Aller au contenu

Site NPA. La recherche sous domi­na­tion capi­ta­liste

Cette inter­view (site NPA) de Gérard Chaouat, immu­no­lo­giste, membre d’En­semble, revient sur le débat lié aux vaccins.

Inter­view du docteur Gérard Chaouat, immu­no­lo­giste, cher­cheur CNRS.

Bonjour, peux-tu d’abord briè­ve­ment te présen­ter ?
Je suis immu­no­lo­giste, cher­cheur CNRS dans une unité INSERM (Insti­tut natio­nal de la santé et de la recherche médi­cale) en milieu hospi­ta­lier, retraité depuis 2009 mais direc­teur de recherches émérite, et, à ce titre, en temps normal, je vais tous les jours à mon labo.

Commençons par le commen­ce­ment : CoVid ?
C’est un « nouveau » virus, pour l’homme en tout cas, puisqu’il était présent depuis long­temps chez le pango­lin et la chauve-souris (la trans­mis­sion vient plus proba­ble­ment d’elle). La séquence du génome l’a démon­tré. Il n’est nul besoin d’ima­gi­ner un complot de l’ar­mée US ou des labo­ra­toires chinois. Des trans­mis­sions de ce genre se sont déjà produites : Ebola, le Sida où là encore les théo­ries du complot ont surgi alors que les équipes de Pasteur en France et au Came­roun (entre autres) ont démon­tré le rôle des chim­pan­zés et/ou du singe vert. C’est un virus « émergent », comme l’a été en son temps (2002–2003) le SARS-CoV-1, respon­sable du SRAS, lui aussi un coro­na­vi­rus. Ils appar­tiennent à la même famille, qui n’a rien a voir avec les virus de la grippe, mais ce coro­na­vi­rus là est nette­ment plus conta­gieux que le SARS-CoV-1.

Tu parles de virus émer­gents. Était-ce « prévi­sible » ?
Oui, et je renvoie d’ailleurs à l’ex­cellent article du Monde diplo­ma­tique de mars1. La multi­pli­ca­tion des épidé­mies et pandé­mies à inter­valles de plus en plus rappro­chés est pour beau­coup d’éco-scien­ti­fiques liée à la mondia­li­sa­tion : trans­ports aériens (qui nous mènent en quelques heures là où les cara­velles prenaient des semaines) et réseaux routiers « désen­cla­vant » les petits villages aupa­ra­vant isolés – ce qui limi­tait la propa­ga­tion – se surim­po­sant à l’en­va­his­se­ment/destruc­tion d’éco­sys­tèmes à des fins mercan­tiles, provoquant inévi­ta­ble­ment la « confron­ta­tion » de l’homme à des virus avec lesquels il n’a eu aucun contact récent. Dans notre cas, la surve­nue d’une nouvelle épidé­mie à SARS était inévi­table. D’où l’exis­tence de réseaux d’alerte.

