Aller au contenu

Ne permet­tons plus de bana­li­ser les violences faites aux femmes !

Commu­niqué de presse des effron­té·es / 1 février 2018

2018 – Ne permet­tons plus de bana­li­ser les violences faites aux femmes !

Après les « frot­teurs » qui ne seraient que de pauvres hommes souf­frant de misère sexuelle, si on en croit la tribune déplo­rable de celles qui défendent leur droit à nous « impor­tu­ner » ;

Après l’ova­tion du Ministre Gérald Darma­nin à l’As­sem­blée par les député-es LREM, suite à une plainte pour viol, alors même qu’on reproche aux femmes qui se sont expri­mées via #Balan­ceTonPorc de ne pas porter plainte ;

Voici à présent l’as­sas­sin Jona­than Daval qui aurait « étran­glé sa femme par acci­dent » parce que celle-ci aurait un carac­tère « écra­sant » ?!

Les effron­té·es sont écœu­rées par le spec­tacle d’un meur­trier qui, devant tous les médias et la famille de la victime, a fait mine de lui rendre hommage et a réin­venté le scéna­rio de sa mort. Et c’est à elle que l’on cherche des traits de carac­tères néga­tifs ? Pas à celui qui a fait preuve de violence mortelle et d’un art sordide de la dissi­mu­la­tion, du corps puis de la vérité ?

Nous expri­mons notre sincère afflic­tion et notre authen­tique colère contre les fémi­ni­cides !

Rien qu’en janvier 2018, neuf femmes ont été tuées par leurs compa­gnons ou ex, pour ne parler que des cas média­ti­sés, en plein quinquen­nat qui déclare la cause des droits des femmes Grande Cause Natio­nale.

Tous ces meurtres ont été des morts violentes : Frap­pée à mort, étran­glée, poignar­dée, abat­tue de trois coups de cara­bine dans la tête, égor­gée, abat­tue par arme à feu, lardée de coups de couteau, poignar­dée à l’ar­tère fémo­rale, poignar­dée 38 fois au cou et au cœur… voici comment elles ont été assas­si­nées.

Pas plus qu’on n’étrangle une femme par acci­dent jusqu’à lui ôter son dernier souffle, on ne se livre à de tels crimes par amour !

ON NE TUE JAMAIS PAR AMOUR

  • Les effron­tées réclament, comme en Espagne, que soit débloqué au moins un milliard contre les violences faites aux femmes !

Hier, 31 janvier 2018, l’AVFT (Asso­cia­tion contre les Violences faites aux Femmes au Travail) submer­gée, a annoncé la ferme­ture de son accueil télé­pho­nique. Elle accuse les pouvoirs publics de ne pas réagir à leurs nombreuses mises en garde. Ni leurs subven­tions ni leurs faibles effec­tifs n’ont été augmen­tés depuis 13 ans.

 

Les effron­té·es exigent que les struc­tures qui remplissent des missions fonda­men­tales d’ac­com­pa­gne­ments des victimes de violences faites aux femmes voient leurs ressources finan­cières augmen­tées. Aujourd’­hui encore, le « programme 137 » dévolu à l’éga­lité femmes-hommes, est le plus petit budget de l’État.

Retrou­vez-nous sur : Blog / face­book / twit­ter

Contact : Fatima Beno­mar / 06 75 86 61 31

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.