Aller au contenu

Venu d’un courant du NPA. Une critique de Media­part , une défense de Mélen­chon, une critique de l’Etat.

Voici un article de plus sur les perqui­si­tions de France insou­mise. Avec des reproches faits à la rédac­tion de Media­part. Reproches solides.

Mais atten­drait on de ce jour­nal en ligne plus de capa­cité d’ana­lyse poli­tique et de mise en pers­pec­tive poli­tique que l’on en attend des orga­ni­sa­tions de gauche? Il n’en est pas capable, il n’est pas en situa­tion d’en être capable.

La situa­tion pour­rait être simple: nous sommes face à un gouver­ne­ment déjà discré­dité et qui s’avère chaque jour plus un ennemi des liber­tés. Nous parti­ci­pons d’une gauche en recom­po­si­tion, recom­po­si­tion où France insou­mise a une place essen­tielle. Il convien­drait donc d’ attaquer ce gouver­ne­ment de façon réflé­chie et orga­ni­sée, et donc effi­cace;  et cela reste à faire.

Pascal Bois­sel, 23–10–2018

 

http://www.revo­lu­tion­per­ma­nente.fr/Media­part-et-l-affaire-Melen­chon-le-piege-de-la-neutra­lite?fbclid=IwAR2­husGYwLnNbAAZ8kpJpGwv9JP4bcKrVgv9RDNYm­sA1onnFqgQWxiiwQa8

« L’er­reur dans laquelle Média­part est tombé cepen­dant, est celle d’avoir dressé un portrait à charge sans se distin­guer des coups poli­tiques et média­tiques qui visent actuel­le­ment la France Insou­mise. »

Média­part et « l’af­faire Mélen­chon » : le piège de la neutra­lité

En sortant « les premières décou­vertes des perqui­si­tions de Mélen­chon », le jour­nal d’Edwy Plenel s’est exposé à la colère des Insou­mis. Si Média­part n’est pas le « torchon » que décrit Jean-Luc Mélen­chon, et emploie, à juste titre, son droit démo­cra­tique à l’enquête, force est de consta­ter que, pour un jour­nal dont l’in­dé­pen­dance est la marque de fabrique, sa ligne a pu manquer de hauteur et céder à l’em­bal­le­ment média­tico-poli­tique, si utile à la macro­nie, porté contre le leader de la France Insou­mise.

image : capture d’écran « Média­part 2012 : le grand entre­tien avec Jean-Luc Mélen­chon »

Le droit à l’enquête et la « neutra­lité »

Après la mort d’Adama Traoré, le 19 juillet 2016, Média­part n’avait pas hésité, à juste titre, à quali­fier les faits pour ce qu’ils étaient : mise en lumière du « scan­dale judi­ciaire », du retour de bâton contre les frères Traoré « condam­nés pour ‘’ré­ta­blir l’au­to­rité des forces de l’or­dre’’ ». A contre-courant de l’of­fen­sive média­tique à charge, le jour­nal de Plenel s’était illus­tré par ses quali­tés d’ana­lyse, assu­mant, sans doute, un parti pris jour­na­lis­tique, qui a contri­bué à faire de « l’af­faire Adama Traoré » une « affaire d’Etat ».

Mais ce qui choque – et au delà des rangs des Insou­mis mélen­cho­nistes invé­té­rés – dans la manière dont Média­part a couvert ce qui est devenu, sous les coups de boutoir judi­ciaires et média­tiques, « l’af­faire Mélen­chon », n’est pas le contenu des « premières décou­vertes des perqui­si­tions de Mélen­chon » – à savoir la révé­la­tion de la présence de Sophia Chiki­rou, proprié­taire de Média­scop, société de commu­ni­ca­tion de la campagne de 2017, au domi­cile du leader de la France Insou­mise au matin de la perqui­si­tion, le 16 octobre dernier. Ni celle sur la décou­verte d’une somme de 12 000 euros – soit moins de 1/5ème du prix d’un costume offert par Robert Bourgi à François Fillon – au domi­cile d’un des proches de Mélen­chon. Ce qui choque n’est pas non plus, comme la Société des Jour­na­listes de Média­part l’a défendu, son usage du droit à l’enquête sur « les condi­tions du finan­ce­ment de l’ac­ti­vité poli­tique de la France Insou­mise et de sa campagne prési­den­tielle » que Média­part utilise depuis 10 ans « sur toutes les forma­tions poli­tiques françaises », de l’af­faire Cahu­zac à l’af­faire Fillon en passant par les ristournes accor­dées par la société GL Events à l’équipe de campagne d’Em­ma­nuel Macron. Pas plus qu’une autre orga­ni­sa­tion, la forma­tion de la France Insou­mise n’est par prin­cipe inocu­lée contre la possi­bi­lité de malver­sa­tions. Taire ces infor­ma­tions, tomber dans le jour­na­lisme de complai­sance envers la prin­ci­pale orga­ni­sa­tion de la gauche réfor­miste aspi­rant à occu­per l’es­pace laissé par le Parti Socia­liste aurait été une erreur.

