Aller au contenu

Non , non et non la Fête de  » l’hu­main d’abord  » ne peut être celle de « feu » FDG

Le Front de Gauche dans le Sud Vienne, comme ailleurs, a fini par mourir. Il était composé en gros du PCF, du Parti de Gauche et d’En­semble! Loca­le­ment des non encar­tés y parti­ci­paient.

Aujourd’­hui, il n’existe pas d’hé­ri­tiers natu­rels, aucun brevet n’a été déposé, etc…

Fort de 8 années d’ex­pé­riences cette fête est un moment poli­tique de rentrée impor­tant dans la Vienne. Pour­tant, cette année le ton était donné : Un affiche indiquant ‘ave­nue Liliane et Georges Marchais’, un billet de monnaie locale avec la photo de Maurice Thorez. Du second degré à n’en pas douter.

Et pour­tant on a pu consta­ter qu’elle rassemble ( encore ) une majo­rité de citoyens non adhé­rents à un parti poli­tique. Le chapi­teau était rempli pour écou­ter Philippe Marti­nez expliquer et promou­voir la démarche d’échanges et de confron­ta­tion du « Jour d’après » qui rassemble 19 syndi­cats, ONG, et asso­cia­tions (tels que ATTAC, Green Peace, la Confé­dé­ra­tion Paysanne). Sous-entendu qu’il fallait peut-être envi­sa­ger une démarche simi­laire au plan poli­tique.

Malheu­reu­se­ment, ce discours s’est tenu à une tribune mono­co­lore (PCF, MJCF plus CGT). Ce que certaines prises de parole de la salle ont relevé le vendredi comme le samedi.

Didier Mehl, co-anima­teur du FDG durant 6 ans dans le Sud-Vienne, membre d’En­semble!

4 réflexions au sujet de « Non , non et non la Fête de  » l’hu­main d’abord  » ne peut être celle de « feu » FDG »

  1. LANNEAU Christian dit :

    Didier a raison.
    Mais n’était-ce pas déjà le cas avant, alors que ça arrangeait tout le monde pour tenter de faire croire à l’existence d’un véritable « Front de gauche » dans le Sud-Vienne et par extension usurpatrice dans toute la Vienne ? Mais c’est de l’histoire ancienne qui au vu des enjeux d’aujourd’hui parait bien lointaine et pour tout dire anecdotique.
    Christian LANNEAU

    Répondre
  2. Roumet dit :

    Bonjour,
    M’étant donné beaucoup de mal comme mes camarades pour que cette fête puisse avoir lieu, je suis surpris de cet article peu objectif… (vous me direz, ne pas faire la différence entre Maurice Thorez et Ambroise Croisat montre le crédit que l’on peu apporter à cet article donneur de leçon!)
    Certes, le Front de Gauche dans le Sud Vienne (existe-t-il encore ailleurs?) n’est composé que du PCF et de militant·e·s non « encarté·e·s », qui, à chacun leur niveau, se sont engagé·e·s dans sa réussite. Peut-être Ensemble 86 serait encore dans ce rassemblement local que nous aurions pu avoir à la tribune Clémentine Autain?
    Une chose est sûr, cette fête est le reflet des luttes menées ces dernières années, faites de jeunes militant·e·s (car il y en avait beaucoup et c’est peut-être ça qui est important!) prêt·e·s à en découdre avec le capital pour leur avenir et celui de leurs enfants!
    Pour le côté monochrome, le rouge qui rassemble aujourd’hui, c’est le rouge de la rage qui nous anime toute l’année, sur le terrain, dans nos entreprises contre l’ogre qui lui, mène sa guerre de classe sans sourciller. (On ne vous a pas beaucoup vu sur les piquets de grève pendant 3 mois cet hivers???)
    Alors je suis fier de cette fête, elle a resserré  les liens d’une génération qui trime au quotidien et qui doit prendre la relève dans les batailles qui sont à mener (Et pas que celle qui arrivent tout les 5 ou 6 ans… hein !)
    J’aime pas la mauvaise fois et je suis disponible pour en débattre, même en public si il le faut.
    Et pas la peine de venir ressasser les vielles querelles des années 80, on a autre chose à faire, et des luttes à mener.
    Sébastien Roumet, communiste et fier de l’être !
     

    Répondre
    • Mehl didier dit :

      j’ai répondu en son temps à sébastien par mail ( tt n’interressant pas les visiteurs de ce site ) pour rappeler la longue construction , le développement de « feu » fdg de gauche ds le sud vienne et accepter volontiers un débat y compris public  maintes fois proposé .
      Aprés les échecs des comités antilibéraux, la mort du fdg qui ont entraîné d’immenses gâchis chez des cotoyens non encartés , il faudra bien se réinventer.
      Nos points de vue sont connus, d’autres ont circulé depuis 2 ans .
      Ressasser non,  mais pas plus accepter non plus sur mon compte messenger les commentaires d’un f.l. qui se présente comme un organisateur de l’édition 2020…et pratique plus l’insulte ( limite propos orduriers ) que la dialectique.

      Répondre
  3. pascal b dit :

    Bref, il exista à l’Isle Jourdain une fête du Front de gauche qui continua à se nommer ainsi pendant des années après la fin du Front de gauche.

    Cette année ce fut une fête du PCF, très bien organisée et sympathique, animée par le seul PCF, avec des têtes d’affiche remarquables.

    Qu’il nous soit permis de noter cependant que le seul parti à la tribune était le PCF, ce qui n’était pas le cas auparavant. Les tribunes politiques de la fête de l’Humanité présente une allure plus pluraliste. 

    Didier qui était un animateur des fêtes de l’Isle Jourdain des années précédentes a une légitimité particulière pour dire ce qu’il en pense.

    Il ne s’agit pas de déranger les camarades du PCF s’ils souhaitent se féliciter d’être le seul parti de combat. Même si j’ai bien entendu la camarade des JC  citer des courants avec lesquels ils agissent, tels que Sud étudiants, etc.

    Nous discuterons ailleurs de l’alliance municipale à Poitiers du PCF avec EELV et Générations excluant de toute négociation de veille de second tour les courants soutenant la liste Osons (soit la FI et Ensemble!). Ce qui fut un pari audacieux et réussi pour le PCF, mais peut-être aussi assez sectaire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.