Aller au contenu

Nucléaire/ Flaman­ville, EPR: une cuve toujours dange­reuse

 Voici un cour­rier précis et argu­menté reçu de Jacques Terra­cher, mili­tant anti­nu­cléaire de la Vienne.

 

L’ Auto­rité de sûreté nucléaire (ASN)  a ouvert une consul­ta­tion publique, sur son site, au sujet de l’avis qu’ elle a donné concer­nant la cuve du réac­teur de la centrale nucléaire de Flaman­ville (Manche)-, Réac­teur pres­su­risé euro­péen – EPR.

Cliquer sur : https://www.asn.fr/Regle­men­ter/Consul­ta­tions-du-public/Consul­ta­tions-du-public-en-cours/EPR-projet-d-avis-de-l-ASN-rela­tif-a-l-anoma­lie-de-la-compo­si­tion-de-l-acier-du-fond-et-du-couvercle-de-la-cuve

 Le Réseau Sortir du nucléaire (SDN) a monté un dossier pour vous docu­men­ter si vous souhai­tez parti­ci­per à cette consul­ta­tion ouverte jusqu’ au 12 sept 17.

Cliquer sur:  http://www.sortir­du­nu­cleaire.org/Consul­ta­tion-publique-de-l-ASN-sur-son-projet-d

En pièce jointe, je vous propose une synthèse des reproches qu’on peut faire à cette cuve, pour vous aider à rédi­ger votre propre commen­taire.

Aujourd’­hui, 07/08/17, plus de 5 000 commen­taires ont déjà été dépo­sés sur le site ASN, quasi­ment tous anti-cuve. La consul­ta­tion tourne à la péti­tion, en plus de celle qui est en cours sur le site RSDN.

La pres­sion popu­laire saura-t-elle contrer les pres­sions exer­cées par le lobby nucléaire sur ASN ?

N’hé­si­tez pas à vous expri­mer dans le cadre de cette consul­ta­tion, et aussi sur la péti­tion du Réseau SDN.

Jacques Terra­cher

Projet d’ avis de l’ Auto­rité de sûreté nucléaire sur la cuve EPR :

L’ ASN doit chan­ger d’ avis

L’ ASN vient de rendre public son avis sur la cuve de l’ EPR : « apte sous réserve de chan­ger le couvercle et de procé­der à des contrôles supplé­men­tai­res… »

Les mili­tants anti-nucléaires, après avoir pris connais­sance du dossier contestent cet avis et espèrent qu’ il ne se trans­for­mera pas en déci­sion finale.

  • Consi­dé­rant que l’ avis de l’ ASN présente des contra­dic­tions, des erreurs, des impré­ci­sions et des omis­sions, qui sont exami­nées en dessous, nous deman­dons à ASN d’ exami­ner à nouveau le dossier ;

  • Consi­dé­rant que ASN déclare d’ une part que le risque d’ hété­ro­gé­néité des défauts de l’ acier « a été mal appré­cié et ses consé­quences mal quan­ti­fiées par AREVA NP » et d’ autre part que «  les carac­té­ris­tiques méca­niques sont suffi­santes pour exclure le risque de ruptu­re… », la contra­dic­tion est telle que la cuve devrait être refu­sée ;

  • Consi­dé­rant que l’ acier qui a été fourni pour le couvercle et le fond de la cuve de l’ EPR n’ est pas celui qui avait été commandé, et qu’ il contient une teneur moyenne en carbone nette­ment supé­rieure à celle du 16MND5, la cuve devrait être refu­sée ;

  • Consi­dé­rant que, de fortes ségré­ga­tions sont présentes dans cet acier déjà trop riche en carbone, que ces ségré­ga­tions concernent en plus du carbone tous les compo­sants de l’ acier avec les impu­re­tés, et que ces défauts ont pour consé­quences certaines et non hypo­thé­tiques d’ en réduire tout parti­cu­liè­re­ment les quali­tés de rési­lience, de téna­cité et de souda­bi­lité, la cuve devrait être refu­sée ;