Mais était-ce prévi­sible, donc pouvait-on avoir une action préven­tive ?
Il est diffi­cile de dire « oui » dans la mesure où les recherches ad hoc ont été stop­pées avant d’abou­tir. Un petit paral­lèle avec d’autres virus est utile. Pour la grippe, par exemple, on « prévoit » les muta­tions à venir, de sorte que l’on vaccine chaque année contre l’épi­dé­mie qui va surve­nir. Cela n’ex­clut pas une muta­tion inat­ten­due. Ça a été le cas du H1N1 (2009–2010), mais l’exis­tence d’équipes en alerte conti­nue sur le sujet a permis de déte­nir très vite un vaccin, et de vacci­ner en masse. On sait que la morta­lité en Europe et USA a été esti­mée au préa­lable de façon exces­sive, ce qui a nourri en 2010, et ensuite, les soupçons de collu­sion entre OMS et indus­trie phar­ma­ceu­tique pour écou­ler une surpro­duc­tion vacci­nale.
Là, pour les corona, c’est un peu l’in­verse. La struc­ture des virus corona permet­tait d’en­vi­sa­ger un/des déter­mi­nant(s) anti­gé­nique(s) commun(s) permet­tant le projet d’un « pan vaccin » anti-corona. Un des meilleurs spécia­listes français à ce sujet, Bruno Canard, mérite d’être cité longue­ment : « On venait alors de lancer de grands programmes de géno­mique struc­tu­rale sur les virus pour essayer de ne pas être pris au dépourvu en cas d’émer­gence. La démarche est très simple : comment anti­ci­per le compor­te­ment d’un virus que l’on ne connaît pas ? Eh bien, simple­ment en étudiant l’en­semble des virus connus pour dispo­ser de connais­sances trans­po­sables aux nouveaux virus. Un projet euro­péen lancé à cette fin à l’époque a été suivi d’autres programmes. L’ir­rup­tion du SARS-CoV en 2003 a illus­tré la perti­nence de cette démarche. Cela nous a conduits à décrire une première struc­ture cris­tal­lo­gra­phique dès 2004. […] Je pense qu’é­nor­mé­ment de temps a été perdu entre 2003 et aujourd’­hui pour trou­ver des médi­ca­ments. En 2006, l’in­té­rêt pour le SARS-CoV avait disparu ; on igno­rait s’il allait reve­nir. Nous avons alors eu du mal à finan­cer nos recherches. L’Eu­rope s’est déga­gée de ces grands projets d’an­ti­ci­pa­tion au nom de la satis­fac­tion du contri­buable. Désor­mais, quand un virus émerge, on demande aux cher­cheurs de se mobi­li­ser en urgence et de trou­ver une solu­tion pour le lende­main. Or, la science ne marche pas comme cela. Cela prend du temps et de la réflexion. […] J’ai pensé à tous les projets ANR (Agence natio­nale de la recherche) que j’ai écrits, et qui n’ont pas été sélec­tion­nés. J’ai pensé à ce projet ANR franco-alle­mand, qui n’a eu aucune critique néga­tive, mais dont l’éva­lua­tion a telle­ment duré qu’on m’a dit de le redé­po­ser tel quel un an après, et qu’on m’a fina­le­ment refusé faute de crédits. »2

Tu veux dire que des projets de recherche sur des « pan vaccins » exis­taient et qu’ils n’ont pas été finan­cés ?
Oui. D’abord, ça prend du temps de rédi­ger des projets et de les soumettre pour ne pas survivre qu’a­vec de maigres projets récur­rents. Ensuite, il faut attendre et, en France, les projets rete­nus par l’Agence natio­nale de la recherche ne sont qu’une frac­tion des projets soumis, et c’est la même chose au niveau euro­péen.
De plus, ces projets sont soumis en réponse le plus souvent à des « appels d’offres » qui corres­pondent aux sujets « en pointe », « prio­ri­taires », à la mode ou « suscep­tibles de débou­chés impor­tants »… On voit ici, je vais y reve­nir, le danger de collu­sion public-privé…

Tu veux dire que les établis­se­ments français de recherche ne sont plus subven­tion­nés comme « avant » ?
Oui. Quand j’ai démarré la recherche je fonc­tion­nais très bien avec les seuls crédits d’État récur­rents (norma­le­ment recon­duits d’an­née en année). Puis sont appa­rus, à la fin des années 1970, les « actions théma­tiques program­mées ». Mais elles repré­sen­taient une « cerise sur le gâteau ».
La situa­tion s’est vite dégra­dée sous Chirac, puis Sarkozy et Hollande. D’abord, les crédits récur­rents – hors grands instru­ments et programmes spatiaux – ont été rognés systé­ma­tique­ment, en dépit des promesses d’at­teindre le niveau, défini par l’Eu­rope, de 2 puis 3 % du PIB… Actuel­le­ment, un labo INSERM – favo­risé par rapport au CNRS – ne fonc­tionne qu’à 25–30 % sur crédits récur­rents, 15 à 20 % pour le CNRS. Puis sont venus les finan­ce­ments « privés », qui certes (ARC, LNFCC pour le cancer, legs à Pasteur ou à Curie) exis­taient déjà, mais une nouvelle ampleur a été donnée par Télé­thon et Sidac­tion (« La recherche ne doit pas vivre de quêtes » reste un slogan d’ac­tua­lité). Puis les fameux projets ANR.

