Aller au contenu

Quelle excel­lente réforme monsieur Blanquer !

Un collec­tif d’en­sei­gnants du lycée de la Venise Verte à Niort a publié ce 29 janvier 2019 dans Libé­ra­tion une sympa­thique et très ironique lettre ouverte au ministre de l’Édu­ca­tion natio­nale.

Source de l’ar­ticle : https://www.libe­ra­tion.fr/debats/2019/01/29/quelle-excel­lente-reforme-monsieur-blanquer_1705966

Tribune. Nous, ensei­gnants très soumis, trépi­gnons et applau­dis­sons d’en­thou­siasme en lisant votre prose monsieur le ministre, et celle de tous les éminents spécia­listes que vous n’avez pas manqué de consul­ter, tous gens des hautes sphères, très éloi­gnés du monde ensei­gnant certes, mais très compé­tents. L’idée, lumi­neuse entre toutes et qui sous-tend la réforme consiste à orien­ter l’élève dès la seconde, à faire de lui le futur travailleur utile, effi­cace, produc­tif et parfai­te­ment adapté aux bassins de l’em­ploi. Alors oui, orien­tons monsieur le ministre, orien­tons !

Que les facul­tés ne soient plus encom­brées de jeunes gens qui cherchent leur voie, qui changent de parcours, qui tâtonnent ! Quelle perte de temps, d’argent et surtout d’ef­fi­ca­cité ! Car voilà bien le maître mot de cette réforme, sa quin­tes­sence, osons le dire ! Nous voulons un lycée effi­cace, des élèves effi­caces, des lieux d’études effi­caces qui seront le vivier de jeunes gens dyna­miques et frétillants. C’est là que votre idée du choix des ensei­gne­ments de spécia­lité prend toute sa valeur. Ce choix déter­mi­nant ne sera rien moins que le vesti­bule de Parcour­sup, lui-même anti­chambre d’études spéci­fiques et d’un métier utile à la société. La voie est ainsi tracée, l’élève sur les rails de la réus­site !

Bille­ve­sées

Bien sûr, cela oblige les élèves à penser leur parcours jusqu’à bac+3 dès la seconde, voire dès la 3e puisqu’il est entendu que l’ado­les­cent effi­cace et prévoyant, épaulé par des parents qui n’igno­re­ront plus rien des arcanes et subti­li­tés de cette réforme grâce à de nombreux sites d’in­for­ma­tions mis à dispo­si­tion de tous par l’Edu­ca­tion natio­nale, sites très clairs et très précis (des centaines de pages, excu­sez du peu), se sera rensei­gné sur les combi­nai­sons de spécia­li­tés afin de penser sa stra­té­gie dans le choix d’un lycée. Ainsi, vous rendez l’ado­les­cent, l’en­fant même, respon­sable, avisé et effi­cace, quali­tés qu’il est bon d’ac­qué­rir le plus tôt possible pour trou­ver sa place dans notre belle société.

Des esprits chagrins – il en existe toujours monsieur le ministre et malheu­reu­se­ment au sein même de nos établis­se­ments – quali­fient cette réforme d’aber­rante car selon eux l’éla­bo­ra­tion du projet de l’élève précède désor­mais l’en­sei­gne­ment qu’il reçoit. Ils ajoutent avec perfi­die que l’élève ne construit plus un projet en prenant son temps (toujours cette propen­sion détes­table à perdre son temps !) à partir de la forma­tion qu’il reçoit mais en fonc­tion d’un projet qui préexiste. Autre argu­ment avancé, et qui ne vaut pas mieux que le précé­dent, le choix donné à l’élève serait restreint dans la mesure où les lycées ne propo­se­raient pas les mêmes ensei­gne­ments de spécia­lité. On nous parle alors d’ab­sence de trans­pa­rence, d’éga­lité et autres bille­ve­sées !

Ce qui nous met du baume au cœur monsieur le ministre, c’est que malgré quelques détrac­teurs, votre réforme se met en place ! A l’heure où nous écri­vons, dans chaque établis­se­ment, on se répar­tit les heures, on calcule, on addi­tionne, on redis­tri­bue mais heureu­se­ment l’idéo­lo­gie sublime de cette réforme n’est nulle­ment ou que très rare­ment discu­tée. Et c’est bien normal. Ne sommes-nous pas les servi­teurs zélés de l’Etat ? Nous vous le répé­tons monsieur le ministre, votre réforme est grande, géné­reuse, vision­naire et vous avez eu mille fois raison de ne pas tenir compte du vote du Conseil supé­rieur de l’Edu­ca­tion le 12 avril qui s’est prononcé contre elle. Ces gens-là se rendront compte de leur aveu­gle­ment dès la rentrée 2019, vous remer­cie­ront, nous en sommes convain­cus, et clame­ront leur enthou­siasme haut et fort

Photo : Photo NR, Jean-Michel Laurent, article de la NR du 24 janvier à propos de cette mobi­li­sa­tion Niort : les profes­seurs de la Venise-Verte disent non à la réforme et l’ex­pliquent

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.