Aller au contenu

Valls : dégage ! La loi travail, on n’en veut pas !

Le gouver­ne­ment Hollande/Valls est aux abois après le 49–3

Le gouver­ne­ment Hollande/Valls est aux abois après le 49–3.

Les poli­ciers  sont utili­sés, non pour proté­ger, mais pour créer des inci­dents. Après les violences contre les lycéens, surgissent des attaques poli­cières contre des locaux syndi­caux à Fos-sur-Mer.

Ce gouver­ne­ment n’a pas de majo­rité. Il doit reti­rer sa loi ou partir.

 

Un gouver­ne­ment de menteurs

Il affirme que la loi Travail ne dimi­nue pas les droits. Mais il vient de donner raison aux chauf­feurs routiers : ils ne voulaient pas que le tarif des heures supplé­men­taires baisse de 25 à 10% comme l’au­to­rise la loi Travail. Ils ont gagné après trois jours de grève !

Donc Hollande/Valls mentaient et ils conti­nuent :

Leur loi auto­rise à travailler plus en gagnant moins !

Leur loi géné­ra­lise un Code du travail diffé­rent d’une entre­prise à l’autre.

Leur loi permet de licen­cier sans motif quiconque refu­se­rait une modi­fi­ca­tion de son contrat de travail avec une baisse de son salaire « pour main­te­nir l’em­ploi ».

Les femmes seront les plus mena­cées, très nombreuses dans les petites entre­prises sans présence syndi­cale.

Un Code du travail protec­teur, c’est possible !
Une société sans chômage, c’est possible !

La loi et les conven­tions collec­tives doivent proté­ger : aucun accord d’en­tre­prise ne doit leur être infé­rieur en droit.

Il faut reve­nir immé­dia­te­ment aux 35 heures réelles, vers les 32 heures, avec créa­tions d’em­plois et main­tien des salaires.

Travailler moins, travailler toutes et tous, avec des salaires égaux entre femmes et hommes, pour un travail de qualité et moins inten­sif.

Géné­ra­li­sons le prin­cipe de la Sécu­rité sociale : si le poste de travail est menacé, tout sala­rié reste payé par un fonds collec­tif, jusqu’au retour à un nouveau poste.

Les chômeurs ont droit à un salaire de rempla­ce­ment dans la dignité.

Le 14 juin : des centaines de milliers vers Paris.

Ce gouver­ne­ment est illé­gi­time

Censu­rons-le dans la rue !

Les syndi­cats unis proposent une gigan­tesque mani­fes­ta­tion natio­nale à Paris le 14 juin.

Hollande a déclaré à la radio qu’en 1968, il y avait des millions de grévistes. Prenons-le au mot : soyons des millions dans la rue et la grève ! Soyons des millions à parti­ci­per aux « vota­tions citoyennes » pour dire NON à cette loi scélé­rate.

 

Agis­sons pour une alter­na­tive tout de suite

Aves les Nuit Debout, les syndi­ca­listes, les forces de gauche oppo­sées à Hollande/Valls, c’est le moment de s’as­so­cier pour une autre poli­tique.

Agis­sons pour débattre de nouveaux droits, pour une 6ème Répu­blique sociale et écolo­gique.
C’est le peuple souve­rain qui doit déci­der.

 

Unis­sons-nous entre forces de gauche et écolo­gistes

pour soute­nir les grèves

Les attaques haineuses contre les syndi­cats est insup­por­table. Gattaz, patron du MEDEF, montre à tout le pays que le grand patro­nat, celui qui place son fric à Panama, est violent et prêt à tout.

Il faut dire STOP !

Ensemble ! (Front de gauche) propose à toutes forces de gauche oppo­sées à la loi Travail d’agir en commun et en soli­da­rité avec les grévistes et les mani­fes­tants.

Ce tract en pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.