Aller au contenu

Priva­ti­sa­tion des aéro­ports de Paris : « Une bataille est enga­gée, nous signons et nous ferons signer »

C’est main­te­nant à portée de main : un réfé­ren­dum, enfin.
Un réfé­ren­dum sur la vente des Aéro­ports de Paris. Un réfé­ren­dum pour ne pas lais­ser ce trésor à Vinci, qui a déjà emporté nos auto­routes. Un réfé­ren­dum, surtout, sur l’ave­nir : l’ave­nir que nous refu­sons, l’ave­nir que nous dési­rons.

D’em­blée, le Premier ministre Edouard Philippe s’est étran­glé : « C’est une situa­tion dange­reuse ! Cela pose un vrai et grave problème démo­cra­tique ! »
Ils suffoquent, lui, les autres.
Car ce n’est pas la ques­tion, seule­ment, de Roissy, d’Orly, qui est soule­vée.
Cela va bien au-delà.

C’est l’oc­ca­sion d’un coup d’ar­rêt, d’un « non » franc et massif, d’un désa­veu géant : nous ne voulons plus du monde qu’ils incarnent, qu’ils promeuvent.

« Concur­rence », « crois­sance », « compé­ti­tion », «  défi­cit », « mondia­li­sa­tion » … Ces mots nous sont répé­tés pour vendre les aéro­ports. Ces mots nous sont répé­tés depuis quarante ans, pour vendre à la découpe le gaz, l’élec­tri­cité, la santé, et bien­tôt les retraites. Ces mots nous sont répé­tés comme des mantras, pour guider la société et nos exis­tences. Ces mots sont désor­mais des mots cadavres. Nous n’y croyons plus. Nous n’en voulons plus : ils creusent notre tombe écolo­gique. Nous aspi­rons, au contraire, à la coopé­ra­tion, à l’en­traide, à placer les humains et la planète avant les chiffres, il en va de notre survie commune.

Car le Premier ministre a bien raison : c’est la « démo­cra­tie » qui est en jeu. Pour lui, pour eux, la démo­cra­tie, c’est quand ils s’ar­rangent en famille, quand ils confient les bijoux de l’Etat à leurs amis, et qu’ils en retirent des prébendes et des divi­dendes. La voilà, la démo­cra­tie qu’ils appré­cient : la démo­cra­tie sans le peuple ! Ni dans la rue, ni sur les ronds-points, ni dans les urnes. Ou alors, une fois tous les cinq ans. Et entre-temps, circu­lez, braves gens !

Pour nous, au contraire, la démo­cra­tie, c’est la reprise en main de notre destin commun. Et il faut bien commen­cer par un bout, même petit : alors, allons-y par le bitume des aéro­ports de Paris. Avant de passer à nos écoles, nos champs, nos hôpi­taux, nos tribu­naux, nos forêts…

Main­te­nant, une bataille est enga­gée.
Nous, nous signons.
Surtout, nous ferons signer, parmi nos collègues, dans les bureaux, dans les asso­cia­tions, dans les usines, dans les facul­tés, à la Fête de la Musique et à la Fête des voisins, dans les vestiaires du club de foot et dans les colloques univer­si­taires.
Et cette belle bataille, popu­laire, démo­cra­tique, nous invi­tons à la mener ensemble, tous ensemble, par-delà les chapelles et les querelles, les « avec gilet » et les « sans gilet », les encar­tés et les non encar­tés, les syndiqués et les non syndiqués, unis dans une action. Unis pour produire une conta­gion de signa­tures, une épidé­mie de péti­tions, et qu’on parvienne à 4,7 millions.

Aux stylos, citoyens !
Marchons ! Signons !

Site : http://nous-signons.org/

Le « labo­rieux » site offi­ciel, à croire qu’il est fait pour dissua­der les citoyens de signer : https://www.refe­ren­dum.inter­ieur.gouv.fr/

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.