Aller au contenu

Pénu­rie de médi­ca­ments vitaux, tests et équi­pe­ments : l’ap­pel des person­na­li­tés!

Blog Media­part, 7 avr. 2020, Par Pauli­neLon­deix

Édition : Trans­pa­rence dans les poli­tiques du médi­ca­ment

Dans une tribune parue à l’ini­tia­tive de l’Ob­ser­va­toire de la trans­pa­rence dans les poli­tiques du médi­ca­ment, 113 person­na­li­tés et 32 orga­ni­sa­tions relaient l’inquié­tude des soignant-es quant à la pénu­rie de médi­ca­ments vitaux, tests et équi­pe­ments et appellent le gouver­ne­ment à prendre toutes les mesures néces­saires pour y répondre.

Commu­niqué de presse,

Obser­va­toire de la trans­pa­rence dans les poli­tiques du médi­ca­ment – Mardi 7 avril 2020 

Parmi les signa­taires, on compte notam­ment la roman­cière Annie Ernaux, l’an­cien foot­bal­leur Vikash Dhora­soo, les acteurs Virgi­nie Efira et Niels Schnei­der, les réali­sa­teurs Cathe­rine Corsini, Justine Triet, Aman­dine Gay, Océan et Bertrand Taver­nier, les produc­teurs Hugues Char­bon­neau, Rémi Grel­lety, Marie-Ange Luciani, le compo­si­teur Bertrand Burga­lat, les chan­teurs Mouss et Hakim du groupe Zebda, les philo­sophes Cynthia Fleury, Emilie Hache et Mathieu Potte-Bonne­ville, l’his­to­rienne Fanny Gallot ou encore la poli­to­logue Françoise Vergès, le président de l’as­so­cia­tion pour le droit de mourir dans la dignité Jean-Luc Roméro, la direc­trice géné­rale de Sidac­tion Florence Thune, le secré­taire géné­ral de la CGT Philippe Marti­nez, la porte-parole de l‘Union Syndi­cale Soli­daires Cécile Gondard Lalanne, entre autres. 

S’y rajoutent diverses orga­ni­sa­tions comme Coro­na­vic­times (l’As­so­cia­tion Française des Victimes, malades et Impac­tés du Coro­na­vi­rus Covid-19), Act Up-Paris, Aides, la CGT Sanofi ou encore de nombreuses asso­cia­tions de victimes de scan­dales sani­taires.

La diver­sité de ces signa­tures, venues du monde artis­tique, litté­raire, philo­so­phique, univer­si­taire, syndi­cal, asso­cia­tif, témoigne que les pénu­ries de médi­ca­ments vitaux, tests et équi­pe­ments de protec­tion mobi­lise la société dans son ensemble. Le texte concède que « si l’am­pleur de l’épi­dé­mie de COVID-19 a pu prendre les auto­ri­tés de cours, les pénu­ries actuelles témoignent surtout de problèmes dénon­cés de longue date ; la priva­ti­sa­tion et la délo­ca­li­sa­tion de la produc­tion des biens de santé. »

Les signa­taires demandent les mesures d’ur­gence néces­saires comme : « une program­ma­tion des besoins, l’iden­ti­fi­ca­tion de l’ori­gine des matières premières des médi­ca­ments et réac­tifs, la réqui­si­tion des lignes de produc­tion, la réaf­fec­ta­tion des produc­tions non essen­tielles aux produits vitaux, l’im­por­ta­tion en urgence de compo­sants aux produc­teurs dispo­nibles, une coor­di­na­tion euro­péenne ».

Nous espé­rons que le gouver­ne­ment saura entendre cet appel en soutien à ce qu’af­frontent les soignant-es et les patient-es dans les services de réani­ma­tion. 

L’Ob­ser­va­toire de la trans­pa­rence dans les poli­tiques du médi­ca­ment remer­cie chaleu­reu­se­ment l’en­semble des signa­taires pour leur mobi­li­sa­tion et ouvre cette tribune à toutes les signa­tures sur la plate­forme Change.

———————————————————

La tribune

Nous relayons l’alerte lancée par les soignant-es et les asso­cia­tions concer­nant la pénu­rie de maté­riel, de dépis­tage et de médi­ca­ments vitaux.

Le manque de masques ou de blouses de protec­tion mettent en danger patients fragiles et person­nels, soignant-e, tech­ni­cien-nes, ménage, etc.  Le manque de dépis­tage empêche de connaître les personnes asymp­to­ma­tiques, contri­bue à de nouvelles conta­mi­na­tions au sein de l’hô­pi­tal et retarde la prise en charge. Les pénu­ries de séda­tifs ou d’an­ti­bio­tiques amènent déjà à des utili­sa­tions parci­mo­nieuses et une baisse de la qualité des soins. Sans ces médi­ca­ments, les patients vont mourir en souf­frant, d’étouf­fe­ment par exemple. Toute dignité sera piéti­née.

Si l’am­pleur de l’épi­dé­mie de COVID-19 a pu prendre les auto­ri­tés de cours, les pénu­ries actuelles témoignent surtout de problèmes dénon­cés de longue date ; la priva­ti­sa­tion et la délo­ca­li­sa­tion de la produc­tion des biens de santé. Le gouver­ne­ment n’a pas pris les mesures d’ur­gence qui s’im­posent : une program­ma­tion des besoins, l’iden­ti­fi­ca­tion de l’ori­gine des matières premières des médi­ca­ments et réac­tifs, la réqui­si­tion des lignes de produc­tion, la réaf­fec­ta­tion des produc­tions non essen­tielles aux produits vitaux, l’im­por­ta­tion en urgence de compo­sants aux produc­teurs dispo­nibles, une coor­di­na­tion euro­péenne. Chaque jour qui passe aggrave la situa­tion et menace les victimes de la pandé­mie.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.