Aller au contenu

Méde­cins libé­raux en grève pour le libé­ra­lis­me…

Sur le site natio­nal d’En­semble:

Derrière la grève des méde­cins libé­raux, le lobby des cliniques privées lucra­tives et des groupes finan­ciers est à l’of­fen­sive.

Ce n’est pas le moindre des para­doxes de voir les parti­sans de la santé marchan­di­sée lucra­tive monter au créneau contre le projet de loi santé de Maris­sol Touraine.

En effet, ce projet s’ins­crit tota­le­ment dans les pas de la loi HPST de Rose­lyne Bache­lot, mettant en place les ARS, orga­ni­sant la nouvelle gouver­nance hospi­ta­lière, sans aucune remise en cause de la tari­fi­ca­tion à l’ac­ti­vité, fer de lance de l’hô­pi­tal-entre­prise, et mettant en place le partage de l’ac­ti­vité entre privé et public sous prétexte de coopé­ra­tion. On sait ce que cela donne déjà dans certaines villes : l’opé­ra­tion chirur­gi­cale et les actes rému­né­ra­teurs dans le privé les soins post­opé­ra­toires dans le public.

La nouvelle défi­ni­tion du service public hospi­ta­lier conte­nue dans ce projet de loi ne désigne plus les établis­se­ments publics de santé. Par une véri­table entour­loupe séman­tique, ce terme désigne main­te­nant les pres­ta­tions de santé offertes, qui pour être consi­dé­rées comme publics doivent théo­rique­ment répondre à une série de critères, mais qui pour les cliniques privées peuvent faire l’objet de compen­sa­tions. Cela permet ainsi d’écrire tranquille­ment que le service public hospi­ta­lier peut être mis en œuvre par….des cliniques privées.

L’of­fen­sive actuelle de la Fédé­ra­tion de l’hos­pi­ta­li­sa­tion privée vise à pous­ser l’avan­tage et à faire effa­cer toutes diffé­rences entre public et privé, sauf sur les tarifs évidem­ment. L’objec­tif sera d’ob­te­nir que, quelques soient les tarifs pratiqués, on ne parle plus que d’éta­blis­se­ments de santé et, qu’à ce titre, les cliniques privées rebap­ti­sées par la FHP ‘’en­tre­prise de santé ‘’ obtiennent un finan­ce­ment pour des missions de service public ! Tout cela au nom de l’éga­lité du droit des malades à choi­sir son méde­cin, alors que dans la réalité, ce sont les cliniques qui choi­sissent les patho­lo­gies, les malades et les acti­vi­tés jugées rentables.

Ce projet de loi santé contient bien quelques inten­tions qui seraient bonnes si elles étaient rendues un peu concrètes et ne faisaient pas figure de vœux pieux.

Par exemple, l’ar­ticle 2 qui parlent de l’im­por­tance de la préven­tion, notam­ment des jeunes en milieu scolaire, et l’ar­ticle 3 sur la contra­cep­tion d’ur­gence. Le seul problème, c’est que l’état désas­treux du système de santé scolaire avec une pénu­rie de profes­sion­nels notam­ment de méde­cins laisse pour le moins songeur sur la mise en œuvre.

Le prin­ci­pal point sur lequel la ministre insiste et fait sa commu­ni­ca­tion concerne le projet de tiers payant à géné­ra­li­ser. C’est égale­ment le point qui suscite le plus de réac­tions parmi les méde­cins libé­raux.

Le tiers-payant, cela veut dire que lors d’une consul­ta­tion pour le malade, il n’y a plus paie­ment de la consul­ta­tion puis, ensuite, rembour­se­ment, mais c’est la Sécu­rité Sociale et la complé­men­taire qui payent direc­te­ment le méde­cin.

Pour les malades, cela évite l’avance des frais, du moins pour ceux qui ont la Sécu et une complé­men­taire.

Le problème se complique quand on sait qu’il y a plusieurs régimes de Sécu et surtout, des centaines de complé­men­taires. Le dispo­si­tif risque fort d’être une usine à gaz ingé­rable et fort complexe.

Il faut dire que cette complexité est déli­bé­ré­ment orga­ni­sée pour effa­cer la fron­tière entre Sécu et complé­men­taires et pour camou­fler le recul progres­sif de la place de la Sécu­rité Sociale univer­selle, au profit des complé­men­taires assu­ran­tielles, machines à divi­dendes pour leurs action­naires, offrant des pres­ta­tions variables selon le contrat choisi et à l’ave­nir selon l’en­tre­prise ou la branche profes­sion­nelle depuis les accords de l’ANI.

La droite médi­cale libé­rale mobi­lise sur plusieurs aspects.

‘’De profes­sion libé­rale nous deve­nons petits fonc­tion­naires : ça s’est fait lente­ment durant ces 40 dernières années, en quelques mois nous allons revivre une forme de bolche­visme, en pire. Bon courage mes amis !  »

C’est le genre de commen­taires aussi  mépri­sants que cocasses que l’on peut lire dans les forums de réac­tions du très libé­ral Quoti­dien du méde­cin qui se fait l’agent actif de la grève annon­cée pour début 2015.

Et puis, surtout pour certains méde­cins libé­raux pratiquant des dépas­se­ments d’ho­no­raires, cela ferait appa­raitre clai­re­ment auprès du malade-client le reste à charge non remboursé. Le dépas­se­ment d’ho­no­raires, il faudra bien le lui faire payer direc­te­ment.

Cette situa­tion met en évidence les contra­dic­tions du système : la première étant celle de la persis­tance du paie­ment à l’acte qui, d’une part consti­tue un frein au déve­lop­pe­ment de la coor­di­na­tion des soins en réseaux, à la préven­tion ou à l’édu­ca­tion sani­taire et, d’autre part est tendan­ciel­le­ment géné­ra­teur d’actes inutiles.

La deuxième contra­dic­tion, c’est la complexité des diffé­rents dispo­si­tifs de rembour­se­ments, variables selon les types de contrats ou la situa­tion de l’as­suré. On peut citer en exemple les pres­ta­tions des mutuelles d’en­tre­prises qui sont suspen­dues en cas de congé paren­tal.

Une réponse immé­diate s’im­pose : inter­dic­tion des dépas­se­ments d’ho­no­raires, pour le tiers-payant un seul inter­lo­cu­teur pour les méde­cins : la Sécu­rité Sociale. C’est d’ailleurs le point de vue défendu par le Syndi­cat de la Méde­cine Géné­rale.

– Pour une Sécu­rité Sociale prenant en charge  à 100%, vers l’ex­tinc­tion-inté­gra­tion dans la Sécu­rité Sociale des complé­men­taires ce qui simpli­fie­rait le système et surtout garan­ti­rait effec­ti­ve­ment que la santé et la protec­tion sociale sont un bien public qui ne peut être laissé aux inté­rêts finan­ciers privés.

– Pour un service public de santé composé d’éta­blis­se­ments publics avec des person­nels de statut public garan­tis­sant la proxi­mité et l’ac­cès aux soins dans des délais raison­nables.

– A plus long terme, c’est  vers la mise en place d’un vrai réseau de centre de santé sur tout le terri­toire qui sera à construire.

C’est notam­ment ce que  propose le front théma­tique santé du Front de Gauche.

Roland Foret, le 21 décembre 2014.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.