Aller au contenu

Un Collec­tif Natio­nal d’E! marqué par le climat de mobi­li­sa­tion

Plus de cent personnes, repré­sen­tant une soixan­taine de villes et collec­tifs se sont réunies à Bagno­let (Seine-Saint-Denis) le week end des 19 et 20 mars, à l’oc­ca­sion du Conseil natio­nal d’En­semble !. Lors de sa dernière réunion, les parti­ci­pant.es avaient pris le temps d’ana­ly­ser les coor­don­nées d’une situa­tion qui était loin d’être favo­rable. Cette fois, le souffle de la mobi­li­sa­tion est à l’ori­gine d’une ambiance diffé­rente. Chacun.e le sait désor­mais, et quelle que soit l’is­sue de la confron­ta­tion en cours à propos de la loi El Khomri, le ressort existe dans la société, dans une nouvelle géné­ra­tion en construc­tion, pour reje­ter le libé­ra­lisme et l’aus­té­rité. Reste à l’em­por­ter ! Les mili­tant.es des collec­tifs, celles et ceux du « secteur jeunes » d’En­semble ! ont fait état de leur inves­tis­se­ment dans les AG de grève ou les struc­tures unitaires qui se consti­tuent loca­le­ment contre un projet de loi porteur de magis­trales régres­sions.

Une telle mobi­li­sa­tion est de nature à provoquer de véri­tables ébran­le­ments dans le champ poli­tique. Elle maté­ria­lise la ligne rouge entre les fossoyeurs de la gauche actuel­le­ment au gouver­ne­ment et toutes celles et tous ceux qui entendent leur résis­ter. En ce sens, son irrup­tion conforte Ensemble ! dans sa double volonté : rassem­bler le plus large­ment à gauche, mais dans un péri­mètre qui ne peut inclure celles et ceux qui soutiennent la poli­tique du gouver­ne­ment. C’est forts de cette convic­tion que les membres du CN ont fait le choix de cesser d’être obser­va­teurs dans le proces­sus dit des primaires. Forts de la même convic­tion et simul­ta­né­ment, ils ont réaf­firmé qu’En­semble ! veut « agir pour la construc­tion d’un proces­sus poli­tique qui permette à la fois la conver­gence de toutes les forces dispo­nibles et l’in­ter­ven­tion citoyenne, l’éla­bo­ra­tion collec­tive du projet et la dési­gna­tion des candi­dat(e)s pouvant se faire à travers des larges vota­tions citoyennes, de primaires, ou de tout autre moyen qui permette d’abou­tir à l’unité et à la mise en mouve­ment de forces très larges ». C’est pourquoi le CN a pris acte de la candi­da­ture de Jean-Luc Mélen­chon, mais avec la volonté de convaincre le PG qu’elle doit être au service d’un proces­sus collec­tif et citoyen, au sein duquel d’autres candi­da­tures pour­raient émer­ger. Le carac­tère large et ouvert du proces­sus consti­tue la condi­tion d’une dyna­mique mili­tante réelle, qui se pour­suive au-delà de 2017, dans la pers­pec­tive réaf­fir­mée de construire une véri­table gauche de trans­for­ma­tion sociale, à voca­tion majo­ri­taire.

Pour avan­cer dans la bonne direc­tion, Ensemble ! propose que se mettent en place des forums à l’échelle des villes et des dépar­te­ments. « L’objec­tif est de réunir des actrices et acteurs locaux du mouve­ment social dans sa diver­sité : les mili­tant(e)s syndi­caux, asso­cia­tifs ; les orga­ni­sa­tions du mouve­ment socio-poli­tique issu de l’im­mi­gra­tion et les forces de gauches et écolo­gistes, de la gauche radi­cale, qui se côtoient dans le mouve­ment social en cours et le soutiennent ». Ces forces pour­raient alors discu­ter du contenu, des solu­tions communes, et, éven­tuel­le­ment, dans un second temps, de candi­da­tures communes aux élec­tions légis­la­tives et prési­den­tielle.

Le CN a égale­ment consti­tué l’oc­ca­sion pour que les prin­ci­pales commis­sions théma­tiques d’En­semble ! se réunissent. Il a beau­coup été ques­tion de la loi El Khomri, dans la commis­sion Mouve­ments sociaux et débats mais aussi, par exemple, dans la commis­sion fémi­niste, soucieuse de mesu­rer préci­sé­ment les consé­quences néfastes qu’elle aurait sur la situa­tion des femmes. Dans la commis­sion inter­na­tio­nale, c’est notam­ment la Pales­tine, mais aussi le paysage poli­tique espa­gnol et les débats autour de Pode­mos qui ont foca­lisé l’at­ten­tion.

La réunion fut le moment d’un point d’étape dans le débat concer­nant la pros­ti­tu­tion, qui anime Ensemble ! depuis plusieurs mois. Si nombre de ques­tions néces­sitent d’être creu­sées, les mili­tant.es présent.es ont pu collec­ti­ve­ment consta­ter que les deux points prin­ci­paux du texte proposé au débat font accord pour le moment dans Ensemble ! qui se recon­nait donc dans la posi­tion aboli­tion­niste et consi­dère le système pros­ti­tu­tion­nel comme un système de violences. Le débat se pour­suit dur d’autres ques­tions, notam­ment la péna­li­sa­tion du client.

Il s’agis­sait du dernier CN prévu avant l’as­sem­blée géné­rale déci­sion­nelle qui aura lieu les 11 et 12 juin à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Son orga­ni­sa­tion a donc été préci­sée, tout comme les ques­tions de fonc­tion­ne­ment, parmi lesquelles les présent.es ont pu iden­ti­fier les prin­ci­paux points en débat.

En route pour juin, donc, et d’ici là, Ensemble ! sera au diapa­son des mobi­li­sa­tions !

Ingrid Hayes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.