Aller au contenu

Scan­da­leux et révol­tant !

Un nouveau texte de Benoît Pinot, lire les précé­dents Les reven­di­ca­tions d’un gilet jaune en ce début d’an­née 2019 et Gilet jaune : rejoi­gnez-nous !

Les gilets jaunes battent le pavé depuis plus de 2 mois pour faire comprendre à l’en­semble des citoyens français qu’il y a 9 millions de pauvres qui survivent en France (envi­ron 15% des gens vivent avec moins de 1000 euros par mois et par personne).

Cela n’a pas empê­ché les socié­tés d’au­to­routes d’an­non­cer début février une hausse des tarifs des péages.

Ces socié­tés engrangent chaque année des béné­fices records et les divi­dendes perçus par les action­naires progressent de façon exor­bi­tante pendant qu’une partie du peuple n’ar­rive plus à subve­nir à ses besoins vitaux (alimen­ta­tion, chauf­fage, loge­ment, soins).

Toutes les études socio­lo­giques et les asso­cia­tions cari­ta­tives comme Les restos du cœur, Emmaüs, la fonda­tion Abbé Pierre et le Secours Popu­laire constatent que la misère augmente alors que les richesses s’ac­cu­mulent pour quelques privi­lé­giés.  

Les inéga­li­tés sociales ont toujours existé et elles vont perdu­rer mais la réflexion et l’ébul­li­tion actuelle permettent de ques­tion­ner la possi­bi­lité de les réduire.

Il ne s’agit pas de stig­ma­ti­ser tous les patrons qui sont néces­saires au bon fonc­tion­ne­ment des entre­prises et qui créent des emplois mais il faut traquer et condam­ner les riches et les patrons des multi­na­tio­nales et des grandes entre­prises qui se comportent comme des voyous. Il faut taxer les héri­tiers de grosses fortunes, il faut modi­fier le système finan­cier pour régu­ler les agis­se­ments immo­raux mais légaux des busi­ness­men qui gagnent de l’argent avec l’argent.

Il faut empê­cher les diri­geants qui délo­ca­lisent leurs entre­prises dans un autre pays pour faire encore plus de béné­fices, ceux qui licen­cient leurs employés malgré les profits et les aides finan­cières de l’Etat (par exemple l’usine Ford de Blanque­fort), ceux qui fraudent le fisc pour ne pas payer leurs impôts en France.

Alors que nous avions les meilleurs services publics au monde, on constate une dégra­da­tion des condi­tions de travail dans les hôpi­taux où les soignants souffrent (dépres­sion, burn-out, arrêt mala­die), dans la police où le nombre de suicides ne cesse d’aug­men­ter, dans les tribu­naux où les juges tirent le signal d’alarme depuis plusieurs années, dans les écoles où les ensei­gnants observent l’ac­crois­se­ment des inéga­li­tés sociales.

Cette dégra­da­tion s’ac­com­pagne de la dimi­nu­tion des services publics.

Sous prétexte de manque de renta­bi­lité, ce qui est à l’en­contre du prin­cipe d’un service public, ce gouver­ne­ment ferme des mater­ni­tés, des blocs opéra­toires, des services de soins psychia­triques, des petites lignes ferro­viaires, des tribu­naux, des bureaux de postes dans les petites agglo­mé­ra­tions.

Pour éradiquer la misère, réduire les inéga­li­tés sociales et afin que chaque français puisse vivre digne­ment, il faut :

  • Augmen­ter le SMIC d’au moins 200 euros net par mois
  • Reva­lo­ri­ser les retraites infé­rieures à 1200 euros net par mois
  • Reva­lo­ri­ser le point d’in­dice des fonc­tion­naires
  • Réduire la TVA pour les produits de première néces­sité
  • Réduire les taxes des TPE et PME pour favo­ri­ser leur instal­la­tion et la créa­tion d’em­plois.
  • Arrê­ter la suppres­sion des 120000 postes de fonc­tion­naires program­mée
  • Réqui­si­tion­ner les loge­ments inoc­cu­pés pour les trans­for­mer en loge­ments sociaux et propo­ser un toit à chaque SDF
  • Enca­drer les loyers
  • Réduire le prix des billets de train et rendre gratuit le bus
  • Stop­per la ferme­ture des petites lignes ferro­viaires, restau­rer les lignes exis­tantes et déve­lop­per le ferrou­tage
  • Inves­tir massi­ve­ment dans les éner­gies renou­ve­lables pour sortir progres­si­ve­ment de l’éner­gie nucléaire et fossile
  • Inter­dire l’uti­li­sa­tion des pesti­cides et aider les agri­cul­teurs à la conver­sion d’une agri­cul­ture biolo­gique et respec­tueuse de l’en­vi­ron­ne­ment
  • Faire pres­sion auprès des grandes surfaces pour garan­tir un prix d’achat mini­mum des produits agri­coles
  • Inter­dire les licen­cie­ments des entre­prises qui font des béné­fices et qui ont obtenu des subven­tions de l’Etat

Pour ce faire, l’Etat a besoin d’argent, c’est pourquoi, il faut :

  • Inter­dire et punir ferme­ment l’éva­sion et la fraude fiscale par l’em­bauche massive de contrô­leurs fiscaux (entre 80 et 100 milliards par an)
  • Suppri­mer le CICE (envi­ron 40 milliards)
  • Augmen­ter les taxes sur les produits de luxe
  • Réta­blir l’ISF (envi­ron 4 milliards par an)

Il existe donc des solu­tions qui ne dépendent que d’une volonté poli­tique ambi­tieuse et sociale.

Le 9/02/19 Benoît Pinot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.