Aller au contenu

Oxfam: « Dans le monde d’après les riches font séces­sion »

Nouveau rapport d’Ox­fam sur les inéga­li­tés mondiales

La fortune des milliar­daires dans le monde a plus augmenté en 19 mois de pandé­mie qu’au cours de la dernière décen­nie. Un record sans précé­dent, mis en lumière dans le nouveau rapport d’Ox­fam sur les inéga­li­tés mondiales !

A l’oc­ca­sion de l’ou­ver­ture du « Davos Agenda », Oxfam pointe un enri­chis­se­ment histo­rique des milliar­daires tandis que, dans le même temps, la crise a provoqué une inten­si­fi­ca­tion de la pauvreté chez celles et ceux qui étaient déjà en diffi­culté avant la pandé­mie.

Commu­niqué de presse

Rapport d’Ox­fam sur les inéga­li­tés : les chiffres-clés

  • La fortune des milliar­daires dans le monde a plus augmenté en 19 mois de pandé­mie qu’au cours de la dernière décen­nie.
  • Depuis la pandé­mie, le monde compte un nouveau milliar­daire toutes les 26 heures, alors que 160 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté.
  • Avec les 236 milliards supplé­men­taires engran­gés en 19 mois par les milliar­daires français, on pour­rait quadru­pler le budget de l’hô­pi­tal public ou distri­buer un chèque de 3500 euros à chaque Français-e.
  • Les 5 premières fortunes de France ont doublé leur richesse depuis le début de la pandé­mie. Elles possèdent à elles seules autant que les 40% les plus pauvres en France.

Lire le rapport

Pendant la pandé­mie, l’en­ri­chis­se­ment histo­rique des milliar­daires

Selon le nouveau rapport d’Ox­fam, depuis le début de la pandé­mie, le monde compte un nouveau milliar­daire toutes les 26 heures. Et, tandis que la fortune des 10 milliar­daires les plus riches du monde a doublé durant la pandé­mie, 160 millions de personnes sont tombées dans la pauvreté. Cette explo­sion des inéga­li­tés sévit partout dans le monde.

Les femmes, les personnes raci­sées, et les habi­tant.e.s des pays en déve­lop­pe­ment sont les plus impacté.e.s par la violence des inéga­li­tés.

La pandé­mie a égale­ment fait recu­ler l’objec­tif de parité femmes-hommes à 135 ans, contre 99 ans aupa­ra­vant. 252 hommes se partagent aujourd’­hui plus de richesses que le milliard de filles et de femmes vivant en Afrique, en Amérique latine et aux Caraïbes réunies.

En France aussi, des milliar­daires toujours plus riches

En France, la fortune des milliar­daires a augmenté plus rapi­de­ment en 19 mois de pandé­mie qu’en une décen­nie entière. De mars 2020 à octobre 2021, la fortune des milliar­daires a augmenté de 236 milliards d’eu­ros (soit une hausse de 86%), une somme qui repré­sen­te­rait assez d’argent pour quadru­pler le budget de l’hô­pi­tal public ou distri­buer un chèque de 3500 euros à chaque Français.e.

A elles seules, les 5 premières fortunes de France – celles de Bernard Arnault (LVMH), Françoise-Meyers Betten­court (L’Oréal), François Pinault (Kering), des frères Alain et Gérard Werthei­mer (Chanel) – ont doublé, augmen­tant de 173 milliards d’eu­ros en 19 mois. Soit presque autant que ce que l’Etat a dépensé pour faire face au coro­na­vi­rus en un an, toutes dépenses confon­dues. Ces 5 milliar­daires français possèdent désor­mais autant que les 40% des Français les plus précaires.

Dans le même temps, la crise a provoqué une inten­si­fi­ca­tion de la pauvreté. 7 millions de personnes ont besoin d’aide alimen­taire pour vivre, soit 10% de la popu­la­tion française, et 4 millions de personnes supplé­men­taires sont en situa­tion de vulné­ra­bi­lité à cause de la crise.

Une écono­mie au service des plus riches

Si la fortune des milliar­daires a autant augmenté durant la pandé­mie, c’est prin­ci­pa­le­ment en raison de l’argent public versé sans condi­tion par les gouver­ne­ments et les banques centrales dont ils ont pu profi­ter grâce à une montée en flèche des cours des actions. Avec une poli­tique du « quoi qu’il en coûte » sans condi­tion, les gouver­ne­ments et banques centrales ont permis la hausse la plus impor­tante de la fortune des milliar­daires jamais enre­gis­trée.

Au-delà de la réponse à la crise actuelle, la déré­gu­la­tion du marché du travail, les poli­tiques fiscales déci­dées au cours des 40 dernières années ont construit une écono­mie au service des 1%.

Remettre les poli­tiques de lutte contre les inéga­li­tés au centre

Les inéga­li­tés ne sont pas une fata­lité, ce sont le résul­tat de choix poli­tiques. Le quinquen­nat actuel a été celui des inéga­li­tés. Le ou la futur.e Président.e de la Répu­blique devra tirer les leçons de la crise et travailler à construire un modèle écono­mique plus juste, plus durable et plus fémi­niste.

Oxfam France appelle à un chan­ge­ment radi­cal de poli­tique fiscale pour réduire les inéga­li­tés et finan­cer un ambi­tieux programme d’in­ves­tis­se­ments publics et propose 15 réformes chif­frées, permet­tant de récol­ter au moins 65 milliards d’eu­ros supplé­men­taires par an. Parmi elles :

  • La mise en place d’un ISF rénové avec une surtaxe pour les million­naires les plus polluants
  • Une réforme pour une impo­si­tion plus juste sur les succes­sions, en ciblant les super-héri­tages qui sont aujourd’­hui très peu taxés
  • Un impôt sur le revenu plus juste et plus fémi­niste

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.