Le manque de hauteur jour­na­lis­tique

L’er­reur dans laquelle Média­part est tombé cepen­dant, est celle d’avoir dressé un portrait à charge sans se distin­guer des coups poli­tiques et média­tiques qui visent actuel­le­ment la France Insou­mise. Mise à part l’in­ter­view vidéo de la dépu­tée FI Danièle Obono, depuis les perqui­si­tions du 16 octobre, rien dans la ligne de Média­part ne vient tordre le bâton dans l’autre sens. Aucune mise en pers­pec­tive de la quin­zaine de perqui­si­tions qui ont eu lieu chez les mili­tants et dans les locaux de la France Insou­mise dans le cadre d’une enquête préli­mi­naire, avec celles, inexis­tantes, au sein de la Répu­blique en Marche, en dépit de la plainte dépo­sée par Anti­cor. Fabrice Arfi, auteur de deux des papiers concer­nant « l’af­faire Mélen­chon » recon­nait pour­tant « le problème struc­tu­rel de la non-indé­pen­dance des procu­reurs en France ». Il conclut néan­moins que François Molins, procu­reur de Paris au moment de la perqui­si­tion avant de lais­ser sa place à Rémy Heitz, « a fait la démons­tra­tion de son indé­pen­dance en ouvrant des enquêtes aussi bien sur Jérôme Cahu­zac que sur Nico­las Sarkozy »… en oubliant, sans doute, l’af­faire des comptes de campagne de Macron, clas­sée sans suite par François Molins lui-même avant son départ du parquet. Rien n’est dit non plus du cadre juri­dique dans lequel ces perqui­si­tions ont cours : la loi Perben 2, en l’oc­cur­rence, votée sous Sarkozy, sur laquelle Le Monde s’inquié­tait en 2004 des atteintes aux liber­tés publiques qu’elle pour­rait engen­drer.

Enfin, les jour­na­listes de Média­part perdent de vue le contexte poli­tique dans lequel s’ef­fec­tuent ces perqui­si­tions : la fin de l’état de grâce, la multi­pli­ca­tion des affaires dont celle de Benalla, la chute dans les sondages pour la Macro­nie, et un rema­nie­ment sans relief ni couleur, face auxquels « l’af­faire Mélen­chon » fait office de contre-feu bien­venu. On ajou­tera la pers­pec­tive des élec­tions euro­péennes qui arrivent, où Macron préfè­re­rait rejouer le second tour de la prési­den­tielle repré­sen­tant le « progres­sisme » contre l’ex­trême-droite qui a le vent en poupe actuel­le­ment en Europe. Le tout en utili­sant Mélen­chon comme un « épou­van­tail » sur la gauche, lui préfé­rant une France Insou­mise affai­blie plutôt qu’un aimant de l’aile gauche du PS. Dans ce contexte, alors que les images des coups de colère de Mélen­chon tournent en boucle dans les médias, diffi­cile de voir la fronde menée contre la France Insou­mise, en plein rema­nie­ment, comme un simple concours de circons­tances ou le fruit d’une justice aveugle. Et le dépouille­ment de l’en­semble des données de l’or­ga­ni­sa­tion – alors qu’il s’agit d’une enquête sur les frais de campagne – comme le cadre normal d’une procé­dure judi­ciaire. Désor­mais c’est l’en­semble des données de la FI qui sont à la dispo­si­tion du Parquet de Paris. Et pour le coup, c’est bien désor­mais Remy Heitz direc­te­ment nommé par Mati­gnon et l’Ely­sée qui en a pris la tête.

Quand Edwy Plenel dénonçait la « vengeance de l’ad­mi­nis­tra­tion fiscale »

Contrai­re­ment à ce que clame Mélen­chon, le coup poli­tique porté contre la France Insou­mise n’a pas la même ampleur que celui mené par le pouvoir judi­ciaire brési­lien contre Lula et le Parti des travailleurs. Plus que son évic­tion du champ poli­tique, il tient davan­tage d’une entre­prise de désta­bi­li­sa­tion, visant à alimen­ter les tensions au sein « de la gauche de la gauche ».

Mélen­chon n’est pas sacré. On peut fusti­ger ses sorties méga­lo­manes, être en désac­cord avec son projet de trans­for­ma­tion sociale par les urnes et les insti­tu­tions, ou parta­ger certaines des critiques internes à la FI qui lui sont adres­sées, « sur les migrants, l’Eu­rope, la démo­cra­tie ». Mais force est de consta­ter qu’il y a bien, derrière l’em­bal­le­ment judi­ciaire et média­tique contre Mélen­chon et la FI, un coup poli­tique renforçant en défi­ni­tive Emma­nuel Macron. Et qu’on peut voir, dans la perqui­si­tion minu­tieuse d’une orga­ni­sa­tion de la gauche, une tenta­tive de remise en cause des droits démo­cra­tiques. Avec elle, c’est l’en­semble du mouve­ment social ainsi que tous les mili­tants poli­tiques s’op­po­sant à Macron qui sont visés. En ne poin­tant pas ce « coup de force » de l’exé­cu­tif, en ne rele­vant pas, a minima, cette logique du « deux poids deux mesures », Média­part se défait de son rôle de contre­poids média­tique, de défen­seur des droits démo­cra­tiques, un rôle qu’il a par ailleurs joué dans d’autres types d’af­faires à nombreuses reprises.

Cons­ta­ter ce « coup poli­tique » n’est d’ailleurs pas plus « complo­tiste » que les décla­ra­tions d’Edwy Plenel, en 2014 à propos de la « vengeance de l’af­faire Cahu­zac par une partie de l’ad­mi­nis­tra­tion fiscale ». Son site Média­part était alors sous le « coup » d’une procé­dure de redres­se­ment fiscal – aujourd’­hui réglée. Média­part l’a sans doute trop vite oublié…

Billets en relation :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.