Aller au contenu

Macron au G7: une faute morale et une aber­ra­tion en santé publique

https://blogs.media­part.fr/edition/trans­pa­rence-dans-les-poli­tiques-du-medi­ca­ment/article/190221/macron-au-g7-une-faute-morale-et-une-aber­ra­tion-en-sa

Le droit à la santé est un prin­cipe qui doit être univer­sel et effec­tif, et nous avons besoin pour cela de poli­tiques ambi­tieuses. En refu­sant les réformes poli­tiques, écono­miques et indus­trielles, et en privi­lé­giant le cari­ta­tif, Emma­nuel Macron empêche toute réponse mondiale à la pandé­mie.

Commu­niqué de presse de l’Ob­ser­va­toire de la Trans­pa­rence dans les poli­tiques du médi­ca­ment (OTMEDs) – 19 février 2020

Le président de la Répu­blique a proposé aux pays riches de donner de 3 à 5 % des doses de vaccins aux pays les plus pauvres. L’ac­cès aux vaccins est aujourd’­hui entravé par l’in­suf­fi­sance de la produc­tion mondiale des multi­na­tio­nales, par les barrières de propriété intel­lec­tuelle, par une chaine privée et opaque des produits phar­ma­ceu­tiques qui répond aux besoins des action­naires, et non à l’in­té­rêt géné­ral des popu­la­tions.

C’est donc tout un système qu’il faut chan­ger, mais le président de la Répu­blique Emma­nuel Macron refuse de le faire. Depuis le 2 octobre 2020, la France s’op­pose encore à une propo­si­tion de l’Inde et de l’Afrique du Sud à l’Or­ga­ni­sa­tion Mondiale du Commerce, qui demande à ce que les droits de propriété intel­lec­tuelle soient levés sur les tech­no­lo­gies déve­lop­pées contre le COVID, comme les vaccins, les tests et les candi­dats trai­te­ments.

Les ONG estiment que fin 2021, 9 personnes sur 10 en Afrique n’au­ront pas été vacci­nées. Comme l’a rappelé le 9 décembre la coali­tion d’ONGs People’s Vaccine Alliance, la tota­lité des doses du vaccin Moderna et 96 % de celles de Pfizer BioNTech ont été acquises par les pays riches. Dans ce contexte, la propo­si­tion d’Em­ma­nuel Macron est en même temps ridi­cule et indé­cente.

Cette propo­si­tion est une faute morale. La défense du droit à la santé par un des diri­geants des pays riches ne peut pas passer par de la charité. Le droit à la santé est un prin­cipe qui doit être univer­sel et effec­tif, et nous avons besoin pour cela de poli­tiques ambi­tieuses. C’est aussi l’éthique qui est piéti­née. Nombre des essais cliniques sur les candi­dats vaccins sont pratiqués sur le conti­nent afri­cain, qui remplit donc sa part d’ef­fort pour la recherche en expo­sant une partie de sa popu­la­tion aux risques inhé­rents à des essais sans pouvoir ensuite faire béné­fi­cier l’en­semble des pays.

Cette propo­si­tion est aussi une aber­ra­tion en terme de santé publique. En refu­sant les réformes poli­tiques, écono­miques et indus­trielles, Emma­nuel Macron empêche toute réponse mondiale à la pandé­mie. Cette menace est globale, elle ne peut être jugu­lée que si l’en­semble de la popu­la­tion mondiale peut avoir accès aux vaccins – et ce en espé­rant qu’ils stoppent la trans­mis­sion et donc qu’ils soient effi­caces au niveau popu­la­tion­nel, y compris contre les diffé­rents variants. En l’ou­bliant ou en l’igno­rant, Emma­nuel Macron ne piétine pas seule­ment le droit à la santé et l’éthique. Il fait preuve d’un manque de prag­ma­tisme aber­rant qui va permettre à la pandé­mie de se main­te­nir.

Si jusqu’ici les multi­na­tio­nales ont été inca­pables de produire les vaccins dont nous avons besoin, alors que leur déve­lop­pe­ment ont été en grande partie financé par de l’argent public, alors les pays en déve­lop­pe­ment doivent pouvoir produire eux-mêmes les vaccins dont ils ont besoin pour répondre à la pandé­mie.

Le 12 mars 2020, Emma­nuel Macron décla­rait : « Ce que révèle cette pandé­mie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. Délé­guer notre alimen­ta­tion, notre protec­tion, notre capa­cité à soigner notre cadre de vie au fond à d’autres est une folie. » Le président de la Répu­blique doit tenir sa promesse.La France doit main­te­nant soute­nir de tout son poids les propo­si­tions des pays en déve­lop­pe­ment à OMC deman­dant de lever les droits de propriété intel­lec­tuelle sur les tech­no­lo­gies déve­lop­pées contre le COVID-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.