profes­sions vitales en ce moment pour le pays se mobi­lisent tous les jours, malgré l’ahu­ris­sante pénu­rie de moyens de protec­tion et de dépis­tage dont vous, votre gouver­ne­ment et les précé­dents serez comp­tables. Elles luttent pour la vie, au péril de la leur, et il faudra aussi s’en souve­nir.

Mais pourquoi vous-même et les grands diri­geants d’en­tre­prises, instal­lés dans des bureaux spacieux et sans connaître le travail réel des sala­riés, vous arro­gez-vous le droit de déci­der que des millions d’ou­vrier.es et d’em­ployé.es doivent se rendre chaque jour à leur travail, alors que celui-ci pour­rait sans dommage vital être suspendu le temps de l’épi­dé­mie ? Prenant souvent les trans­ports en commun, retrou­vant leurs collègues dans des camions, des vestiaires ou des locaux étroits ou sur des chan­tiers à l’hy­giène précaire, devant éduquer les clients à la distan­cia­tion sociale et les paci­fier, comment ne sauraient-ils pas qu’ils et elles peuvent à tout instant risquer de contrac­ter ou de trans­mettre le Covid 19, ajou­tant l’an­goisse aux ravages de la propa­ga­tion ?

Les petits patrons du BTP souhai­taient arrê­ter leurs chan­tiers pour ne pas mettre en danger leur vie et celle de leurs ouvriers ni propa­ger l’épi­dé­mie : vous avez osé les trai­ter de « défai­tistes ». Vos services ont publié une circu­laire dissua­dant les sala­rié.es d’exer­cer leur droit de retrait, au motif que le respect indi­vi­duel des gestes barrières serait une garan­tie suffi­sante. Si tel était le cas, pourquoi confi­ner 3 milliards d’hu­mains ?

Vous piéti­nez d’ailleurs ainsi les prin­cipes essen­tiels de la préven­tion des risques profes­sion­nels qui donnent la prio­rité aux mesures orga­ni­sa­tion­nelles et collec­tives. Vous déci­dez par ordon­nance que ces sala­rié.es devront travailler jusqu’à 60 h par semaine si leur employeur le décide. Vous refu­sez le droit au chômage partiel à des entre­prises qui ne produisent rien d’in­dis­pen­sable à court terme et voudraient s’ar­rê­ter pour respec­ter le confi­ne­ment.

Madame la ministre, nous n’hé­si­tons pas à le dire : votre poli­tique du travail à tout prix est crimi­nelle. En sacri­fiant des vies humaines à la « raison » écono­mique, vos déci­sions réduisent forte­ment l’am­pleur et donc l’ef­fi­ca­cité du confi­ne­ment. Elles provoque­ront inévi­ta­ble­ment des morts qui auraient pu être évitées et qui pour­raient se comp­ter par milliers. Il appa­raît que pour vous et le système capi­ta­liste que vous servez, le profit et la crois­sance sont plus impor­tants que la vie, parfois contre l’avis-même de nombreux chefs d’en­tre­prise.

Nous soute­nons les élu.es du person­nel et les sala­rié.es qui partout dans le pays, comme à Amazon, PSA, Gene­ral Elec­tric, ou chez des sous-trai­tants plus que jamais invi­sibles, débattent pour déci­der si leur acti­vité est essen­tielle au pays. Si elles et ils jugent que c’est le cas, il faut que les moyens de protec­tion et de préven­tion dispo­nibles leur soient prio­ri­tai­re­ment affec­tés. Sinon, c’est pour le bien commun qu’elles et ils ont toute légi­ti­mité à exer­cer leur droit d’alerte et/ou leur droit de retrait face à un danger grave et immi­nent pour elles-mêmes et la santé publique. Il en va de la lutte contre l’épi­dé­mie et du plus élémen­taire droit de chacun à la sécu­rité.

Suite à de nombreuses grèves d’ou­vrier.es refu­sant d’être sacri­fié.es dans la guerre écono­mique, le gouver­ne­ment italien a publié une liste d’ac­ti­vi­tés essen­tielles et auto­risé tous les autres secteurs à inter­rompre le travail. Il est temps de mettre un terme à votre poli­tique irres­pon­sable, et d’éla­bo­rer une telle liste des acti­vi­tés à arrê­ter immé­dia­te­ment, en concer­ta­tion avec les syndi­cats et en respec­tant la volonté et les droits sociaux des sala­rié.es. Le choc actuel nous apprend beau­coup de choses, et en parti­cu­lier l’ur­gence d’en­ga­ger immé­dia­te­ment la discus­sion sur l’uti­lité sociale, sani­taire et écolo­gique de notre travail. Après l’épi­dé­mie, nous saurons prolon­ger et élar­gir ce débat. Même si vous ne le voulez pas.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.