Aller au contenu

Pour que survivent les migrants venant d’au-delà des Alpes

Procès des 7 de Briançon hier :
Une audience excep­tion­nelle dans un contexte d’in­ti­mi­da­tions des personnes migrantes et des mili­tant·e·s soli­daires

L’au­dience du procès des 7 de Briançon pour­sui­vis pour « aide à l’en­trée sur le terri­toire français d’étran­gers en situa­tion irré­gu­lière en bande orga­ni­sée », qui s’est tenue hier le 8 novembre, a été marquée par la force et l’en­du­rance de la défense et la mobi­li­sa­tion paci­fique conti­nue à l’ex­té­rieur du tribu­nal de Gap. Le verdict a été mis en déli­béré au 13 décembre 2018.

C’est dans une ambiance tendue que l’au­dience s’est tenue pendant plus de 17 heures hier au tribu­nal correc­tion­nel de Gap. Les longs débats, qui ont duré près de 11 heures, n’ont pas permis d’éta­blir le carac­tère délic­tueux des faits repro­chés, mais le carac­tère fonda­men­tal du droit de mani­fes­ter a été réaf­firmé.

Au terme d’1h30 de réqui­si­toire et après avoir fina­le­ment (et enfin !) aban­donné la circons­tance aggra­vante de « bande orga­ni­sée », le Minis­tère public n’a même pas pris la peine d’éta­blir la respon­sa­bi­lité indi­vi­duelle de Bastien, Benoit, Eleo­nora, Juan, Lisa, Mathieu et Théo concer­nant les infrac­tions qui leur étaient repro­chées, prin­cipe pour­tant indis­pen­sable en droit pénal. Il a néan­moins demandé au tribu­nal de condam­ner chacun des préve­nu·e·s à respec­ti­ve­ment 6 mois d’em­pri­son­ne­ment avec sursis simple pour Bastien, Benoit, Eleo­nora, Lisa et Théo ; 12 mois dont 8 avec sursis simple pour Juan ; et 12 mois dont 8 avec sursis avec mise à l’épreuve pour Mathieu.

En revanche, les avocat·e·s de la défense (Me Bini­me­lis, Me Bren­garth, Me Chau­don, Me Djer­moune, Me Faure-Brac et Me Leclerc) ont brillam­ment démonté, aux termes de 3h10 de plai­doi­ries, un à un les quelques éléments avan­cés par le Parquet, et ont démon­tré qu’il n’y avait pas d’in­frac­tion à repro­cher à des « marcheurs soli­daires ». Le procès a égale­ment permis aux avocat·e·s et aux préve­nu·e·s de dénon­cer, à nouveau, les viola­tions quoti­diennes des droits des personnes migrantes commises par les forces de l’ordre à la fron­tière franco-italienne, les agis­se­ments illé­gaux restés impu­nis à ce jour du grou­pus­cule Géné­ra­tion Iden­ti­taire et les tenta­tives d’en­traves au droit fonda­men­tal de mani­fes­ter à la fois des préve­nu·e·s mais aussi des personnes exilées.

En face du tribu­nal, un rassem­ble­ment paci­fique de soutien a réuni plus de 2 500 personnes venues de la région de Gap, de Briançon, de Marseille, Toulouse, Grenoble, etc. Collec­tifs, asso­cia­tions françaises et euro­péennes et mili­tant·e·s étaient rassem­blé·e·s pour soute­nir les préve­nu·e·s et dénon­cer les pres­sions, inti­mi­da­tions et pour­suites à l’en­contre des mili­tant·e·s, et porter haut et fort leur atta­che­ment à la soli­da­rité dans les Alpes et au-delà. C’est dans un esprit paci­fique et déter­miné que le soutien s’est orga­nisé de 7 heures à 2 heures du matin, malgré une présence poli­cière dispro­por­tion­née. La préfec­ture avait mobi­lisé plus d’une dizaine de camions de CRS, plus d’une dizaine de camions de gendarmes, de nombreux poli­ciers en civil, et même un canon à eau. En plus des pour­suites inten­tées par le procu­reur de Gap contre Bastien, Benoit, Eleo­nora, Juan, Lisa, Mathieu et Théo, d’autres béné­voles soli­daires des personnes migrantes de Briançon sont convoqués devant la justice en janvier 2019, comme Pierre de l’as­so­cia­tion Tous Migrants.

Nos orga­ni­sa­tions dénoncent l’achar­ne­ment de certains procu­reurs contre celles et ceux qui défendent les droits humains en venant en aide aux personnes migrantes.

Soute­nues par près de 50 000 personnes qui ont déjà signé la péti­tion lancée par les orga­ni­sa­tions signa­taires, celles-ci espèrent donc que le tribu­nal se pronon­cera en faveur de la relaxe des 7 de Briançon, et demandent l’aban­don de toutes les pour­suites pour délit de soli­da­rité contre les personnes, dans les Alpes et ailleurs, qui agissent dans un esprit de frater­nité.

Rappel des faits : Bastien, Benoit, Eleo­nora, Juan, Lisa, Mathieu et Théo sont pour­sui­vi·e·s pour avoir parti­cipé en avril dernier à une marche soli­daire pour dénon­cer les violences commises par le grou­pus­cule iden­ti­taire à l’en­contre des personnes exilées dans la région de Briançon. L’État leur reproche d’avoir à cette occa­sion « faci­lité l’en­trée de personnes illé­gales sur le terri­toire français », et de l’avoir fait « en bande orga­ni­sée ». Ils et elles risquent jusqu’à 10 ans de prison et 750 000 euros d’amende.

9 novembre 2018

Orga­ni­sa­tions signa­taires :

  • Anafé
  • La Cimade
  • Gisti
  • Comité de soutien, personnes incul­pées et Tous Migrants

 

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.