Aller au contenu

« Une indé­cente colère » du ministre de la Santé

Coor­di­na­tion des comi­tés de défense des comi­tés de défense des hôpi­taux et mater­ni­tés de proxi­mité:

Si le Covid a mis à bas la culture dans le pays, nous avons pu assis­ter, mercredi dans l’hé­mi­cycle,à un spec­tacle inédit : le Ministre de la santé dans la grande tirade de la colère divine.Quelle indé­cence, Monsieur le Ministre : oser utili­ser deux patients atteints du Covid pour tenter derendre coupables des parle­men­taires qui, pour certains d’entre eux, bataillent depuis des mois,voire des années pour exiger des moyens pour la santé et notam­ment pour les hôpi­taux, à gran­dren­fort de ques­tions, d’amen­de­ments, de projets de loi, tous reje­tés.Quelle honte, Monsieur le Ministre de donner des leçons alors que les hôpi­taux n’ont jamais autant­manqué de person­nels.Quel manque de courage de vouloir dépla­cer les respon­sa­bi­li­tés alors que, sous votre minis­tère,plus d’un millier de lits ont encore fermé ces derniers mois et que d’autres ferme­tures sont­pro­gram­mées à Caen, Orléans, Nancy, Nantes ou Paris…Vous nous dites avoir créé des lits, des places de réani­ma­tion mais il n’y a pas de person­nels pourles rendre opéra­tion­nels ; la situa­tion des hôpi­taux s’est telle­ment dégra­dée que les méde­cins, lesin­fir­mier-e-s, les aides soignant-e-s ne veulent plus venir y travailler.Le gouver­ne­ment doit être garant de l’ac­cès à la préven­tion et aux soins sur tout le terri­toire pour­toute la popu­la­tion ; il faut de toute urgence prendre les mesures qui s’im­posent pour tenterd’en­rayer la catas­trophe sani­taire en cours:●Poli­tique effi­cace de tests pour isoler rapi­de­ment les personnes posi­tives.●Gra­tuité des masques. ●Moyens aux hôpi­taux et aux établis­se­ments médico-sociaux : embau­cher main­te­nant,massi­ve­ment et de façon pérenne des secré­taires, des agents admi­nis­tra­tifs de terrain, desbran­car­diers, des agents de nettoyage et de désin­fec­tion … etc … pour permettre auxsoi­gnants de se concen­trer exclu­si­ve­ment sur leur cœur de métier : le soin.●Démo­cra­tie en santé: l’état d’ur­gence la rend plus indis­pen­sable, car elle est la condi­tionde l’ef­fi­ca­cité des poli­tiques.Le projet de loi de finan­ce­ment de la Sécu­rité Sociale 2021 ne répond pas aux besoins pour rouvrirdes lits, créer des postes dans les hôpi­taux, les EHPAD, assu­mer véri­ta­ble­ment la perted’au­to­no­mie, préfé­rant taxer la popu­la­tion avec un forfait urgence. Il faut ouvrir massi­ve­ment lesfor­ma­tions de soignants et en assu­rer la juste répar­ti­tion sur l’en­semble du terri­toire pour unvé­ri­table accès aux soins de toutes et tous partout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.