  • Consi­dé­rant que la téna­cité amoin­drie reste accep­table mais que la rési­lience (résis­tance aux chocs méca­niques et ther­miques) est inac­cep­table, la cuve devrait être refu­sée ;

  • Consi­dé­rant que la teneur en carbone atteint par endroits le double de ce qu’ il devrait être (0,32% au lieu de 0,16%) la cuve devrait être refu­sée ;

  • Consi­dé­rant que la dégra­da­tion des quali­tés méca­niques a pour consé­quence la dimi­nu­tions des marges de sécu­rité même si elles restent dans la limite régle­men­taire, la cuve devrait être refu­sée ;

  • Consi­dé­rant que la mauvaise qualité des aciers four­nis par Creu­sot Forge était connue avant même la fabri­ca­tion des deux pièces défec­tueuses, mais qu’ AREVA n’en n’a pas tenu compte et nous met devant le fait accom­pli, la cuve devrait être refu­sée ;

  • Consi­dé­rant que les pièces sacri­fi­cielles sur lesquelles les essais ont été pratiqués ne sont pas exac­te­ment iden­tiques à celles de l’ EPR (dates de fabri­ca­tion éloi­gnées et tempé­ra­tures de tran­si­tions très diffé­rentes) la cuve devrait être refu­sée ;

  • Consi­dé­rant que les essais et calculs effec­tués comportent une marge d’ incer­ti­tude impor­tante qui laisse place à un doute (cf fiche péda­go­gique IRSN), la cuve devrait être refu­sée ;

  • Consi­dé­rant que l’ arrêté de 2015, qui ouvre la voie à une procé­dure de déro­ga­tion a été pris spéci­fique­ment pour faire accep­ter l’ acier loupé, ne saurait en restau­rer les quali­tés méca­niques pour­tant requises par les décrets anté­rieurs, la cuve devrait être refu­sée ;

  • Consi­dé­rant que le couvercle doit être remplacé dans les meilleurs délais (7 ans), parce que l’ acier n’est pas aux normes, mais que les contrôles de surveillance ne sont pas possibles à cause de l’ extrême encom­bre­ment des tubes qui le traversent, la cuve devrait être refu­sée.

  • Consi­dé­rant que le fond de cuve est consti­tué du même acier que le couvercle, la cuve devrait être refu­sée ;

  • Consi­dé­rant que l’ appa­ri­tion de fissures dans l’ acier d’ une pièce soumises à de fortes contraintes méca­niques de pres­sions, tempé­ra­tures, irra­dia­tions, vibra­tions…est un phéno­mène aléa­toire, impré­vi­sible et incal­cu­lable à l’ avance, fissures pouvant conduire à une rupture brutale, la cuve devrait être refu­sée ;

Toutes ces raisons pour­raient se résu­mer à l’ appli­ca­tion du prin­cipe de précau­tion pour refu­ser d’ homo­lo­guer une cuve douteuse :

– Le couvercle défaillant tien­dra-t-il 6 ans avant son rempla­ce­ment ?

– Comment se compor­te­rait-il en cas de situa­tion d’ éjec­tion de grappe ?

Affir­mer qu’ il ne subira pas de fissures, alors que son contrôle complet est impos­sible, relève du pari alors qu’ il nous faudrait des certi­tudes, des preuves qui ne sont pas four­nies.

Par ailleurs, les textes récents de 2015, s’ ils permettent de donner à l’ acier de la cuve EPR un carac­tère « régle­men­taire » avec effet rétro­ac­tif, n’ en modi­fient pas pour autant les carac­té­ris­tiques méca­niques dégra­dées qui le rendent dange­reux, donc inac­cep­table.

Jacques Terra­cher.

En complé­ment, voici la contri­bu­tion de Jean-François Victor, mili­tant anti­nu­cléaire, ancien diri­geant de l’ate­lier d’usi­nage du Creu­sot,  à la consul­ta­tion ASN sur la cuve EPR. Contri­bu­tion recom­man­dée par Jacques Terra­cher.