Aller au contenu

Nouveau gouver­ne­ment : décla­ra­tion de Myriam Martin, porte-parole.

Annonce du gouver­ne­ment de Edouard Philippe : un gouver­ne­ment ni de gauche ni de gauche, mais bien marqué à droite !

Les choix effec­tués pour la consti­tu­tion de ce nouveau gouver­ne­ment affirment une ligne libé­rale dure.

Bruno le Maire, en charge du minis­tère de à l’Éco­no­mie, très à droite au moment des primaires, spécia­liste du retour­ne­ment de veste,

Une repré­sen­tante des grands groupes multi­na­tio­naux, Muriel Péri­caud, au minis­tère du Travail, pour détri­co­ter le Code du travail dès cet été.

Aucune cohé­rence et coha­bi­ta­tion possible entre Nico­las Hulot, chargé de la tran­si­tion écolo­gique, et Edouard Philippe, le monsieur Areva, spécia­liste du nucléaire, pilleur du Niger, et qui vient d’af­fir­mer qu’il ne regrette rien de son passé chez Areva. A Monsieur Hulot de gérer ses contra­dic­tions !

Bayrou, prêt à toutes les alliances pour reve­nir au pouvoir, est enfin récom­pensé.

Récom­pensé aussi G. Collomb, suppor­ter de la première heure d’E. Macron

Au final, peu de surprise sur l’orien­ta­tion.

Les cautions de « gauche » de ce gouver­ne­ment ne peuvent gommer ce que sera la poli­tique voulue par Macron : une poli­tique de droite qui promet de casser le code du travail en légi­fé­rant par ordon­nance, d’ubé­ri­ser la société au nom de sa soi-disant « moder­ni­sa­tion ».

Quant au renou­veau contrai­re­ment à ce qui est affirmé, il n’est pas au rendez vous. Des tech­no­crates aux commandes, des vieux bris­cards de la poli­tique, des femmes mais une seule à la tête d’un minis­tère réga­lien, et pas de minis­tère à part entière des droits des femmes.

Et un G. Darma­nin qui était un farouche parti­san de la « Manif pour tous ».

La « moder­nité façon Macron » a quelque chose de réchauffé et de déjà vue !

Pour que s’ex­prime une véri­table alter­na­tive de gauche, il faut élire le plus de député-e-s possibles à l’As­sem­blée qui ont soutenu la candi­da­ture de Jean Luc Mélen­chon. Et il faut, dès à présent, prépa­rer les résis­tances et les ripostes sociales.

Pas d’état de grâce pour ce gouver­ne­ment !

Le 18 mai 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.