Aller au contenu

Repor­tage France 3 et photos : Fuku­shima mais pas seule­ment

À Poitiers une action pour aler­ter du danger persis­tant de Civaux et du nucléaire

À l’oc­ca­sion de la commé­mo­ra­tion de la catas­trophe de Fuku­shima les groupes locaux pour l’in­for­ma­tion et l’ac­tion autour de la sortie du nucléaire se mobi­lisent au fil de la Loire et de la Vienne.  À Poitiers (86) ce 11 mars, à l’ap­pel de la coor­di­na­tion poite­vine « Vivons sans nucé­laire », de l’ACEVE et de Sortir du Nucléaire 79 (SDN79).

Fuku­shima mais pas seule­ment from Ensemble!86 on Vimeo.

Commu­niqué

11 mars 2017, commé­mo­ra­tion de Fuku­shima à Poitiers.

Les groupes anti­nu­cléaires poite­vins ( Green­peace, Vivons Sans Nucléaire, SDN, avec le renfort des Deux-Sèvriens ) ont mani­festé leur soutien au peuple japo­nais victimes de la double catas­trophe de 2011. Ils en ont profité pour expri­mer leur hosti­lité au nucléaire français et pour en deman­der inlas­sa­ble­ment la sortie.

Simul­ta­né­ment avec cette commé­mo­ra­tion, un lanceur d’alerte vient de publier une étude inti­tu­lée « La farce cachée du nucléaire ». Cet ouvrage traite de l’in­sé­cu­rité nucléaire en se réfé­rant à des docu­ments d’EDF, de l’ASN et de l’ IRSN. Il passe en revue toutes les faiblesses, les défauts, des centrales nucléaires françaises qui sont soigneu­se­ment cachés par EDF. C’est un réqui­si­toire exhaus­tif qui dénonce le fait que les centrales ne sont pas étanches en situa­tion d’ac­ci­dent majeur, ce qui rend toutes les mesures prises dans les PPI bien illu­soires en situa­tion de crise grave.

FUKUCIVO

Le Poitou est parti­cu­liè­re­ment concerné par cette étude car le bâti­ment réac­teur de Civaux n°1 en est la vedette. Le béton qui le consti­tue en plus d’être poreux comme tous les bétons, comporte de nombreuses malfaçons : « acier appa­rent, éclats de béton, fissures, trous, nid de cailloux, et défauts de liai­son » d’après un rapport d’ex­per­tise. Ces défauts se traduisent par une étan­chéité défaillante qu’ EDF tente de répa­rer à grand renfort de rustines en résines époxy.

Ce scan­dale arrive au moment où celui des aciers n’est pas encore résolu.

Sur la liste des réac­teurs à arrê­ter en prio­rité, Civaux 1 figure à la troi­sième place juste après les 2 réac­teurs de Fessen­heim.

Jacques Terra­cher

*****

Prochaine réunion du collec­tif « Vivons sans nucléaire » jeudi 23 mars à 17h30 à la M3Q de Poitiers (rue du géné­ral Sarrail)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.