Aller au contenu

Sud Collec­ti­vi­tés terri­to­riales: « Zemmour, ça suffit comme ça »

Mardi 29 septembre, à une heure de grande écoute, sur la chaîne Cnews, Eric Zemmour a tenu les propos suivants concer­nant les mineurs non accom­pa­gnés : “ils sont voleurs, ils sont assas­sins, ils sont violeurs. C’est tout ce qu’ils sont. Tous, tous, tous. »

Zemmour est un réci­di­viste. Déjà condamné plusieurs fois, et encore récem­ment le 25 septembre 2020 à 10 000 euros d’amende, pour inci­ta­tion à la haine raciale, le triste polé­miste conti­nue à distil­ler ses diatribes nauséa­bondes, racistes.

Ce passage a été diffusé par la chaine Cnews en différé. Par consé­quent, il ne s’agit pas d’un malen­con­treux déra­page, isolé, mais bien d’une tribune xéno­phobe et d’ex­trême droite qui incite à la haine et au rejet des enfants qui arrivent seuls sur notre terri­toire après un parcours dange­reux et trau­ma­ti­sant. Ils ont besoin de soins, d’ac­com­pa­gne­ment, de frater­nité. C’est pour cela que la loi les confie à l’Aide Sociale à l’En­fance, mise en œuvre par les Conseils dépar­te­men­taux.

Les décla­ra­tions de Zemmour, essen­tia­li­sant l’en­semble de ces 15000 enfants et adoles­cents, génèrent un facteur de danger supplé­men­taire en distil­lant dans la popu­la­tion haine et rejet et en inci­tant aux agres­sions.

La fédé­ra­tion SUD CT repré­sen­tant notam­ment les profes­sion­nel.les exerçant quoti­dien­ne­ment, sur le terrain, les missions de protec­tion de l’en­fance :

-condamne sans réserve ces propos abjectes, exige du conseil supé­rieur de l’au­dio­vi­suel qu’il fasse enfin respec­ter la loi inter­di­sant de tels propos racistes,

-condamne sans réserve la chaîne qui accueille consciem­ment ce polé­miste, avec la volonté mani­feste de diffu­ser une idéo­lo­gie fasci­sante dans une course à l’au­dience morti­fère, en étudiant la possi­bi­lité de lui reti­rer son agré­ment,

invite l’en­semble des prési­dentes et prési­dents de conseil dépar­te­men­tal à porter plainte contre Zemmour et la chaine Cnews, comme l’ont déjà fait les président.es de Loire Atlan-tique, Gers, Landes, Haute Garonne

La fédé­ra­tion SUD CT réaf­firme l’ur­gence que nos services publics prennent en charge les mineurs non accom­pa­gnés qui fuient la guerre et la misère au péril de leur vie.

Cela passe par la mobi­li­sa­tion des budgets néces­saires, ce que le gouver­ne­ment se refuse à faire. Cela passe aussi par la condam­na­tion des conseils dépar­te­men­taux qui n’as­sument pas leurs respon­sa­bi­li­tés en se déro­bant à leur rôle de protec­tion où en propo­sant une prise en charge ces enfants et adoles­cents au rabais. Cela passe enfin par la fin des poli­tiques répres­sives à l’en­contre de ces jeunes, dont les tests osseux…

Paris le 5 octobre

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.