Tu parais très critique sur la recherche sur projets…
Soyons clairs : jamais au Well­come Research Insti­tute ni au NIH (Bethesda, près de Washing­ton, USA) on ne m’a demandé dans les années 1973–1974 puis 1980–1981 mon projet comme « exchange fellow » puis « visi­ting scien­tist », ni à mon retour sous Mitter­rand et même Chirac au début. J’avais, atten­tion – comme on l’a encore – une évalua­tion annuelle sur « rapport d’ac­ti­vité », et le labo était évalué tous les quatre ans, avec dépôt d’un nouveau projet pour recon­duc­tion ou ferme­ture. La recherche en réponse sur projets change tout. Hors théma­tiques que l’on ne peut aban­don­ner (la recherche sur le Sida en est un exemple), ça donne beau­coup de défi­ni­tions program­ma­tiques par des tech­no­cra­tes… Or, comme disaient les mani­fes­tants au temps de « Sauver la Recherche », sous Fillon, « l’am­poule élec­trique n’a pas été inven­tée en faisant des programmes sur la prolon­ga­tion de la vie et l’amé­lio­ra­tion de la lumi­no­sité de la bougie ». Puis sont venues les fausses décla­ra­tions sur les budgets en augmen­ta­tion, et en paral­lèle les coupes de postes… et l’ar­ri­vée des ­par­te­na­riats public-privé.

Le privé joue un rôle ?
Eh oui ! Merci Jospin, merci Allègre (et aussi Geis­mar), et la loi inno­va­tion recherche qui permet de créer des start-up à côté de son labo, mais aussi le crédit impôt recherche, don de milliards d’eu­ros au privé sans retour véri­fié, Cour des comptes dixit. Dans un certain nombre de cas, start-up et grosses boîtes phar­ma­ceu­tiques deviennent de fait co-direc­teurs du labo… public.

Et les postes ?
Alors là, cata abso­lue : chute des postes, déve­lop­pe­ment de la préca­ri­sa­tion – très net en biolo­gie mais pas que là –, d’où les premières mani­fes­ta­tions sous Fillon, et la mani­fes­ta­tion récente des collec­tifs de labo­ra­toires.
Macron annonce une augmen­ta­tion du budget recherche sur 10 ans…
D’abord, le compte n’y est même pas, comme le souligne le commu­niqué du Syndi­cat natio­nal des cher­cheurs scien­ti­fiques (SNCS). Ensuite, on a l’ha­bi­tude de ces annonces. Tant qu’il n y aura pas de vote sur ça au Parle­ment, je reste­rais plus que scep­tique… Pour moi, ce qui compte, c’est la situa­tion actuelle qui est quasi catas­tro­phique…

Alors, le virus ?
Bon, on aurait pu sans doute avoir un vaccin et/ou des trai­te­ments prêts… Mais ça, c’est un inves­tis­se­ment sur l’ave­nir. Pas toujours à fonds perdus, parfois oui. C’est comme les machines à ampli­fi­ca­tion génique (PCR, Poly­me­rase Chain Reac­tion) pour détec­ter le virus. En avoir un nombre appa­rem­ment surdi­men­sionné aurait en fait permis un dépis­tage à large échelle et une stra­té­gie à la coréenne. Alors, bon, comme dit Bruno Canard, des cher­cheurs vont être mobi­li­sés en urgence sur un « crash program »… Trop peu, trop tard. Et là encore, avec œil du privé qui, depuis les années 1990, inves­tit peu en vraie recherche, mais engrange les profits. Alors qu’on a refusé entre 2009 et 2019 d’in­ves­tir dans des projets fonda­men­taux(j’ai pris Canard comme exemple, il y en a d’autres).
La recherche, comme les infra­­struc­tures hospi­ta­lières, est un inves­tis­se­ment sur l’ave­nir et le public, pas une « short run », à flux tendu, avec person­nel préca­risé, pour profits immé­diats. Une poli­tique, disons-le, et on le voit à chaque crise, crimi­nelle.

  • 1. Sonia Shah, « Contre les pandé­mies, l’éco­lo­gie », le Monde diplo­ma­tique, mars 2020.
  • 2. « Face aux coro­na­vi­rus, énor­mé­ment de temps a été perdu pour trou­ver des médi­ca­ments », lemonde.fr, 29 février 2020.

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.