Aller au contenu

Libé­ra­tion. Mélen­chon : « Un type nouveau de régime auto­ri­taire »

Pour le leader de La France insou­mise, le gouver­ne­ment macro­niste cumule les abus de pouvoir, notam­ment dans sa gestion de l’épi­dé­mie de coro­na­vi­rus, et met en place un type nouveau de régime auto­ri­taire.

Tribune. Comment en est-on arrivé là ? Ou a été établi le plan de confi­ne­ment ? « En Conseil de défense », a déclaré le porte-parole du gouver­ne­ment. On ne saura donc ni pourquoi ni comment ont été prises les déci­sions que le gouver­ne­ment a reco­pié sans discu­ter. Car l’ordre du jour et les conclu­sions de ce conseil sont « secret-défense ». Qui ouvre la bouche à l’ex­té­rieur encourt des sanc­tions pénales. Mais de quel droit la pandé­mie est-elle trai­tée là ? Car le code de la défense prévoit de façon bien précise les attri­bu­tions de ce conseil. Rien que du mili­taire. D’ailleurs sur huit membres, il y a quatre des plus hauts respon­sables de l’ar­mée et du rensei­gne­ment ainsi que la ministre de la Défense. Ce Conseil de défense décide des plans d’ac­tion contre l’épi­dé­mie. Pour­tant il n’y siège aucun expert des ques­tions médi­cales. Ce conseil a aussi tran­ché sur les conclu­sions de la Conven­tion citoyenne pour le climat. Il trai­tera aussi, a-t-on annoncé, de la loi à propos du prétendu sépa­ra­tisme musul­man.

La stra­té­gie du choc

Autant d’abus de pouvoir. Ils couronnent une évolu­tion visible de la macro­nie. Doré­na­vant c’est l’ex­tinc­tion métho­dique des liber­tés indi­vi­duelles et collec­tives. Le gouver­ne­ment vous dit quand vous pouvez sortir de chez vous et quand vous rentre­rez. Il décide de l’heure limite de votre repas si vous vous le faites livrer. Il ne vous permet pas de pratiquer votre reli­gion en réunion mais vous auto­rise le super­mar­ché et le jogging. Il décide aussi du nombre des assis­tants aux funé­railles. « C’est le Covid vous dis-je ! » Non c’est la stra­té­gie du choc décrite par Naomie Klein. Sous l’ef­fet de sidé­ra­tion, l’ex­ten­sion sans fin et sans contrôle des pouvoirs du président a pris l’air d’une évidence. Au point qu’un ministre de la Santé peut trou­ver normal de hurler aux dépu­tés qui lui tiennent tête dans l’hé­mi­cycle : « Sortez d’ici. » A-t-il entendu Mira­beau lui répondre ? Sous prétexte de virus, encore des violences contre les sala­riés. La macro­nie a déjà supprimé les comi­tés d’hy­giène, de sécu­rité et des condi­tions de travail dans les entre­prises et a intro­duit dans l’état d’ur­gence sani­taire des ordon­nances auto­ri­sant un piéti­ne­ment géné­ral des droits acquis. Toute restric­tion au travail du dimanche est levée et l’em­ployeur peut aussi déci­der du moment de vos vacances et RTT, de dimi­nuer la durée de la pause repas, et celle entre deux jours de travail de douze à neuf heures. Mais il peut aussi rallon­ger de douze heures le maxi­mum hebdo­ma­daire euro­péen de quarante-huit heures. Qui refuse ces modi­fi­ca­tions cruciales pour la vie quoti­dienne de sa famille peut être licen­cié à ses dépens.

Le choc conta­mine tous les domaines. Ainsi quand le ministre de l’Edu­ca­tion natio­nale, repre­nant les pires affa­bu­la­tions de l’ex­trême droite, prétend exer­cer un contrôle sur les recherches en socio­lo­gie à propos du recou­pe­ment des discri­mi­na­tions ! La liberté de réunion est anéan­tie comme celle de mani­fes­ter. De tous côtés le fichage et les fichiers : sani­taire, compor­te­men­tal, géné­tique, et la pers­pec­tive de leur usage croisé. Pluie d’amendes pour qui déso­béit. Matraquage, muti­la­tions, gaz et condam­na­tions à la chaîne pour les récal­ci­trants : 1 000 gilets jaunes condam­nés à de la prison ferme, 32 ébor­gnés, 90 perqui­si­tions contre les décro­cheurs de portrait du Président. Instru­men­ta­li­sa­tion de la justice dans les règle­ments de compte poli­tique du parti au pouvoir : la bruta­lité et l’abus de pouvoir sont deve­nus la règle. Et voici qu’ar­rive encore une loi d’ini­tia­tive macro­niste sur « la sécu­rité globale ». Son but est une surveillance accrue de la vie privée avec les drones et la recon­nais­sance faciale par caméra. Mais il s’agit aussi d’ab­soudre par avance les violences poli­cières en les rendant impos­sibles à prou­ver par des images. Ce nouveau délire vient après sept lois en trois ans de suren­chère. Droit de censure des réseaux sociaux, durcis­se­ment du fonc­tion­ne­ment de la justice (avec un record histo­rique de censure du Conseil consti­tu­tion­nel), entrave des lanceurs d’alerte sous prétexte de secret des affaires. Tout a été bon aussi contre le droit d’asile et les condi­tions de réten­tion des réfu­giés de l’im­mi­gra­tion en Médi­ter­ra­née. Certes il y a déjà eu une infla­tion sidé­rante de lois sur la sécu­rité depuis trente ans : 16 lois contre le terro­risme, 32 lois sur la lutte contre la délinquance, 21 lois sur l’im­mi­gra­tion. Et jamais le moindre bilan d’au­cune d’entre elles.

Préjugé tech­no­cra­tique

Mais le régime macro­niste a fait de ce qui était une compul­sion élec­to­ra­liste une méthode et un projet assumé. En témoigne le projet de réduire le nombre des parle­men­taires après avoir déjà réduit leurs pouvoirs à force d’or­don­nances et de nouveau règle­ment de l’As­sem­blée natio­nale. En témoignent les outrances verbales des porte-parole macro­nistes. Certes il y a un effet de concur­rence pour récu­pé­rer les thèmes de Mme Le Pen dans l’es­poir de lui prendre aussi des voix.

Ainsi un régime auto­ri­taire de type nouveau s’est mis en place. Il s’en­ra­cine dans le préjugé tech­no­cra­tique pour qui toute discus­sion est une perte de temps. Il se nour­rit du mépris de classe des parve­nus à l’égard des gens de « rien ». Il se justi­fie par une vision aber­rante de la France comme start-up dont le génial PDG, enfant prodige, traver­se­rait sans dommage le pont d’Ar­cole trois fois par jour. Il se traduit par le plus violent recul des liber­tés depuis l’Oc­cu­pa­tion. Il a son dogme : main­te­nir dans la tempête un système écono­mique qui épuise l’homme et la nature. Périsse la civi­li­sa­tion humaine plutôt qu’une fortune immo­rale. Oui, une nouvelle façon de vivre nous est impo­sée de force : en dessous d’un certain seuil de reve­nus et de mètres carrés dispo­nibles, il faut survivre, sans rites humains, sans sorties, sans vie cultu­relle, sans vie sociale. La mort par Covid perma­nent et terro­risme épiso­dique serait instal­lée dans nos foyers. Elle a été rendue maîtresse de nos vies qui en étaient le refus.Jean-Luc Mélen­chon député des Bouches-du-Rhône, président du groupe LFI à l’As­sem­blée

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.