Aller au contenu

Rassem­ble­ment à Poitiers le 14 novembre 2015 après les atten­tats à Paris

Le matin le Conseil muni­ci­pal de Poitiers ainsi que les maires de Grand Poitiers s’était réunis pour déci­der de la conduite à tenir : que lais­ser ouvert, que fermer. Des arrê­tés furent pris.

Le député maire socia­liste A. Claeys fit un discours qui fut suivie d’une minute de silence.

DSCF4619

« Osons Poitiers » avait décidé de ne pas inter­ve­nir pour ne pas redire ce qu’a­vait dit le maire : soutien aux victimes,  condam­na­tion de la barba­rie, remer­cie­ment aux services de l’État et aux actes de soli­da­rité avec les victimes.

Seul l’élu FN était dans un autre discours. Les masques sont tombés quelques instants : il fallait en gros, selon l’élu d’ex­trême droite, « elimi­ner tous ces gens-là ». On sentait qu’il ne parlait  pas des terro­ristes (qui étaient déjà morts). Il fut inter­rompu par le maire.

Grand Poitiers appella à un rassem­ble­ment silien­cieux à 16h00.

À l’heure dite dépu­tés, séna­teurs, prési­dents de la Région et du Dépar­te­ment sont appa­rus.

DSCF4630

Minute de silence, une Marseillaise de ces élu-es, non reprise par la foule.

DSCF4634

Des applau­dis­se­ments en l’ab­sence d’un quel­conque discours.

Dans la foule rassem­blée quelques panneaux grif­fon­nés

DSCF4638

DSCF4643« je vois des humains mais je ne vois pas d’hu­ma­nité »

.

DSCF4647.

Une chorale impro­vi­sée chanta le « Chant des parti­sans »

DSCF4653

DSCF4654.

Il y eu une faran­dole triste qui se termina en escar­got, bras levés :

DSCF4657

 

Les gens conti­nuaient d’ar­ri­ver :

 

DSCF4660

Beau­coup de jeunes dans la foule : il faut dire que ces atten­tats ne concerne pas seule­ment la poili­tique exté­rieure mili­ta­riste de notre pays. Les assas­sins sont des enne­mis décla­rés de la légè­reté, de la fête, de l’amu­se­ment, des distrac­tions, de la mixité, de la laïcité. Le modèle de société qu’ils reven­diquent est digne du fascisme. D’où leur volonté de tuer le maxi­mum d’ano­nymes possibles avant de se suici­der.

DSCF4665

DSCF4666

DSCF4667

DSCF4668

Un autel impro­visé était dressé parlant égale­ment de l’at­ten­tat de Beyrout.

DSCF4669

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.