Aller au contenu

Quelle excel­lente réforme monsieur Blanquer !

Un collec­tif d’en­sei­gnants du lycée de la Venise Verte à Niort a publié ce 29 janvier 2019 dans Libé­ra­tion une sympa­thique et très ironique lettre ouverte au ministre de l’Édu­ca­tion natio­nale.

Source de l’ar­ticle : https://www.libe­ra­tion.fr/debats/2019/01/29/quelle-excel­lente-reforme-monsieur-blanquer_1705966

Tribune. Nous, ensei­gnants très soumis, trépi­gnons et applau­dis­sons d’en­thou­siasme en lisant votre prose monsieur le ministre, et celle de tous les éminents spécia­listes que vous n’avez pas manqué de consul­ter, tous gens des hautes sphères, très éloi­gnés du monde ensei­gnant certes, mais très compé­tents. L’idée, lumi­neuse entre toutes et qui sous-tend la réforme consiste à orien­ter l’élève dès la seconde, à faire de lui le futur travailleur utile, effi­cace, produc­tif et parfai­te­ment adapté aux bassins de l’em­ploi. Alors oui, orien­tons monsieur le ministre, orien­tons !

Que les facul­tés ne soient plus encom­brées de jeunes gens qui cherchent leur voie, qui changent de parcours, qui tâtonnent ! Quelle perte de temps, d’argent et surtout d’ef­fi­ca­cité ! Car voilà bien le maître mot de cette réforme, sa quin­tes­sence, osons le dire ! Nous voulons un lycée effi­cace, des élèves effi­caces, des lieux d’études effi­caces qui seront le vivier de jeunes gens dyna­miques et frétillants. C’est là que votre idée du choix des ensei­gne­ments de spécia­lité prend toute sa valeur. Ce choix déter­mi­nant ne sera rien moins que le vesti­bule de Parcour­sup, lui-même anti­chambre d’études spéci­fiques et d’un métier utile à la société. La voie est ainsi tracée, l’élève sur les rails de la réus­site !

Bille­ve­sées

Bien sûr, cela oblige les élèves à penser leur parcours jusqu’à bac+3 dès la seconde, voire dès la 3e puisqu’il est entendu que l’ado­les­cent effi­cace et prévoyant, épaulé par des parents qui n’igno­re­ront plus rien des arcanes et subti­li­tés de cette réforme grâce à de nombreux sites d’in­for­ma­tions mis à dispo­si­tion de tous par l’Edu­ca­tion natio­nale, sites très clairs et très précis (des centaines de pages, excu­sez du peu), se sera rensei­gné sur les combi­nai­sons de spécia­li­tés afin de penser sa stra­té­gie dans le choix d’un lycée. Ainsi, vous rendez l’ado­les­cent, l’en­fant même, respon­sable, avisé et effi­cace, quali­tés qu’il est bon d’ac­qué­rir le plus tôt possible pour trou­ver sa place dans notre belle société.

Des esprits chagrins – il en existe toujours monsieur le ministre et malheu­reu­se­ment au sein même de nos établis­se­ments – quali­fient cette réforme d’aber­rante car selon eux l’éla­bo­ra­tion du projet de l’élève précède désor­mais l’en­sei­gne­ment qu’il reçoit. Ils ajoutent avec perfi­die que l’élève ne construit plus un projet en prenant son temps (toujours cette propen­sion détes­table à perdre son temps !) à partir de la forma­tion qu’il reçoit mais en fonc­tion d’un projet qui préexiste. Autre argu­ment avancé, et qui ne vaut pas mieux que le précé­dent, le choix donné à l’élève serait restreint dans la mesure où les lycées ne propo­se­raient pas les mêmes ensei­gne­ments de spécia­lité. On nous parle alors d’ab­sence de trans­pa­rence, d’éga­lité et autres bille­ve­sées !

Ce qui nous met du baume au cœur monsieur le ministre, c’est que malgré quelques détrac­teurs, votre réforme se met en place ! A l’heure où nous écri­vons, dans chaque établis­se­ment, on se répar­tit les heures, on calcule, on addi­tionne, on redis­tri­bue mais heureu­se­ment l’idéo­lo­gie sublime de cette réforme n’est nulle­ment ou que très rare­ment discu­tée. Et c’est bien normal. Ne sommes-nous pas les servi­teurs zélés de l’Etat ? Nous vous le répé­tons monsieur le ministre, votre réforme est grande, géné­reuse, vision­naire et vous avez eu mille fois raison de ne pas tenir compte du vote du Conseil supé­rieur de l’Edu­ca­tion le 12 avril qui s’est prononcé contre elle. Ces gens-là se rendront compte de leur aveu­gle­ment dès la rentrée 2019, vous remer­cie­ront, nous en sommes convain­cus, et clame­ront leur enthou­siasme haut et fort

Photo : Photo NR, Jean-Michel Laurent, article de la NR du 24 janvier à propos de cette mobi­li­sa­tion Niort : les profes­seurs de la Venise-Verte disent non à la réforme et l’ex­pliquent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.