Aller au contenu

Valls : dégage ! La loi travail, on n’en veut pas !

Le gouver­ne­ment Hollande/Valls est aux abois après le 49–3

Le gouver­ne­ment Hollande/Valls est aux abois après le 49–3.

Les poli­ciers  sont utili­sés, non pour proté­ger, mais pour créer des inci­dents. Après les violences contre les lycéens, surgissent des attaques poli­cières contre des locaux syndi­caux à Fos-sur-Mer.

Ce gouver­ne­ment n’a pas de majo­rité. Il doit reti­rer sa loi ou partir.

 

Un gouver­ne­ment de menteurs

Il affirme que la loi Travail ne dimi­nue pas les droits. Mais il vient de donner raison aux chauf­feurs routiers : ils ne voulaient pas que le tarif des heures supplé­men­taires baisse de 25 à 10% comme l’au­to­rise la loi Travail. Ils ont gagné après trois jours de grève !

Donc Hollande/Valls mentaient et ils conti­nuent :

Leur loi auto­rise à travailler plus en gagnant moins !

Leur loi géné­ra­lise un Code du travail diffé­rent d’une entre­prise à l’autre.

Leur loi permet de licen­cier sans motif quiconque refu­se­rait une modi­fi­ca­tion de son contrat de travail avec une baisse de son salaire « pour main­te­nir l’em­ploi ».

Les femmes seront les plus mena­cées, très nombreuses dans les petites entre­prises sans présence syndi­cale.

Un Code du travail protec­teur, c’est possible !
Une société sans chômage, c’est possible !

La loi et les conven­tions collec­tives doivent proté­ger : aucun accord d’en­tre­prise ne doit leur être infé­rieur en droit.

Il faut reve­nir immé­dia­te­ment aux 35 heures réelles, vers les 32 heures, avec créa­tions d’em­plois et main­tien des salaires.

Travailler moins, travailler toutes et tous, avec des salaires égaux entre femmes et hommes, pour un travail de qualité et moins inten­sif.

Géné­ra­li­sons le prin­cipe de la Sécu­rité sociale : si le poste de travail est menacé, tout sala­rié reste payé par un fonds collec­tif, jusqu’au retour à un nouveau poste.

Les chômeurs ont droit à un salaire de rempla­ce­ment dans la dignité.

Le 14 juin : des centaines de milliers vers Paris.

Ce gouver­ne­ment est illé­gi­time

Censu­rons-le dans la rue !

Les syndi­cats unis proposent une gigan­tesque mani­fes­ta­tion natio­nale à Paris le 14 juin.

Hollande a déclaré à la radio qu’en 1968, il y avait des millions de grévistes. Prenons-le au mot : soyons des millions dans la rue et la grève ! Soyons des millions à parti­ci­per aux « vota­tions citoyennes » pour dire NON à cette loi scélé­rate.

 

Agis­sons pour une alter­na­tive tout de suite

Aves les Nuit Debout, les syndi­ca­listes, les forces de gauche oppo­sées à Hollande/Valls, c’est le moment de s’as­so­cier pour une autre poli­tique.

Agis­sons pour débattre de nouveaux droits, pour une 6ème Répu­blique sociale et écolo­gique.
C’est le peuple souve­rain qui doit déci­der.

 

Unis­sons-nous entre forces de gauche et écolo­gistes

pour soute­nir les grèves

Les attaques haineuses contre les syndi­cats est insup­por­table. Gattaz, patron du MEDEF, montre à tout le pays que le grand patro­nat, celui qui place son fric à Panama, est violent et prêt à tout.

Il faut dire STOP !

Ensemble ! (Front de gauche) propose à toutes forces de gauche oppo­sées à la loi Travail d’agir en commun et en soli­da­rité avec les grévistes et les mani­fes­tants.

Ce tract en pdf

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.