Aller au contenu

Vidéo. SNCF, la bataille impi­toyable de Macron et du MEDEF. Une expli­ca­tion d’un chemi­not

Un chemi­not, jeune respon­sable CGT,  de Trappes montre que le refus de la réforme Macron de la SNCF est une lutte d’in­té­rêt géné­ral, avec les usagers et les écolo­gistes.

Le 22 mars se prépare. En défense des fonc­tions publiques et aussi d’un trans­port écolo­gique au service de toutes et de tous, jusque dans les terri­toires isolés, et pour une redé­fi­ni­tion de leurs tâches et objec­tifs.

Alors que le gouver­ne­ment commu­nique sur le thème: « vous êtes mécon­tents des retards de trains? Vous savez que ce n’est dû en rien aux poli­tiques néoli­bé­rales en cours mais juste au statut des chemi­nots qui se gobergent. Aussi nous brise­rons le statut des chemi­nots dont vous êtes tous jaloux ». Avec une certaine effi­ca­cité à ce jour.

La riposte s’or­ga­nise.

PB. 3–3–2018

Axel PERSSON – vidéo 8 minutes

https://www.youtube.com/watch?v=o4Sq8HvA6Fw

 

Au nom de l’éga­lité, les chemi­nots doivent s’ali­gner sur la préca­rité du privé (lire à ce sujet l’ex­cel­lente chro­nique de Samuel Gontier dans Télé­rama).

 

Voici des extraits de l’ar­ticle du 2 mars de Martine Orange dans Media­part :

« Le statut des chemi­nots est un faux problème. Mettre en avant ce sujet, c’est montrer les chemi­nots du doigt afin d’évi­ter un vrai débat sur le service public ferro­viaire et la conti­nuité terri­to­riale », dénonce Éric Meyer, secré­taire de Sud-Rail. « Les diffi­cul­tés de l’en­tre­prise ne peuvent se résu­mer au statut des chemi­nots, après des années de sous-inves­tis­se­ment », suren­ché­rit Laurent Berger, secré­taire géné­ral de la CFDT. « Ce n’est pas les chemi­nots qui sont respon­sables de la dette de la SNCF, des retards, des acci­dents », pour­suit Philippe Marti­nez, secré­taire géné­ral de la CGT.

(…)

« Pendant que l’on parle du statut, on ne parle pas du reste. Les Français seraient vent debout s’ils compre­naient la destruc­tion du service public qui se profile, l’aban­don de toute poli­tique ferro­viaire, de toute cohé­sion terri­to­riale », s’in­digne Béren­ger Cernon, conduc­teur sur la ligne D du RER, secré­taire géné­ral de la CGT chemi­nots Paris-gare de Lyon. « Le gouver­ne­ment a très bien compris l’in­té­rêt poli­tique qu’il y avait à tout foca­li­ser sur le statut des chemi­nots », renché­rit Bruno Poncet, membre du bureau fédé­ral de Sud-Rail. (…)

« Florence Parly, direc­trice géné­rale de la SNCF, avant de deve­nir ministre des armées avait touché 365 961 euros net pour les huit derniers mois de l’an­née 2016, soit 45 745 euros par mois »

Selon la SNCF, plus de six chemi­nots sur dix touchent moins de 3 000 euros par mois.

Rame­ner les chemi­nots dans le droit commun sala­rial peut-il être une réponse aux problèmes de la SNCF, comme le soutient le gouver­ne­ment ? « Chan­ger le statut permet­trait au mieux d’éco­no­mi­ser entre 100 et 150 millions d’eu­ros à un hori­zon de dix ans. Ce n’est pas à l’échelle des enjeux finan­ciers de l’en­tre­prise et du trans­port ferro­viaire en France », recon­naît ce connais­seur du dossier, proche de la mission Spinetta.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.