Aller au contenu

Prix de l’es­sence, taxes et impôts : décla­ra­tion commune

Faire recu­ler Emma­nuel Macron, président des riches, et propo­ser des mesures pour la tran­si­tion écolo­gique.

Décla­ra­tion commune :  Ensemble !, Gauche démo­cra­tique et sociale, Géné­ra­tion.s, Nouveau Parti Anti­ca­pi­ta­liste, Nouvelle Donne, Parti commu­niste français, Parti de Gauche, Répu­blique et Socia­lisme.

Le quinquen­nat Macron a commencé par une liste de cadeaux aux plus fortu­nés : suppres­sion de l’im­pôt de soli­da­rité sur la fortune (ISF), de la progres­si­vité des impôts sur les gros reve­nus, double­ment de la baisse des coti­sa­tions sociales en 2019 avec 40 milliards sans créer d’em­plois, aucune mesure pour empê­cher la fraude fiscale massive des grands groupes et grandes fortunes. Le groupe Total, qui vend du pétrole et de l’es­sence, triche avec l’im­pôt sur les socié­tés, encaisse pour­tant de gigan­tesque profits (9 milliards en 2017). Il engraisse ses action­naires (plus de 11% de renta­bi­lité de l’ac­tion).

Les cadeaux aux plus fortu­nés et aux entre­prises sont payés par des poli­tiques alour­dies contre les plus modestes : hausse de la CSG, gel des APL, retraites augmen­tées en dessous de l’in­fla­tion, blocage des salaires, austé­rité géné­ra­li­sée. La taxe et la TVA sur l’es­sence, c’est 60% du prix du litre. Et pour les entre­prises du secteur, c’est 10% de marge. Les taxes à la consom­ma­tion, comme la TVA et la taxe essence, sont des impôts tota­le­ment injustes qui péna­lisent bien plus les plus pauvres que les riches.

Ce sont les prélè­ve­ments injustes sur les ménages qui financent les cadeaux aux riches, au lieu d’une fisca­lité progres­sive et d’une taxa­tion du capi­tal. L’aus­té­rité budgé­taire, la dégra­da­tion des services publics (hôpi­taux, rail, bureaux de poste…) s’im­posent à la majo­rité de la popu­la­tion. Ce sont les plus modestes qui trinquent !

Il faut inver­ser cette poli­tique !

Les sala­rié-es, les chômeurs, les jeunes sont contraints d’uti­li­ser une voiture, dans les zones rurales ou urbaines éloi­gnées des centres villes. Rien n’est fait pour déve­lop­per les trans­ports en commun moins polluants, ou pour propo­ser des tarifs sociaux inci­ta­tifs. La prime à l’achat de nouvelles voitures moins consom­ma­trices n’a qu’un effet déri­soire.

Nous faisons des propo­si­tions alter­na­tives :

1-      Augmen­ter les salaires, les retraites, les indem­ni­tés de chômage, les mini­mas sociaux,  et lutter contre l’éva­sion et l’op­ti­mi­sa­tion fiscales.
2-      Taxer avant tout les compa­gnies pétro­lières et les grandes entre­prises du trans­port routier ou aérien, ou gestion­naires d’in­fra­struc­ture (auto­routes), et notam­ment le groupe Total dont les béné­fices 2017 ont bondi de 39%, qui s’en­ri­chit sur le dos des auto­mo­bi­listes.
3-      Taxer le kéro­sène (qui ne l‘est pas du tout !) pour empê­cher que l’avion, très pollueur, ne concur­rence le train. Suppri­mer l’exo­né­ra­tion scan­da­leuse des taxes carbu­rant pour le trans­port routier afin de déve­lop­per le fret ferro­viaire. Affec­ter l’es­sen­tiel des ressources de la taxe sur les carbu­rants (TICPE) au déve­lop­pe­ment de trans­ports et de sources d’éner­gie écolo­giques, avec un contrôle démo­cra­tique.
4-      Arrê­ter la ferme­ture des petites lignes de chemins de fer (9000 km sont mena­cés), qui trans­forme les campagnes en déserts. Inves­tir massi­ve­ment dans les trans­ports en commun de qualité acces­sibles à tous.
5-      Bais­ser forte­ment la TVA pour tous les produits de première néces­sité.
6-      Contraindre les construc­teurs à fabriquer des véhi­cules propres et sécu­ri­sés ; inter­dire la produc­tion et l’im­por­ta­tion de véhi­cule diésel.
7-      Enga­ger sur ces bases de justice sociale la tran­si­tion écolo­gique

Tous ensemble, agis­sons avec les forces de gauche et écolo­gistes, les syndi­cats, les asso­cia­tions envi­ron­ne­men­tales, les usagers des trans­ports.  Pour sortir de la pauvreté, de la pollu­tion, des bas salaires, de la dégra­da­tion des services publics, il faut une autre poli­tique !

Le 15 novembre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.