Aller au contenu

Loi asile-immi­gra­tion : recul pour les droits des étran­gers

Reçu des Etats géné­raux des migra­tions:

CÉLINE MOUZON07/09/2018

Feu vert : le Conseil consti­tu­tion­nel a très large­ment validé hier la loi asile et immi­gra­tion adop­tée le 1er août par l’As­sem­blée natio­nale au terme de plusieurs mois de débats. La non-confor­mité partielle de la déci­sion porte sur des points de procé­dure parle­men­taire. Le texte final, qui sera publiée au jour­nal offi­ciel dans les prochains jours, reste dans la lignée du projet présenté en conseil des ministres fin février par le ministre de l’In­té­rieur, Gérard Collomb.

Depuis 1980, il s’agit de la 28e loi sur l’im­mi­gra­tion – soit en moyenne une réforme tous les seize mois. La dernière loi sur l’asile remonte à juillet 2015, et celle sur les étran­gers à mars 2016. Cela pose des problèmes d’ap­pro­pria­tion pour les premiers concer­nés, les étran­gers, et pour les profes­sion­nels (travailleurs sociaux, avocats, magis­trats, …), et soulève la ques­tion de la lisi­bi­lité et de l’ef­fec­ti­vité du droit.

Selon le gouver­ne­ment, cette loi pour­suit trois objec­tifs : la réduc­tion des délais d’ins­truc­tion de la demande, le renfor­ce­ment de la lutte contre l’im­mi­gra­tion irré­gu­lière et l’amé­lio­ra­tion de l’ac­cueil des étran­gers admis au séjour pour leurs compé­tences et leurs talents. En réalité, derrière l’af­fi­chage entre « huma­nité et fermeté », c’est le recul des droits des étran­gers qui domine, orga­nisé autour de mesures dissua­sives (voir notre article). 

Asile : procé­dures expé­di­tives et garan­ties moindres

Les délais pour deman­der l’asile sont écour­tés : au lieu de 120 jours pour dépo­ser sa demande une fois arrivé en France, un étran­ger ne dispo­sera plus que de 90 jours. Passée cette échéance, il courra le risque d’être placé en « procé­dure accé­lé­rée », une procé­dure déro­ga­toire dont les délais sont plus serrés et où la Cour natio­nale du droit d’asile statue à juge unique (et non en forma­tion collé­giale de trois juges). Cette mesure ne répond pas à l’en­gor­ge­ment des dispo­si­tifs d’asile et fragi­lise les deman­deurs. D’autres délais sont raccour­cis, comme celui pour deman­der l’aide juri­dic­tion­nelle (souvent néces­saire pour se faire accom­pa­gner par un avocat) en cas de recours contre une déci­sion de l’Of­pra, l’or­ga­nisme qui instruit les demandes d’asile. 

Plusieurs caté­go­ries de deman­deurs d’asile pour­ront se voir expul­sées du terri­toire français avant d’avoir épuisé toutes les voies de recours

Plusieurs caté­go­ries de deman­deurs d’asile pour­ront se voir expul­sées du terri­toire français avant d’avoir épuisé toutes les voies de recours (y compris devant la Cour natio­nale du droit d’asile). Cela concerne notam­ment les deman­deurs issus de pays d’ori­gine dits sûrs.

La langue d’échange pourra être choi­sie par l’ad­mi­nis­tra­tion et la noti­fi­ca­tion des déci­sions pourra se faire sur tout support (y compris par SMS ou email).

La Cour natio­nale du droit d’asile pourra impo­ser la visio-confé­rence pour l’au­dience du deman­deur, sans son consen­te­ment. Cela soulève des ques­tions par rapport au droit à un procès équi­table (article 6 de la Conven­tion euro­péenne des droits de l’Homme) et à l’or­ga­ni­sa­tion de l’au­dience (l’avo­cat sera aux côtés de son client, mais du coup, loin du juge).

