Aller au contenu

Scan­dale des anoma­lies dans l’in­dus­trie nucléaire : EDF joue gros !

Action de commu­ni­ca­tion de Green­peace le 26 novembre au marché Notre Dame de Poitiers pour sensi­bi­li­ser la popu­la­tion sur le danger supplé­men­taire des aciers de mauvaise qualité livrés à EDF dans ses centrales, dont Civaux.

Le tract distri­bué :

L’in­dus­trie nucléaire est pongée dans un scan­dale d’ano­ma­lies et de falsi­fi­ca­tion sans précé­dant.

Fin 2014, l’au­to­rité de sûreté nucléaire (ASN) a d’abord détecté des anoma­lies sérieuses sur la cuve de l’EPR de Flaman­ville.

En mai 2016, l’af­faire s’est éten­due à la moitié des réac­teurs français en fonc­tion­ne­ment : l’ASN a en effet révélé que de nombreuses pièces usinées à l’usine Creu­sot Forge d’AREVA comportent des anoma­lies. Ces pièces ( géné­ra­teurs de vapeur, couvercles et fond de cuve de réac­teurs, etc…) qui se trouvent au cœur des réac­teurs, ne peuvent plus garan­tir une résis­tance suffi­sante pour fonc­tion­ner.

La suite de l’enquête a permis de démon­trer qu’il y avait égale­ment eu des falsi­fi­ca­tions sur certains dossiers de contrôle des pièces défec­tueuses.

Actuel­le­ment, 30 des 58 réac­teurs du parc nucléaire français sont touchés par ces anoma­lies. D’autres pour­raient être décou­vertes au fur et à mesure que l’ASN conti­nue de mener son enquête.

Pour Green­peace, l’en­semble des réac­teurs concer­nés doivent être mis à l’ar­rêt immé­dia­te­ment.afin d’ef­fec­tuer les contrôles néces­saires sur chacun d’eux.

EDF ne peut plus faire l’au­truche, elle doit désor­mais prendre ses respon­sa­bi­li­tés. Il en va de la sûreté des popu­la­tions vivant autour des réac­teurs nucléaires !

GREENPEACE

Cette galerie contient 5 images.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *