Aller au contenu

Orien­ta­tions budgé­taires 2015 de la ville de Poitiers

Les orien­ta­tions budgé­taires d’une mairie c’est le moment où il y a débat au sein du Conseil muni­ci­pal sur « quel budget (recettes et dépenses) ? ». Un débat éminem­ment poli­tique

La majo­rité actuelle de la Mairie de Poitiers a donné aux élu.es un docu­ment d’orien­ta­tion budgé­taire (qui sera mis en ligne à la suite du prochain Conseil muni­ci­pal). Nous en avons tiré quelques remarques critiques sur les manque­ments dans l’ana­lyse et sur les vrais choix effec­tués.

 

Crois­sance ou croyance ?

 

  • Quel est le rapport entre les données écono­miques inter­na­tio­nales citées dans le docu­ment et les orien­ta­tions budgé­taires de la ville de Poitiers ? Quelles consé­quences pour le budget local ? Mystère.

  • Carac­té­ri­ser l’an­née 2014 par la crise Ukrai­nienne et la chute des cours du pétrole comme éléments notables de la montée des risques géopo­li­tiques, c’est un peu court, d’au­tant plus court sans nous dire les périls encou­rus par notre cité du fait de cette situa­tion.

  • Pas un mot sur les alertes confir­mées du réchauf­fe­ment clima­tique qui néces­sai­re­ment impacte et impac­tera notre cité, et qui, à tout le moins, devrait nous amener à prévoir des mesures pour réduire nos émis­sions de gaz à effet de serre, végé­ta­li­ser nos espaces, etc…

  • Pas un mot non plus sur le risque de défla­tion écono­mique qui menace d’au­tant plus que se renforcent les cures d’aus­té­rité impo­sées à toute l’Eu­rope au mépris même de l’ex­pres­sion démo­cra­tique des peuples (cf Grèce)

  • Les gloses sur la crois­sance (« Anne ma sœur Anne ne vois tu rien venir ? »)  ne génèrent aucune propo­si­tion muni­ci­pale concrète. Le docu­ment de la majo­rité muni­ci­pal ressemble à un caté­chisme martelé comme une prière. Diffi­cile de savoir, à l’écoute du « avons nous cru ? » employé , s’il s’agit de crois­sance ou de croyance.

  • Affec­tés que vous êtes par la « fièvre ache­teuse » de tout et n’im­porte quoi, votre poli­tique Mesdames, Messieurs de la majo­rité, se résume à ce seul mot d’ordre : Qu’im­porte le climat pourvu qu’on croisse.

Voilà un premier jet d’ordre très géné­ral, juste pour dire vite fait d’ar­rê­ter de nous prendre pour des ânes.

.

« Panier du maire » et fata­li­tas

  • Quant aux données locales, l’in­fla­tion très « modé­rée » est limite défla­tion­niste. Ce n’est donc pas le jonglage entre sa mesure en glis­se­ment et en moyenne annuelle qui change quoique ce soit à l’état de fait. Cette situa­tion est la consé­quence des poli­tiques écono­miques impo­sées par l’Eu­rope et servi­le­ment appliquées par le gouver­ne­ment Français.

  • C’est quoi le « panier du maire » ? Inven­tion locale pour justi­fier à terme la hausse du taux des impôts ? Où trouve t on sa mesure sur le site de l’INSEE ?

Pour confir­mer que tout ce gali­ma­tias de chiffres mis bout à bout ne sert à rien puisqu’il ne se décline nulle part en orien­ta­tion budgé­taire pour la ville. Sauf à le présen­ter comme une fata­lité qui ne permet aucune autre poli­tique muni­ci­pale que celle présen­tée.

.

L’es­sen­tiel est où ?

Pire, il cache l’es­sen­tiel : aux cadeaux royaux faits au patro­nat pour soit disant « relan­cer la crois­sance » s’ajoutent les réduc­tions budgé­taires pour limi­ter la dette. Cela abou­tit à réduire les dota­tions aux collec­ti­vi­tés locales.

D’ailleurs, des chiffres prouvent cette orien­ta­tion au détri­ment des citoyens ordi­naires, mais en faveur des riches et du patro­nat :

  • les valeurs loca­tives cadas­trales sont reva­lo­ri­sées de 0,9% pour 2015 (comme en 2014).
  • au nom du risque de défla­tion, (dite infla­tion faible), le point d’in­dice fonc­tion publique est resté gelé,
  • l’aug­men­ta­tion légale (calée sur infla­tion prévi­sion­nelle) des pensions et retraites, d’abord repous­sée d’avril à octobre, a été gelée,
  • les impôts sur le revenu ont augmenté du fait du main­tien du gel Sarko­siste du barème,
  • la baisse des prix (faible infla­tion oblige) a généré augmen­ta­tion du chômage et accen­tua­tion de la pauvreté.

Mais le prix des services muni­ci­paux a lui augmenté de 2%, et on indique pour 2015 que les produits des services en déduc­tion des charges de fonc­tion­ne­ment progressent de 5%.

.

Comment est financé l’aus­té­rité ?

Qui paye fina­le­ment l’aus­té­rité ?

Où donc doit-on voir les traces d’une poli­tique muni­ci­pale d’une gauche vrai­ment sociale ?

Les subven­tions versées augmen­te­ront de 0,7%. Aucune parti­ci­pa­tion à l’ef­fort collec­tif d’in­té­rêt commu­nal n’est demandé à quiconque ?

C’est donc sur l’épargne prévi­sion­nelle que se fera l’ef­fort essen­tiel, dimi­nu­tion de 1,5M€ pour compen­ser les 650K€ qui manquent en recette, eux mêmes déjà en partie compen­sés par l’aug­men­ta­tion des prix des services.

Toute l’orien­ta­tion poli­tique muni­ci­pale, très peu sociale, est résu­mée là.

Guy Aubar­bier

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.