La loi prévoit un schéma natio­nal d’ac­cueil des deman­deurs d’asile et d’in­té­gra­tion des réfu­giés, soit une répar­ti­tion des deman­deurs d’asile sur le terri­toire. Ce schéma existe en réalité déjà mais est peu appliqué. En cas de non-respect, l’ad­mi­nis­tra­tion pourra suspendre l’al­lo­ca­tion du deman­deur d’asile (6,80 euros par jour pour une personne seule).

Immi­gra­tion : plus d’en­fer­me­ment et une limi­ta­tion du droit du sol à Mayotte

La durée de la réten­tion, un dispo­si­tif qui n’a en prin­cipe pas voca­tion à punir, mais à permettre à l’ad­mi­nis­tra­tion d’or­ga­ni­ser l’éloi­gne­ment d’un étran­ger, est doublée : aujourd’­hui de 45 jours maxi­mum, elle pourra demain aller jusqu’à 90 jours. La réten­tion n’a pour­tant pas fait la preuve de son effi­ca­cité (voir ici égale­ment). La réten­tion des enfants n’est pas inter­dite, alors que les dommages psycho­lo­giques d’un enfer­me­ment, même court, sont consi­dé­rables à cet âge. D’autres enfer­me­ments sont prévus (assi­gna­tion à rési­dence pour 45 jours renou­ve­lables une fois pour un étran­ger ayant reçu une obli­ga­tion de quit­ter le terri­toire français).

La réten­tion des enfants n’est pas inter­dite, alors que les dommages psycho­lo­giques d’un enfer­me­ment, même court, sont consi­dé­rables à cet âge

Le délit de soli­da­rité subsiste avec quelques aména­ge­ments. 

A Mayotte est instau­rée une déro­ga­tion au prin­cipe du droit du sol : un enfant né de parents étran­gers ne pourra acqué­rir la natio­na­lité française à la majo­rité qu’à condi­tion expresse que l’un de ses parents ait résidé en France de manière régu­lière et inin­ter­rom­pue pendant plus de trois mois avant sa nais­sance.

Le texte porte le projet d’une immi­gra­tion choi­sie qui attire les plus diplô­més : le passe­port talent est étendu aux « sala­riés d’en­tre­prises inno­vantes » ainsi qu’à toute personne « suscep­tible de parti­ci­per au rayon­ne­ment de la France ». Il favo­rise la mobi­lité des étudiants et cher­cheurs entre leur pays d’ori­gine et la France.

Inté­gra­tion : des amélio­ra­tions peu nombreuses

Vraie amélio­ra­tion : les béné­fi­ciaires de la protec­tion subsi­diaire (une protec­tion complé­men­taire au statut de réfu­gié qui repré­sen­tait 42% des déci­sions d’ac­cord Ofpra et CNDA en 2017) se verront accor­der une carte de séjour pluri­an­nuelle de quatre ans et non plus un titre d’un an renou­ve­lable par périodes de deux ans. Le statut de réfu­gié, lui, ouvre droit à une carte de résident de dix ans. 

Les deman­deurs d’asile pour­ront travailler à partir de six mois après leur entrée sur le terri­toire contre neuf mois aujourd’­hui. Mais en pratique, l’au­to­ri­sa­tion de travail restera soumise à un régime restric­tif.

La dispo­si­tion qui évoquait pour la première fois les dépla­cés envi­ron­ne­men­taux a été décla­rée non conforme à la Cons­ti­tu­tion pour des raisons de procé­dures

 

La réuni­fi­ca­tion fami­liale est éten­due aux frères et sœurs pour les mineurs non accom­pa­gnés ayant obtenu une protec­tion : les parents les rejoi­gnant pour­ront désor­mais venir avec les enfants mineurs dont ils ont la charge. En 2017, seuls 381 mineurs non accom­pa­gnés ont obtenu une protec­tion.

Alors que pour la première fois, la loi évoquait l’enjeu des dépla­cés envi­ron­ne­men­taux, cette dispo­si­tion a été décla­rée non conforme à la Cons­ti­tu­tion pour des raisons de procé­dures.

Le texte entrera en vigueur en trois étapes : pour certaines dispo­si­tions, dès la publi­ca­tion au jour­nal offi­ciel, dans les prochains jours, pour d’autres, au 1erjanvier, pour d’autres encore, au 1er mars 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.