Aller au contenu

Univer­sité. Péti­tion contre l’aug­men­ta­tion des frais d’ins­crip­tion pour les étudiants étran­gers

Non à l’aug­men­ta­tion des frais d’ins­crip­tion pour les étudiant.e.s étran­ger.e.s !

 

à signer sur

https://www.change.org/p/edouard-philippe-non-%C3%A0-l-augmen­ta­tion-des-frais-d-inscrip­tion-pour-les-%C3%A9tu­diant-e-s-%C3%A9tran­ger-e-s?signed=true

 

 

Edouard Philippe a annoncé ce matin l’aug­men­ta­tion des frais d’ins­crip­tion pour les étudiant.e.s étran­ger.e.s extra-commu­nau­taires. Au lieu de payer 170€ comme les étudiant.e.s français.e.s, nous devrons donc payer le tiers du coût réel des études soit près de 2800€ en licence et 3800€ en master et en docto­rat !

 

Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre de l’En­sei­gne­ment Supé­rieur, vous allez empê­cher des centaines d’étu­diant.e.s comme moi de venir étudier en France

 

Avec des frais d’ins­crip­tion aussi élevés, qui s’ajou­te­raient à l’en­semble des coûts déjà très élevés que nous devons payer(coût du dépôt de dossier à campus france, 75 à 200€ en fonc­tion des pays pour le test de français, 79 à 269€ pour le timbre fiscal néces­saire au titre de séjour, 90€ pour la CVEC, loge­ment, trans­port prix des manuels…), je n’au­rais jamais pu venir étudier en France !

Quand on est étudiant.e.s étran­ger.s en France, on doit déjà faire face aux mêmes galères que les étudiant.e.s français.e.s. Mais en plus de cela, on subit une préca­rité encore plus forte.En effet, nous sommes confronté.e.s à des nombreux obstacles, qu’ils soient admi­nis­tra­tif, sociales et péda­go­giques. Admi­nis­tra­tifs car il est très compliqué d’ob­te­nir un titre de séjour et une inscrip­tion en France (les démarches sont très nombreuses), sociale car nous n’avons pas accès aux bourses sur critères sociaux (seuls un très faible nombre d’entre nous ont accès à des bourses au mérite ou à des bourses finan­cées par leur pays d’ori­gine) et péda­go­gique car le fait de pouvoir rester en France ne dépends parfois ni de nous ni de l’uni­ver­sité.

En effet si la préfec­ture pense que nous nos études n’ont pas de carac­tère “réels et sérieux” elle peut déci­der de ne pas renou­ve­ler notre titre de séjour. En plus, rien n’est fait au sein de nos établis­se­ments pour nous permettre de réus­sir !

Le gouver­ne­ment affirme que cette réforme doit permettre d’at­ti­rer les “meilleurs” en France. Ce serait, soit disant, une réforme “d’équité” parce que les étudiant.e.s étran­ger.e.s “fortuné.e.s” paie­raient notam­ment pour finan­cer les bourses des étudiant.e.s étran­ger.e.s les plus précaires. En réalité, cette réforme va avoir une seule consé­quence : fermer les portes de l’uni­ver­sité à tou.te.s les étudiant.e.s qui comme moi n’ont pas les moyens de payer aussi cher !

Mêmes études mêmes droits: Il faut renon­cer à l’aug­men­ta­tion des frais d’ins­crip­tion des étudiant.e.s étran­ger.e.s hors UE !

Je vous demande donc aux côtés de nombreuses orga­ni­sa­tions,

comme l’UNEF (l’Union Natio­nale des Etudiants de France), l’UEAF ( Union des Etudiants Algé­riens de France), l’UESNF ( Union des Etudiants et Scolaires Nigé­riens de France), la FESSEF ( Fédé­ra­tion des Etudiants et Stagiaires Séné­ga­lais en France), l’ADEM ( Asso­cia­tion des Diplô­més et Etudiants Maliens), l’ADEEF ( Asso­cia­tion des Etudiants Egyp­tiens de France), l’AJGF ( Asso­cia­tion des Jeunes Guinéens de France), l’UEVF ( Union des Etudiants Viet­na­miens de France) et Colcrea (Asocia­cion de Estu­diant y Crea­dores Colom­bia­nos en Fran­cia)

de renon­cer à l’aug­men­ta­tion de nos frais d’ins­crip­tion au nom tout simple­ment de l’éga­lité. Nous étudions dans les mêmes amphis que les étudiant.e.s français.e.s, nous devons pouvoir avoir les mêmes droits !

 

Et aussi Commu­niqué du SneSup FSU

Hausse des droits d’ins­crip­tion

Premières victimes : les étudiants extracom­mu­nau­taires

En déci­dant d’aug­men­ter les droits d’ins­crip­tion pour les étudiants extra-commu­nau­taires,

le gouver­ne­ment engage l’Uni­ver­sité française dans un mouve­ment qui s’ap­pliquera très vite à l’en­semble des étudiants.

Pour dire « bien­ve­nue en France » aux étudiants extracom­mu­nau­taires, le gouver­ne­ment multi­plie par seize le montant des droits d’ins­crip­tion : 2770 €/an pour le niveau L (contre 170€ jusque-là) et 3770 €/an pour les niveaux M et D (contre respec­ti­ve­ment 243€ et 380€ jusque-là). Première consé­quence : impos­si­bi­lité de s’ins­crire en France pour une très grande majo­rité des étudiant.e.s des pays les plus pauvres.

Le SNESUP-FSU rappelle sa constante oppo­si­tion à l’aug­men­ta­tion des droits d’ins­crip­tion à l’uni­ver­sité car elle est un obstacle majeur à la démo­cra­ti­sa­tion de l’ac­cès à l’en­sei­gne­ment supé­rieur. L’aug­men­ta­tion des droits, même partiel­le­ment compen­sée par une augmen­ta­tion du nombre des bourses qui leur seraient allouées, ne pourra que dissua­der les étudiant.e.s les moins solvables de venir en France. L’objec­tif fixé par Édouard Philippe, 500 000 étudiants en mobi­lité en France d’ici à 2027, contre 320 000 aujourd’­hui, ne sera pas atteint.

Cette sélec­tion basée sur l’argent va à l’en­contre des valeurs que nous défen­dons. Après l’au­to­no­mie des établis­se­ments, la sélec­tion des étudiants, l’aug­men­ta­tion des frais d’ins­crip­tion est la troi­sième étape de la marchan­di­sa­tion de l’en­sei­gne­ment supé­rieur à laquelle le SNESUP-FSU s’op­pose. Seul le service public gratuit, laïc, éman­ci­pa­teur et forma­teur peut garan­tir et promou­voir un ensei­gne­ment supé­rieur comme un bien commun pour tout.e.s.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.