Aller au contenu

Problème d’otage

Une brève de Madame Éco

Dans la NR du 29 février 2016, ce titre en page 30 : « Les éleveurs en colère prennent le salon [de l’agri­cul­ture] en otage ».

Tiens ?! On peut prendre un otage non seule­ment des gens mais aussi des choses ?

Après « les grévistes prennent en otage les usagers », il faut main­te­nant s’at­tendre à « les chemi­nots prennent en otage les rails », « les profs prennent en otage les lycées et collèges », « les sala­riés d’Iso­delta prennent en otage les volants de voiture ». Chacune peut allon­ger la liste à sa guise.

Moi je dirais que certains jour­na­listes prennent en otage le mot « otage »

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.