Aller au contenu

PAS UNE VOIX POUR LE PEN – Commu­niqué VISA

UNE FOIS QUE L’EXTREME DROITE EST AU POUVOIR, ELLE LE GARDE !

https://visa-isa.org/article/commu­nique-visa-pas-une-voix-pour-le-pen

L’ex­trême droite cumu­lée (Le Pen, Z, Dupont-Aignan) atteint un niveau histo­rique au 1er tour des élec­tions prési­den­tielles avec 11 347 660 voix (9 706 038 en 2017) et en étant déjà au-dessus du score réalisé par Marine le Pen au 2nd tour en 2017.

Pour la troi­sième fois en vingt ans, le parti fasciste FN/RN se quali­fie pour le second tour de la prési­den­tielle : 20% en 2002 contre Chirac, 34% en 2017 face à Macron … et main­te­nant ? Oppo­sée au président-candi­dat, dont le bilan catas­tro­phique pour les couches popu­laires est son meilleur atout, Le Pen n’a jamais été aussi près d’at­teindre, le 24 avril, la plus haute marche des insti­tu­tions de la V° Répu­bliqueElle peut comp­ter sur le soutien de Zemmour, de ses parti­sans, d’une partie de la droite et sur un nouveau vote de rejet de Macron.

VISA pense qu’il n’est pas trop tard pour dissi­per ce cauche­mar.   

Celles et ceux qui seraient tentés de voter au deuxième tour pour la candi­date FN/RN afin de sanc­tion­ner la poli­tique anti-sociale de Macron, notam­ment avec le slogan suici­daire et dange­reux « tout sauf Macron » :

  • Savent-ils qu’ils vont faire le choix d’une gouver­nance basée sur le mensonge, la peur et la haine qui alimentent racisme, sexisme, homo­pho­bie et xéno­pho­bie ?
  • Savent-ils qu’ils vont donner encore plus de pouvoir au MEDEF, au CAC 40, aux milliar­daires, aux fonds de pension, aux assu­rances privées et aux conser­va­teurs de tout poil ?

Avec l’ex­trême-droite, comme avec la droite, l’ul­tra-libé­ra­lisme serait tout autant aux commandes.  

Les annonces répé­tées de Le Pen sur le pouvoir d’achat des Français.es sont menson­gères. Son programme en est à l’op­posé : suppres­sion de certaines coti­sa­tions sociales qui aura surtout pour consé­quence la destruc­tion de la Sécu­rité Sociale en lais­sant la place belle aux assu­rances privées ; propo­si­tions margi­nales et en trompe-l’œil comme la suppres­sion de la rede­vance audio­vi­suelle, la baisse de la TVA sur les éner­gies, la baisse des péages auto­rou­tiers… mais la réalité est que le FN/RN est viscé­ra­le­ment opposé à toute augmen­ta­tion du SMIC et des mini­mas sociaux !

Son programme est égale­ment anti-social : retraite à 67 ans à taux plein pour la majo­rité des travailleur.ses, fin annon­cée des 35h, menaces sur les instances repré­sen­ta­tives des person­nels.

Pour les femmes, menaces sur le droit à l’IVG, encou­ra­ge­ment pécu­nier à « rester à la maison » et à faire des enfants ; menaces sur le Mariage pour toutes et tous, sur la PMA pour les couples non hété­ro­sexuels, et fin de l’objec­tif de parité.

Pour les syndi­cats et les syndi­ca­listes, un projet tout spécial est prévu. Le  Pen l’a annoncé dans son discours le soir du 10 avril : « nous allons récon­ci­lier le travail et le capi­tal ».

Par ces mots, Marine le Pen s’ins­pire direc­te­ment de l’idéo­lo­gie fasciste histo­rique, dont on peut retrou­ver le fonde­ment, par exemple, dans la Charte du Travail de Musso­lini reprise par Pétain, Franco et Sala­zar : « récon­ci­lia­tion entre les inté­rêts oppo­sés des employeurs et des travailleurs ». C’est un projet annoncé d’anéan­tis­se­ment des syndi­cats et de suppres­sion des corps inter­mé­diaires.

L’ex­trême droite au pouvoir se donnera tous les moyens d’y rester :

  • En lami­nant toutes les oppo­si­tions et les mili­tant.es
  • En modi­fiant les insti­tu­tions pour les mettre à sa botte

C’est le sens de son histoire, on l’a vu récem­ment dans les mairies « brunes », en Hongrie mais aussi histo­rique­ment en Italie, au Portu­gal ou en Espagne !

Marine le Pen au pouvoir, ce serait aussi l’as­su­rance d’une aggra­va­tion sans précé­dent des mesures contre les deman­deurs d’asile, contre nos frères et sœurs immi­gré.es, et des contrôles au faciès.

L’ins­crip­tion de la « prio­rité natio­nale » dans la Cons­ti­tu­tion verrait naître une société où le racisme serait léga­lisé et insti­tu­tio­na­lisé à tous les étages de la société (éduca­tion, santé, loge­ment, emploi…).

Ce serait aussi la porte grande ouverte au harcè­le­ment des jeunes dans les quar­tiers défa­vo­ri­sés par une police gangre­née par l’ex­trême droite et qui serait désor­mais proté­gée par la « présomp­tion de légi­time défense ». Les bavures se multi­plie­raient !

Ce serait ensuite la multi­pli­ca­tion des agres­sions anti­sé­mites, anti­mu­sul­manes, contre des locaux asso­cia­tifs et syndi­caux et leurs mili­tant.es, comme nous en avons déjà trop vu depuis plusieurs mois. On peut s’at­tendre au pire de la part de grou­pus­cules fascistes, qui dans le sillage du FN/RN, se croient déjà tout permis comme le prouve le récent assas­si­nat du rugby­man argen­tin de Biar­ritz, Fede­rico Martin Aram­buru.

Le 24 avril 2022, la poli­tique du pire n’est pas une option ! Pas une voix pour le FN/RN !

Quel que soit le résul­tat du 2° tour de la prési­den­tielle, dès le 25 avril, VISA sera aux côtés de tous les syndi­cats, asso­cia­tions, partis progres­sistes et citoyen.nes qui ne se rési­gne­ront pas à la montée de cette vague brune. Les mani­fes­ta­tions syndi­cales du 1° Mai devront aussi être l’oc­ca­sion de réaf­fir­mer la néces­sité du combat anti­fas­ciste, pour la justice et le progrès social, dans l’unité, indis­so­ciable de la mobi­li­sa­tion pour les reven­di­ca­tions des exploité.es et opprimé.es

ET ENSEMBLE, DES DEMAIN DANS LES LUTTES !

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.