Aller au contenu

L’info vitri­fiée de l’ASN, entre autres, à propos d’un problème à la centrale de Civaux

La dernière livrai­son du Canard Enchainé relève (cf ci-après) plusieurs manque­ments de l’Au­to­rité de sûreté nucléaire (ASN) a sa mission d’in­for­ma­tion du public.  Il a fallu que EDF révèle l’exis­tence de graves problèmes de soudures (connus depuis février 2017) sur le chan­tier du réac­teur de l’EPR de Flaman­ville pour que l’ASN daigne en faire une note d’in­for­ma­tion publique. Le même article remarque que l’ASN vient de publier, avec deux voire trois ans de retard, un « avis d’ac­ci­dent » qui concerne les centrales de Chooz et de Civaux. Extrait :

En cas d’oc­cur­rence du séisme maxi­mal retenu dans la démons­tra­tion de sûreté nucléaire, il appa­rait après analyse que l’ar­rêt du réac­teur et son main­tien dans un état sûr n’au­raient pas pu être assu­rés pour les réac­teurs 1 et 2 de la centrale nucléaire de Civaux et le réac­teur 1 de la centrale nucléaire de Chooz, du fait d’ano­ma­lies sur les deux voies redon­dantes.

En gros, un fort trem­ble­ment de terre aurait pu mettre hors service des tableaux d’ali­men­ta­tion élec­trique de ces centrales, et donc couper l’ali­men­ta­tion élec­trique des réac­teurs au risque de les rendre incon­trô­lables. Cette note de l’ASN a été publiée le 20 février 2018 après la réso­lu­tion du problème. Dans l’at­tente du prochain que l’on décou­vrira dans les mêmes condi­tions. L’ASN a déci­dé­ment des progrès à faire pour répondre à sa mission en toute indé­pen­dance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *