Aller au contenu

Tribune libre (Libé­ra­tion): « Zéro Covid : pour une stra­té­gie sani­taire d’éli­mi­na­tion du coro­na­vi­rus »

La note publiée par Ensemble! et Ensemble! insou­mis est ici:

Voici un des articles dont l’ana­lyse critique a nourri cette note:« Zéro Covid : pour une stra­té­gie sani­taire d’éli­mi­na­tion du coro­na­vi­rus »

« Il y a un an, alors que l’épi­dé­mie de coro­na­vi­rus était en expan­sion rapide, une note de l’OMS expo­sait les deux stra­té­gies sani­taires envi­sa­geables : conte­nir l’épi­dé­mie ou l’éli­mi­ner. La première stra­té­gie, dite de miti­ga­tion ou d’apla­tis­se­ment de la courbe, a été celle adop­tée par l’exé­cu­tif : elle vise à limi­ter le taux de repro­duc­tion épidé­mique pour main­te­nir les services de réani­ma­tion en dessous de la satu­ra­tion. Cette stra­té­gie, qui impose à la popu­la­tion des contraintes consi­dé­rables pour une durée indé­fi­nie, a conduit à un haut plateau épidé­mique faisant 400 morts et 20 000 conta­mi­nés par jour. L’ab­sur­dité de ce choix est évidente : puisque le contrôle s’ef­fec­tue sur le taux de repro­duc­tion, l’épi­dé­mie pour­rait aussi bien être conte­nue sur un plateau très bas sans deman­der d’ef­fort supplé­men­taire.

Cette irra­tio­na­lité française tient-elle au fait que les déci­sions stra­té­giques sont prises dans l’opa­cité, sans débat public scien­ti­fique­ment éclairé ? De fait, les moyens d’ac­tion propo­sés par les cher­cheurs de diffé­rentes disci­plines ont été réduits à un unique curseur réglant le niveau de priva­tion de liberté par le confi­ne­ment. L’au­to­con­trôle par les auto­ri­sa­tions de dépla­ce­ment déro­ga­toire et l’inu­tile couvre-feu de 18 heures nous valent d’être la risée de nos voisins, qui titraient dès novembre sur « l’Ab­sur­dis­tan auto­ri­taire ». « Et inef­fi­cace », faut-il ajou­ter aujourd’­hui. Alors que de nouvelles souches ont fait leur appa­ri­tion, plus conta­gieuses et plus résis­tantes à l’im­mu­ni­sa­tion, il est temps que l’ac­tion publique s’ap­puie enfin sur le débat démo­cra­tique et sur des propo­si­tions ration­nelles préa­la­ble­ment soumises au travail de contro­verse scien­ti­fique.

Succès

La seconde stra­té­gie expo­sée il y a un an, qui vise à l’éli­mi­na­tion du virus, a été appliquée avec succès dans plusieurs pays, qui ont retrouvé leur vie sociale et leur acti­vité produc­tive. S’il est vrai que l’in­su­la­rité a aidé certains pays comme la Nouvelle-Zélande, une concer­ta­tion entre pays fron­ta­liers permet­trait de pallier cette diffi­culté en Europe. Insis­tons : quand bien même la présen­ta­tion de la stra­té­gie d’éli­mi­na­tion inclut souvent une phase tran­si­toire de recon­fi­ne­ment, tout l’in­té­rêt du zéro Covid réside dans le fait que cette stra­té­gie n’est pas direc­te­ment tribu­taire d’un confi­ne­ment. Au contraire, même : elle repose sur le déploie­ment de multiples mesures complé­men­taires, concou­rant à en finir avec le coro­na­vi­rus en quelques mois sans porter atteinte aux liber­tés publiques.

Nous savons, depuis juin 2020, que le coro­na­vi­rus se trans­met prin­ci­pa­le­ment par voie d’aé­ro­sol, y compris par des porteurs asymp­to­ma­tiques, lorsqu’ils respirent ou parlent. Le port de masques FFP2 dans les lieux clos permet de dimi­nuer d’un facteur 50 la quan­tité de parti­cules virales inha­lées. Il faut géné­ra­li­ser leur usage, et donc en fabriquer ou en comman­der, et éduquer à leur nettoyage et à leur recy­clage. Les lieux de restau­ra­tion collec­tive sont des endroits de forte conta­mi­na­tion : en équi­pant chaque table de deux hottes de venti­la­tion équi­pées de filtre Hepa, l’une qui apporte à la table de l’air non conta­miné, et l’autre, aspi­rante, qui piège les gout­te­lettes produites avant qu’elles puissent être inha­lées, on réduit la quan­tité de parti­cules virales d’un facteur 10. Il faut donc produire ou ache­ter ces puri­fi­ca­teurs d’air et former des tech­ni­ciens pour leur déploie­ment rapide. Pour quan­ti­fier le risque et adap­ter les procé­dures sani­taires aux carac­té­ris­tiques d’un lieu fermé, il convient de déployer des capteurs de CO2 et de parti­cules fines, peu onéreux. Ce ne sont là que trois exemples, parmi des dizaines de tech­niques dont l’Etat doit assu­rer la concep­tion, la mise en produc­tion et la géné­ra­li­sa­tion dans les trans­ports, les bureaux, les lieux de culture, les écoles et les univer­si­tés, pour quelques milliards d’eu­ros, un coût faible au regard du désastre écono­mique et social actuel.

Fiasco natio­nal

La vacci­na­tion a un rôle clé à jouer dans le dispo­si­tif d’éli­mi­na­tion du virus. Mais elle est mena­cée par le fiasco natio­nal en matière de concep­tion, de fabri­ca­tion et de distri­bu­tion des vaccins. Cet échec est impu­table à la poli­tique de recherche court-termiste menée depuis quinze ans contre la volonté de la commu­nauté scien­ti­fique, mais aussi au fait que l’ap­pa­reil d’Etat, dont les hauts fonc­tion­naires sont dépour­vus de forma­tion scien­ti­fique, a de facto remplacé toute poli­tique de recherche indus­trielle publique par l’oc­troi, en pure perte, de milliards d’eu­ros de crédit d’im­pôt aux entre­prises privées. Or, sans un pôle indus­triel de santé publique à même d’ac­com­pa­gner l’ef­fort scien­ti­fique, la lutte contre le Covid sera vouée à l’échec.

Sur la durée, élimi­ner le coro­na­vi­rus exige le recru­te­ment et la forma­tion d’équipes d’ar­pen­tage épidé­mio­lo­gique regrou­pant 50 000 personnes par groupes de cinq, affec­tés à des quar­tiers ou à des communes au gré des résur­gences. Le test des eaux usées permet­tra leur déploie­ment rapide selon les besoins. Ces équipes tenues au secret médi­cal auront la tâche de retra­cer les contacts, de propo­ser des méthodes d’iso­le­ment, d’ef­fec­tuer des tests et d’as­su­rer la poli­tique de préven­tion de terrain, qu’une appli­ca­tion ou un « centre d’ap­pels » ne permettent pas de mener. Trois semaines à plein temps et cinq en alter­nance sont néces­saires à leur forma­tion. Un confi­ne­ment éven­tuel, impu­table à l’im­pé­ri­tie de l’exé­cu­tif, n’a pas voca­tion à excé­der cette période d’équi­pe­ment et de forma­tion, à l’is­sue de laquelle le taux d’in­ci­dence aura forte­ment baissé. Le pays entrera dans une nouvelle tempo­ra­lité, celle d’une veille repo­sant sur un maillage sani­taire étroit mais respec­tueux des liber­tés publiques. Il faudra alors tirer les leçons des échecs stra­té­giques et recréer les condi­tions perma­nentes d’un débat public scien­ti­fique­ment informé. Les erre­ments d’une année sonnent comme un aver­tis­se­ment : l’in­té­grité, la respon­sa­bi­lité et l’au­to­no­mie de la science condi­tionnent notre capa­cité de déli­bé­ra­tion, notre démo­cra­tie et nos liber­tés publiques.

Premiers signa­taires : Bruno Andreotti Physi­cien ; Bruno Canard Viro­logue ; Pascale Dubus Histoire de l’art ; Laurence Giava­rini Litté­ra­ture française ; Jacques Haiech Biolo­giste ; Axel Kahn Président de la Ligue contre le cancer ; Pascal Maillard Litté­ra­ture française ; Pérola Milman Physi­cienne ; Pierre-Yves Modi­com Germa­niste.
Lien vers la page de signa­tures : https://rogueesr.fr/zero-covid/

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.