Aller au contenu

Vendée : La gendar­me­rie expulse la « ZAD de la DUNE » en plein confi­ne­ment

  • Héli­co­ptère, mili­taires et incen­dies de cabanes pendant « l’état d’ur­gence sani­taire » ! –

Les auto­ri­tés ne reculent déci­dé­ment devant rien. Depuis plusieurs mois, en Vendée, une mobi­li­sa­tion s’or­ga­nise contre la destruc­tion d’une plage à Bréti­gnolles, pour construire une « marina » inutile pour les privi­lé­giés. Plusieurs mani­fes­ta­tions ont réuni des centaines de parti­ci­pants, et des personnes occupent le terrain depuis des mois.

Mercredi 8 avril, la préfec­ture profite du confi­ne­ment pour inves­tir les terrains occu­pés et expul­ser les habi­tants et habi­tantes. Pas moins de 15 véhi­cules de gendarme avec des renforts, un héli­co­ptère et des unités du « pelo­ton d’in­ter­ven­tion de la gendar­me­rie » sont sur place. 15 personnes sont arrê­tées.

Le mairie envoie immé­dia­te­ment des rive­rains incen­dier les cabanes, dans un élan pétai­niste assez terri­fiant, sous le regard des forces de l’ordre. Pas besoin d’at­tes­ta­tion ! Rappe­lons que Macron avait promis une prolon­ga­tion de la trêve hiver­nale …

Ce déploie­ment répres­sif contre des oppo­sants écolo­gistes est indé­cent en pleine crise sani­taire. D’au­tant plus qu’à cause du confi­ne­ment, il était impos­sible pour les personnes expul­sées de rece­voir du soutien. Voici le commu­niqué de la « ZAD de la dune » :

« Evacua­tion en plein confi­ne­ment, c’est acablant!!
En plein confi­ne­ment, la ZAD de la Dune a été expul­sée ce mercredi 8 avril en début de soirée, à grand renfort de gendarmes, PSIG, hélico et drônes… Nos 15 cama­rades présent.e.s sur place ont été nassé.e.s dans les champs puis embarqué.e.s vers 18h30 pour contrôles d’iden­tité et sont en train de sortir de diffé­rents commis­sa­riats. Iels se retrouvent donc à la rue en pleine nuit et loin de tout soutien.

Vers 20 heures, es services tech­niques de la ville brûlent les cabanes avec toutes les affaires person­nelles à l’in­té­rieur!! Les camions aména­gés, 4 chiens, 1 chat, 20 poules, 1 canard et Eliza­deth notre truie sont envoyé.e.s à la four­rière. Il est inad­mis­sible de profi­ter de l’état d’ur­gence sani­taire pour lancer de telles opéra­tions.

Alors que la prio­rité du gouver­ne­ment devrait être d’ordre sani­taire, l’état paye le prix (c’est-à-dire nous) d’une opéra­tion mili­taire au moment même où on manque de masques si basiques pour proté­ger les soignant.e.s et la popu­la­tion! Pour rappel, 1H d’hé­lico coûte déjà 4000€.

Puisque nous refu­sons la construc­tion de ce port infâme et élitiste ainsi que tous les projets indus­triels, puisque nous refu­sons le coup d’état pandé­mique qui suivra la crise du coro­na­vi­rus, puisque le monde qu’ils dessinent est à vomir, dès la fin du confi­ne­ment, nous appe­lons à une réoc­cu­pa­tion festive de la ZAD de la Dune! D’ici là, utili­sons les gestes barrières et n’ou­blions pas que sous les pavés la plage!!

ZAD de la Dune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.